Sauver son âme et gagner le Ciel

Comprenez combien vous êtes importants à mes yeux.

Message de Dieu – Soeur Beghe – Le 21 avril 2024 – Lire le message sur le site d’origine.

Mes très chers Enfants, Je ne puis me détacher de vous, Je reviens donc pour vous entretenir d’une grande chose. Quelle est-elle ? Qu’est-ce qui est grand à vos yeux mais encore plus aux miens ? Vous vous en doutez mais peut-être n’osez-vous pas l’exprimer de peur de vous tromper.

Ce qui est grand, très grand, à mes yeux, c’est vous ! C’est l’humanité, celle que J’ai revêtue pour me rendre semblable à vous, pour que vous puissiez me connaître intimement, mais aussi et surtout, oui, principalement pour vous sauver et vous avoir en ma compagnie éternelle dans le Ciel. Vous êtes ce qui est grand à mes yeux et trop souvent vous n’y pensez pas. Oui, vous êtes importants à mes yeux, et Je voudrais tant l’être autant pour vous !

Ma Passion

Quand J’ai souffert ma Passion, Je pensais à vous ; lorsque J’ai été cloué à la Croix, Je l’ai accepté pour vous ; et lorsque pendant 3 heures, longues et douloureuses, J’étais suspendu au gibet, Je priais pour vous, Je m’offrais pour vous et Je suis mort humainement pour vous. Mon Père des Cieux, votre Père des Cieux me regardait et acceptait chacun de mes soupirs, chaque angoisse, chaque frémissement. Il me regardait et sans détourner Son beau regard, Il m’encourageait et Il m’acceptait.
Et puis, à un moment, lorsque Je m’écriais « Elôï, Elôï, lama sabachthani« , ce qui veut dire « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-vous abandonné » (mc 15, 4), Je ne Le questionnais pas, Je savais que tous les péchés mortels infâmants dont Je m’étais chargé à la place des pécheurs de tous les temps, ne pouvaient avoir d’autre issue que le détournement de Dieu, son absence, son retrait de ma personne, et Je l’acceptais malgré le délaissement inconcevable dans lequel Je me trouvais alors. Oui, car Dieu et les Anges se retirent des méchants voués à l’enfer et Je portais alors sur moi leurs innombrables péchés.
Mes enfants, comprenez cette peine, cet abandon, ce désert d’amertume dans lequel Je me suis trouvé à cause de vous, pour vous, et venez me consoler, vous me le devez bien !

Ensuite, à ma mort, les démons se sont précipités sur mon Âme et J’ai vécu en pire ce que certains mourants expérimentent lorsque les démons envieux se présentent à leurs yeux s’éteignant. Je suis resté digne et plein de majesté, mais ils semblaient ne pas s’en soucier. Je me suis enfin extrait de leurs griffes car ils tentaient de m’emmener avec eux dans leur antre immonde et Je suis parti dans le shéol, comme Je l’ai raconté dans le livre publié à ma demande et que vous pouvez trouver sur mon site.

J’ai encouragé un grand nombre d’âmes et me suis rendu dans les Limbes des Justes pour leur donner ma Vie et les libérer. Je suis revenu sur terre dans la nuit de Pâques et me suis ressuscité. J’ai repris mon Corps en Le sublimant et, glorieux, Je suis ressorti de mon tombeau, laissant derrière moi la preuve irréfutable de ma Résurrection : le linceul, photographie inexplicable de ce miracle voulu par Dieu et laissé en cadeau à mon Église.

De la vie naturelle à la vie surnaturelle.

Cet état de ressuscité, vous le connaîtrez tous, vous qui m’êtes fidèles, et cela vous paraîtra aussi naturel que votre vie actuelle. En effet, la vie surnaturelle, vous la possédez déjà et vous l’entretenez en communiant dévotement parce que la Sainte Église, qui vous a baptisés, entretient en vous la Vie divine par les sacrements. Et cela vous paraît naturel parce que, pour la plupart d’entre vous, vous êtes nés dans une famille catholique et avec reçu, dès le berceau, le grand bonheur d’être un enfant de Dieu. Et pour ceux qui, en se convertissant, ont rejoint la Sainte Église catholique, vous n’imagineriez pas qu’il puisse en être différemment.

