La méditation chrétienne

Une bonne qualité de communication par le cœur.

(Vincent, le 26 octobre 2022) Je fais tous les jours 30 minutes de méditation sur Dieu en me plaçant « en attente d’enseignement » avec devant moi comme si la porte du Ciel s’était ouverte, comme je le raconte plus bas. Je sens également depuis quelques jours une bonne qualité de communication par le cœur, comme si un flot de « fleur-feuille verte » sortait de moi vers Dieu, et je perçois sans effort ce « flux de communication », ce qui est très appréciable.
J’ai fait d’ailleurs ces jours-ci un rêve ou l’on me disait que mon « cerveau-esprit-capacité de réception » allait être augmenté, amélioré, changé comme on remplace un ordinateur par un plus puissant, et effectivement, cela c’est bien produit.

Vu que Dieu ne me parle pas directement avec des mots, je me demandais souvent de quelle façon Dieu pouvait m’instruire, en me disant que c’était peut-être de façon invisible, inconsciente,
Ce matin je rentre donc en communication avec Dieu durant une heure, ce qui correspond en réalité à 30 minutes si l’on supprime les moments de rêveries, et je me demandais où se trouvait cet enseignement que Dieu est censé me donner et sous quelle forme elle aurait lieu. Et puis soudain un enseignement est bien arrivé, propre à mon parcours, sous la forme d’une inspiration, une idée nouvelle à mettre en œuvre.

Après cette période, je me suis demandé ce qui se passerait si je prolongeais ce temps de prière et me mettais à nouveau en attente d’un autre enseignement, et à ma grande satisfaction un autre enseignement est arrivé. Si le premier est trop personnel pour être raconté en détail (comment accéder à la « conscience sublime »), le second avait pour thème « la confiance en Dieu », faire de Dieu notre meilleur ami.

Voici deux messages célestes pour illustrer mon témoignage.

Saint Amour : Message de Dieu le Père donné à Maureen (USA) le 14, 24 et 25 octobre 2022.
Je vois une Grande Flamme que j’ai appris à reconnaitre comme le Cœur de Dieu le Père. Voici son message :

Enfants, lorsque vous vous installez pour prier, apprenez à vous abandonner complètement à Moi. C’est nécessairement un comportement appris que Je vous enseignerai. Permettez-moi de prendre possession de votre cœur et de votre esprit. C’est seulement alors que Je pourrai vous guider et vous amener sur le chemin de la plus pure sainteté. (…)
Mes enfants, votre vie de prière est le fruit de votre spiritualité. Si vous négligez votre relation avec moi, cette faiblesse se reflètera dans une relation distante avec moi – une relation qui ne fait pas grand-chose pour vous conduire sur le chemin d’une sainteté personnelle plus profonde. Une relation si faible entre nous se reflète dans le manque de confiance en ma Providence. L’âme faible ne comprend pas ma Force.
Lorsque vous priez, clarifiez l’atmosphère autour de vous, en laissant au minimum les possibilités de distractions. Ce n’est qu’alors que vous pouvez distinctement entendre et comprendre ce que Je désire vous communiquer. Lorsque Je vous inspire un enseignement à travers votre temps de prière, cela vous procure un sens clair de là où je veux vous mener et Satan devient incapable de vous confondre ou de stopper votre élan.
Néanmoins, Satan essaie d’imiter mon Esprit pour vous égarer. Demandez la grâce du vrai discernement au début de vos prières. Ne soyez pas fier de la direction que vous recevez. Acceptez humblement ma Direction. (…)
Quand la prière est dite, la différence entre les prières est l’implication du cœur. Comprenez donc que certaines prières sont plus ferventes que d’autres et donc plus puissantes.
Il est important de prier loin des distractions afin que la grâce puisse consommer votre cœur pendant que vous priez. Vous n’avez pas à vous concentrer sur vos nombreux besoins pendant que vous priez, car Je les connais. (…)

Chapitre complémentaire : Messages sur la prière et En communication avec Dieu
En fin de page, j’ai mis mon ancien chapitre sur : La méditation par le cœur.

Une sorte de fleur inconnue, la porte du Royaume des Cieux.

(Vincent, le 6 octobre 2022) Depuis plusieurs semaines je fais tous les jours 30 minutes de méditation chrétienne, donc de silence mental « en attente du Royaume », et ce matin, le « Royaume » s’est montré.
D’ordinaire je fixe les yeux ouverts un endroit devant moi contre un mur et je reste « en attente » sauf que là je voyais à cet endroit, avec mes yeux de l’esprit, une chose presque matérielle, comme une sorte de fleur inconnue. J’ai donc focalisé mon regard et mon attention vers cette « chose » et je n’avais plus aucun effort à faire pour le vide mental puisque cette chose surnaturelle, comme « la porte d’entrée du Royaume » suffisait à attirer mon attention. Cette fleur ressemblait à une sorte de fleur de lotus.