En passant de la vie naturelle à la vie surnaturelle, vous voudrez voir Dieu et vous Le verrez. Vous passerez probablement par le purgatoire car peu d’entre vous serez déjà des saints à l’heure de votre mort, et le purgatoire, ce lieu de privation, de pénitence et de satisfaction, vous rendra quasiment saints.

Alors viendra le moment de votre délivrance, de votre entrée dans le Paradis, ce lieu de bonheur intense où vous mûrirez dans la sainteté et où vous apprendrez tout ce qui plaît à Dieu.
Et enfin, à l’heure du Grand Jour et de la Grande Rencontre, vous vous vêtirez de votre corps glorieux et vous entrerez, tout vêtus de lumière et de gloire, dans la Demeure de Dieu, l’Éternité qui n’a ni début ni fin, et où tous les enfants de Dieu, saints de Sa Sainteté, beaux de sa Beauté, intelligents de Son Intelligence, sages de Sa Sagesse, s’épanouiront dans Son Éternité, avec Lui, pour Lui et en Lui, à jamais.

C’est cela que Je vous ai gagnés par ma Passion et par ma mort sur la Croix, et Je renouvelle à chaque messe ces douloureuses heures afin que chaque génération puisse s’y associer et, par la sainte Communion à mon Corps livré et à mon Sang versé, s’unir à moi, à mon Âme et à Dieu, et se consacrer à moi pour l’Éternité.

Comprenez combien vous êtes importants à mes yeux, que mon Sacrifice ne soit pas vain, ne m’abandonnez pas comme les méchants ou les indifférents qui ne veulent pas de moi ni de mon Sacrifice pour eux. Je vous bénis, mes très chers Enfants, Je vous aime tant ! Aimez-moi autant !

Les jours qui viennent s’annoncent sombres et ténébreux, les démons ont envahi la terre et de nombreuses âmes, de trop nombreuses âmes se laissent entraîner là où elles ne devraient pas aller. Elles mettent leur avenir entre les mains des méchants, elles ne les reconnaissent pas pour ce qu’ils sont parce qu’elles n’ont pas mis leur foi en moi et ne sont pas éclairées par mon Esprit Saint.

Mais vous, mes enfants, vous connaissez la vérité, Je suis la Vérité ; vous connaissez le chemin, Je suis ce Chemin ; vous connaissez la vraie Vie, Je suis cette Vie. Accompagnez-moi sur le chemin sur lequel Je vous guide et lorsque tous craindront l’instabilité généralisée, vous, vous n’aurez aucune crainte de même que moi, Je n’ai pas craint de marcher sur la Voie de votre salut.
Que Dieu vous bénisse, au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Ainsi soit-il. Votre Seigneur et votre Dieu

Chapitres complémentaires :
Le jugement des âmes
La vie au Paradis
Son chez-soi au Paradis

Alors elle serait sauvée. Cependant, sa position de joie au Ciel serait grandement diminuée.

Saint Amour : Message de Dieu le Père donné à Maureen (USA) le 12 mars 2022.
Je vois une Grande Flamme que j’ai appris à reconnaitre comme le Cœur de Dieu le Père. Voici son message :

J’aimerais vous parler de la nécessité pour chaque âme d’obéir à mes Commandements. C’est le chemin du salut. C’est Ma vérité. De nos jours, les âmes ne recherchent plus la Vérité, ou comment leur vie quotidienne doit s’inscrire dans l’obéissance à mes Commandements. Elles semblent s’imaginer qu’aller au Ciel est une évidence.

Si une âme traverse sa vie en essayant seulement de se faire plaisir, elle peut, au dernier moment, se tourner vers ma Miséricorde, alors elle serait sauvée. Cependant, sa position de joie au Ciel serait grandement diminuée.
Ainsi, Je dis cela, non pour me plaire, mais pour amener les âmes dans le Royaume de la Vérité, qui est leur salut. Ceux qui tiendront compte de mes paroles seront grandement bénis.

Aimez-vous jouer aux jeux de gains ? Pourquoi ne pas jouer pour gagner le Ciel ? Il est impossible de jouer le Ciel sans le gagner.

Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle. Soeur Beghe – Lire le message sur le site d’origine sur le site d’origine – Samedi 22 janvier 2022.

Oui, faire le bien est si simple : puisqu’il faut faire quelque chose, choisissez le bien. Si vous choisissez de faire le bien, vous serez gagnants. Aimez-vous gagner ? Tout le monde aime être gagnant, alors gagnez, ne cessez pas de gagner ! Si vous pensiez toujours au Ciel, vous seriez tout le temps en train de gagner des points pour y accéder.

Aimez-vous jouer aux jeux de gains ? Pourquoi ne pas jouer pour gagner le Ciel ? Si vous jouez ce jeu-là, celui du Ciel, vous gagnerez toujours et en plus, personne ne sera perdant. Vous gagnez et personne ne perd, quelle merveille ! Je vous donne cette clef pour le Ciel : le jeu positif, charitable, dévoué et rémunérateur de la plus belle rétribution. Comment pourriez-vous passer à côté ? Ce n’est pas possible ! Et pourtant, vous jouez et vous perdez souvent alors que vous espérez gagner. Vous gagnez ou vous perdez des choses matérielles, tandis qu’il est impossible de jouer le Ciel sans le gagner.

Mes enfants, jouez ce jeu-là, le jeu de la bonté, de la gratuité, du désintérêt, de l’oubli de soi et vous serez tellement plus riches ! Qui donne reçoit, qui offre récupère, qui sème récolte. Le jeu du Ciel est toujours gagnant, jamais vous ne perdrez et vous serez heureux toujours.

Je vous promets le Ciel, Mes très enfants, Je vous l’offre, Je vous le donne. Venez et suivez-Moi, recherchez-moi et vous Me trouverez, délaissez-Moi et vous serez ruinés.

Je suis votre ami, votre frère, votre père, votre Tout, sans moi vous ne pouvez rien.

Réfléchissez à ceci, mes très chers, réfléchissez-y et ne tardez plus. Venez à Moi, recherchez-Moi, découvrez-moi, Je suis votre Ami, votre Frère, votre Père, votre Tout, sans Moi vous ne pouvez rien, avec Moi le monde, le Ciel est à vous. Retenez bien ceci, Mes enfants, « celui qui veut sauver sa vie la perdra, tandis que celui qui la perd à cause de Moi la trouvera ! ». Je vous ai déjà cité cette phrase, Je vous la redis et vous la redirai encore parce qu’elle doit être gravée en vos cœurs. Aimez-moi, suivez-moi, ne me perdez pas de vue, copiez-moi, imitez-moi, recherchez-moi, découvrez-moi : Je suis à vous, pour vous et avec vous ; nous nous aimons vous et Moi, nous nous encourageons, vous priez et nous nous concertons.

Je vous bénis, Mes enfants, Je reste à vos côtés, Je ne vous quitte pas et tout ce que vous faites pour Moi, Je vous le rendrai au centuple. Il n’y a pas de mal-aimé dans la famille de Dieu, il n’y a pas de laissé-pour-compte dans Mon Royaume, pas d’oublié, pas de rejeté, pas d’exclu. Chacun a sa place où il est prioritaire, où il est respecté, où il est désiré. Mes enfants, le Ciel est saint tandis que la terre d’aujourd’hui est pécheresse. Mais comme il y a tout de même beaucoup de bonnes choses sur cette terre, pensez à ce que c’est d’être au Ciel où rien n’est négatif, tout est bon, tout est désirable, tout est voulu et tout est mieux encore.

Un bonheur débordant, éclatant et si bienheureux à chaque instant.

C’est la joie réelle, profonde, accueillante, charmante et infiniment désirable. Ah, il me tarde que vous y soyez tous afin que nous nous y retrouvions, heureux de notre état, joyeux et infiniment fiers d’avoir gagné le premier prix. C’est cela le Ciel, un bonheur débordant, éclatant et si bienheureux à chaque instant. Que vous dire de plus ? Je vous veux dans cette apothéose de lumière et de rayonnement, où vous vous reconnaîtrez tous comme étant fiables, égaux et riches de toutes les qualités et de toutes les vertus.

Dieu est riche, infiniment riche, et tout ce qu’Il donne ne l’amoindrit aucunement. Il donne et donne encore, rien n’est superflu, rien n’est de trop, tout est reçu, accepté et désiré.
Mes enfants, J’ai hâte de vous accueillir et le jeu que Je vous propose commence maintenant !
Que Dieu soit béni, aimé, vénéré et loué parce qu’Il le mérite tellement !

Il suffirait d’un oui pour qu’une âme soit sauvée, mais ce oui doit venir du fond du cœur.

Message du Ciel donné à Jean-Marc (France) le dimanche 29 novembre 2009.

Fils et filles de Dieu votre Père des Cieux. Restez dans la Paix, dans la Joie des enfants de Dieu, en route vers le Royaume des Cieux, vers l’éternité des Bienheureux. Jésus vous invite à partager avec Lui son Royaume, sa Divinité, son Amour… Il ne vous reste qu’à le suivre et à l’imiter, si vous voulez posséder un jour le bonheur d’être et de rester en Sa sainte Présence.

Chaque jour de votre vie doit vous rapprocher du sens même de votre existence sur la Terre : l’héritage précieux du Royaume des Cieux. Dieu invite chaque âme à partager avec Lui ce temps sans fin et cette joie toujours réellement vivante, en présence de la cour céleste des Enfants de Dieu.

Chaque âme se doit de répondre à l’invitation de Son Créateur, à qui elle doit tout. Cependant, beaucoup se ferment les oreilles et refusent de rendre leur témoignage d’Amour, ils préfèrent la mort à la Vie éternelle, le péché à la sainteté, la souffrance aux joies éternelles.

Il suffirait d’un oui pour qu’une âme soit sauvée, mais ce oui doit venir du fond du cœur, et il doit engager toute votre âme à la suite de Jésus. Mes enfants, grande est la tristesse de votre Dieu trois fois Saint, pour tous ceux et celles qui refusent Mon appel à la sainteté, à la conversion. Et pourtant, Je ne cesse de multiplier Mes appels et Mes exhortations…

Recevez, Fils et filles de Dieu, Ma très sainte bénédiction, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
Jésus Votre seul Sauveur

Quiconque fait appel au nom de mon Fils Jésus pour être sauvé sera sauvé.

Messages de Dieu le Père par l’entremise de Lec des Philippines – 24 mai 2008

Fils, je suis ton Père, le Père de toute l’humanité.  Je me rapproche de mon peuple car je veux qu’il sache que son Père, le Père de votre Sauveur Jésus, est un Dieu aimant et miséricordieux, lent à la colère et toujours prêt à accepter ses enfants rebelles qui admettent humblement leurs péchés et font un effort délibéré de d’abord se réconcilier avec mon fils Jésus que j’ai envoyé pour racheter le genre humain de son état de péché.

Mon cœur pleure pour les gens qui en ce moment ne sont pas encore éveillés à l’appel. Mon Fils viendra comme un voleur dans la nuit, au moment le plus inattendu où chacun sera jugé selon la façon dont ils auront vécu, soit dans ou en dehors de l’amour. 

JE SUIS un juge miséricordieux.  Quiconque fait appel au nom de mon Fils Jésus pour être sauvé sera sauvé, mais ils doivent persévérer dans la foi jusqu’à la fin de leur vie.  Comme l’or pur est testé dans le feu, de la même manière leur foi doit être démontrée comme étant vraie.

Ce n’est que par une proximité personnelle avec mon Fils Jésus que la foi peut être nourrie jusqu’à la fin, car sans cette proximité, la foi aura de la difficulté à supporter les temps dans lesquels vous vivez.  Soutenez votre foi à tous les jours :   Priez, méditez mes paroles des Écritures, parlez-moi ainsi qu’à mon Fils et notre relation fleurira.

Voyez mon Fils dans ceux que vous rencontrez, aimez-vous les uns les autres, assumez les fautes les uns avec les autres, ne vous plaignez pas de leurs imperfections, supportez vos problèmes avec patience et offrez-les à mon Fils.  Demandez-moi n’importe quoi et je vous l’accorderai pourvu que ce soit bon pour vous.

Lâchez votre colère, votre haine contre quiconque et pardonnez du fond du cœur…par la suite mes bénédictions brilleront sur vous, mes enfants, comme le soleil brillant du matin.

Seigneur, qui peut être sauvé ?

Extrait d’un message de Notre Seigneur Jésus-Christ – 30 mars, 1999

Toute personne   qui se tourne vers Moi.
Toute personne   qui a de l’amour dans son cœur.
Toute personne   qui aime son prochain, comme soi-même.
Toute personne   qui désire Dieu dans son cœur.
Toute personne   qui aime Dieu.
Toute personne   qui s’approche de l’Eucharistie avec amour.
Toute personne   qui prie profondément dans son cœur.
Toute personne   qui s’approche de Moi, ton Jésus.
Toute personne   qui reçoit des grâces dans la prière, des grâces l’attirant vers Moi.

Toute âme peut être sauvée si elle le désire.

J’espère que vos cœurs ne seront pas liés aux préoccupations terrestres.

Saint Amour : Message de Dieu le Père donné à Maureen (USA) le Lundi 11 avril 2022 de la Semaine sainte. Je vois une Grande Flamme que j’ai appris à reconnaitre comme le Cœur de Dieu le Père. Voici son message :

Aujourd’hui, les enfants, alors que la Semaine sainte approche, je vous invite à réfléchir à ce qu’il y a dans votre propre cœur. J’espère que vos cœurs ne seront pas liés aux préoccupations terrestres, mais centrés sur le Ciel. Le Ciel est l’endroit où se trouve votre vrai bonheur.
Votre plus grand trésor vous attend au Ciel. Ce trésor est la somme totale de toutes vos prières et de tous vos sacrifices. C’est un trésor orné par votre pardon donné aux autres et votre foi en la Vérité de tout ce que je vous ai donné.

Vivez pour le Ciel pendant que vous êtes encore sur terre, car c’est le chemin du vrai bonheur. Tout le reste passe. La joie temporelle est comme saisir une corde en paille pendant que vous vous noyez.
Votre véritable soutien dans toute difficulté est votre amour pour moi, que j’augmente et vous renvoie pour vous venir en aide. Par conséquent, placez votre confiance dans ce qui est au-dessus, et non dans ce qui vous entoure dans le monde.

Au pied de cette montagne à gravir et à conquérir.

Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle. Pour lire le message sur le site d’origine : Soeur Beghe – Samedi 18 septembre 2021

Le péché originel a été une cassure profonde et durable dans le Plan de Dieu. L’homme, promis au bonheur et à la vie éternelle, a été conduit par l’action du démon à se retrouver au bas d’une montagne bien difficile à gravir et avec de nombreuses étapes avant d’arriver au sommet. C’est ainsi que les saints hommes peuvent se situer à la dernière étape de cette montagne, mais les ignorants, les incultes de la connaissance de Dieu peuvent se situer au pied de cette montagne à gravir et à conquérir.

Les plus agiles de cette dernière catégorie, ceux du bas de la montagne, iront plus vite que les moins souples, mais tous, à condition de tenir la main secourable et parfois invisible de Dieu, y parviendront. Il y aura les ouvriers de la première heure comme de la onzième (Mt 20, 1-16), ceux qui arriveront plus vite que d’autres, mais tous auront les mêmes étapes à franchir depuis la connaissance de Dieu, l’adhésion à Sa Parole, la communion sacramentelle, la sainteté de vie et enfin l’entrée dans le Ciel, la Vie éternelle.

Gravissez votre part de montagne et regardez toujours vers le haut.

Je suis Dieu et Je donne Ma Vie pour le monde et pour que tous les hommes soient sauvés. Le péché originel a fait de tels dégâts qu’au lieu de se trouver dès le début de la vie dans les gradins proches du sommet de la montagne, sous le Ciel, les âmes et les corps se trouvent au pied de celle-ci et doivent la gravir et Me trouver. Les anges, leur esprit, les aident et les encouragent, comme lors de Mon Agonie au Jardin des Oliviers où Je fus encouragé par un ange (Lc 22, 43) et pus alors affronter courageusement ce qui devait M’arriver.

Les anges sont vos guides, Mes enfants, priez votre ange gardien qui vous aide tant ! Je reviendrai sur ce thème et, en attendant, gravissez votre part de montagne et regardez toujours vers le haut.
Je vous bénis et vous aime. Je vous attire à Moi. Que Dieu soit loué et aimé.

La montagne est difficile pour toutes et elle se gravit chacun à son rythme.

Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle. Pour lire le message sur le site d’origine : Soeur Beghe – Dimanche 19 septembre 2021

Quand une âme part du bas de la montagne, elle a tout à apprendre : l’expérience, la manière, les astuces, les efforts, les difficultés et même les arrêts parce que la montée est difficile. Et certaines âmes, fatiguées ou perdues, s’arrêtent en chemin.

D’autres âmes qui se trouvent au même niveau sont également sans entraînement et pas nécessairement aptes à les aider. Ce sont alors d’autres âmes, d’un niveau supérieur, les prêtres par exemple, qui viennent les aider, les réconforter, les épauler. Ces prêtres qui viennent les aider, ne perdent pas leur propre place dans la montée, mais Dieu leur donne la capacité d’accéder à celles qui ont besoin d’eux. La montagne est difficile pour toutes et elle se gravit chacun à son rythme, à sa vitesse, selon son dévouement et son courage.

Ainsi en est-il des âmes sur la terre : elles évoluent à leur rythme et certaines stagnent tandis que d’autres gravissent rapidement quoique non sans douleur. Telle est l’ascension des âmes vers le Ciel. Elles gravissent, elles s’entraident, les unes plus fortes ou plus habiles et toutes avancent, pour autant qu’elles le veulent. Et puis, il y a aussi les âmes qui s’arrêtent, qui errent localement, oubliant que leur devoir est de marcher, de grimper, de ne pas perdre de temps car la montagne, elle, ne se rapetisse pas. Il faut faire tout le chemin !

Telle est la situation de l’humanité et la montagne est le chemin qui mène vers les hauteurs des cieux. Certaines âmes seront rapides et généreuses et d’autres plus lentes, d’autres ankylosées n’y parviennent pas sans de nombreuses étapes. Ceci est le chemin des âmes qui sont immortelles et qui, quel que soit le temps mis à cheminer, parviennent enfin au sommet.

Marchez, avancez, grimpez et ne vous arrêtez pas en chemin. Je suis avec vous.

C’est ainsi qu’il faut imaginer les âmes dans cette montée rendue difficile par le démon, celui qui tenta Eve et la fit tomber. Elle et Adam étaient en marche vers le sommet mais le péché originel les fit trébucher gravement et ils tombèrent nus et désemparés au pied de la montagne. Et depuis, toutes les âmes partent du bas de la montagne et doivent la gravir avec la grâce et la volonté.

Que Dieu vous bénisse, Mes enfants, marchez, avancez, grimpez et ne vous arrêtez pas en chemin. Je suis avec vous, J’ai gravi Moi aussi cette montagne et l’ai fait parfaitement. Ma très sainte Mère, dans sa douceur et son humilité l’a fait parfaitement aussi, elle n’a pas traîné en chemin, ni saint Joseph, ni les nombreux saints qui peuplent Mon Ciel et qui sont Ma joie pour l’éternité.

Venez à votre tour, ne traînez pas, ne flânez pas, ne vous arrêtez pas de peur de vous laisser entraîner par d’autres flâneurs ou par des démons qui ne sont pas désœuvrés.

Je vous attends, Je vous aime.

(Vincent) Il y a longtemps je fis un rêve du symbolisme de la montagne.
J’étais en bas d’une montagne et je me dépêtrais dans de multiples problèmes, puis je m’en sortais et je commençais à gravir la montagne.
Au milieu de l’ascension surgis ma femme qui me rejoignait, puis on arriva ensemble au sommet d’où on avait une vue magnifique sur une sorte de ville ancienne style La Jérusalem céleste.
Ce rêve n’était pas prophétique sur ce que je vivrais en fin de parcourt, mais m’avoir vu atteindre le somment de la montagne et ce beau panorama m’avait rassuré.