La fleur de lotus : Compilation d’explications trouvées sur internet.
La fleur de lotus indien représente la pureté et l’accomplisement personnel. Née de l’eau boueuse, cette plante s’épanouit dans la lumière, pétale après pétale, en un ballet gracieux. Porteuse d’espoir et symbole de persévérance, la fleur de lotus rappelle ainsi que la beauté existe même dans les moments difficiles.

(19 octobre 2022) Je continue quotidiennement ces 30 minutes de méditation « en attente du Royaume », « en attente d’une rencontre avec Dieu ». J’ai toujours devant moi cette étrange fleur, qui s’est transformée progressivement en « porte d’accès vers le Ciel ». Je me sens ainsi connecté au Ciel via mon cœur, comme des « ondes » qui en partiraient et se dirigeraient vers cette porte du Ciel, vers Dieu. Cela forme un temps de prière très agréable et concret.

Participation à un groupe de méditation chrétienne.

(Vincent, le 28 sept. 2022) Tapant sur un moteur de recherche : « Méditation chrétienne » en espérant trouver une sorte de centre de méditation mais d’influence chrétienne (et non bouddhiste), je fus surpris de constater que cela existait et je tombe sur un site canadien particulièrement bien fourni : meditationchretienne.ca.

Je trouve l’adresse du seul groupe sur Paris, envoie un texto pour voir si le groupe est encore actif. On me répond que oui et je m’y rends, un mercredi soir dans une église de l’ile Saint-Louis. Après la messe nous nous retrouvons à six dans une grande sacristie.

On m’explique donc le principe de la méditation chrétienne, qui est différent de l’adoration, même si cela reste proche. Le but est de faire le vide en soi, ne plus penser durant 20 minutes et être comme « en attente d’une rencontre avec Dieu ». Cet exercice vise à nous déconnecter du monde de la terre pour nous rapprocher du monde céleste.

Un bol tibétain  (ou « bol chantant ») se trouvait sur la table. Je trouvais d’un premier abord cet objet un peu « new-âge », mais au bruit de ce bol qui marquait de début de la séance de méditation, cela me fit penser aux cloches chrétiennes et ce son était en réalité parfaitement adapté et l’objet très pratique, (et d’ailleurs j’en avais déjà un chez moi). On récita quelques prières, puis on plongea en silence durant 20 minutes, tous assis autour d’une table.

Contrairement aux autres qui firent l’exercice les yeux fermés, moi je fis cela les yeux ouverts car je savais d’expérience que c’était mieux ainsi, cela empêche de tomber en rêverie. Je n’eus aucun mal à rester en silence de pensée car j’avais déjà une certaine expérience. Je fixais ma pensée sur mon « corps d’énergie », mon âme, de couleur plutôt verte, que j’assimilais à mon Esprit subconscient comme s’il était situé à l’extérieur de moi. (Retenez bien tous ces détails). Je considère ce corps d’énergie / âme / Esprit subconscient, comme mon Étincelle divine. Mon lien vers Dieu.
Au bout de 15 minutes, je sentis comme une sorte de transformation en moi, comme une matérialisation de mon Esprit subconscient face à moi.
Au son du chronomètre qui sonna on arrêta, puis on lut le texte ci-dessous que j’ai abrégé.

Lettre de l’école internationale n° 28, 3e année. Le Royaume de Dieu, par Kim Nataraja. (Texte raccourci. Pour le lire en entier : meditationchretienne.ca

L’abandon est la qualité essentielle de la vraie méditation, de la prière contemplative. Il s’agit de renoncer aux pensées, à l’imagination et aux images. Ce faisant, nous laissons le passé et l’avenir – les souvenirs qui nous ont façonnés et les espoirs, désirs et craintes qui esquissent notre avenir. Nous pouvons renoncer à notre volonté égocentrique pour nous abandonner véritablement à ce que Ta Volonté soit faite.
Nous entrevoyons aussi plus souvent une autre réalité, une réalité de paix et d’amour qui nous encourage à persévérer en dépit de toutes les difficultés de nos pensées dominatrices. Dans les Écritures, Jésus décrit cette autre réalité comme étant « le Royaume ». Le but ultime des Pères et Mères du Désert, sur l’exemple desquels s’est fondé notre mode de prière, était d’entrer dans « le Royaume » Et la « pureté du cœur » était pour eux le moyen d’y parvenir.
Ce que les Pères recherchaient plus que tout, c’était leur véritable « soi », dans le Christ. Afin d’y parvenir, ils devaient rejeter complètement le faux « soi » officiel, fabriqué sous la compulsion sociale du « monde ». Leur maxime suivait le conseil de Paul : « Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser ». (Romains 12, 2).
Chaque fois que nous nous détournons de nos pensées et images, chaque fois que nous ne suivons pas l’un de nos désirs égocentriques, à l’instar des ermites du désert, nous avançons sur la route vers « Le Royaume ».
Là où le Royaume est parmi nous, il n’y a ni haine, ni compétition égoïste, ni aucune source de division. Là où le Royaume est en nous, notre véritable nature a dissipé toute ignorance sur nous-mêmes et établi l’harmonie et l’intégration entre le conscient et l’inconscient. Nous sommes alors libres d’agir en accord avec notre bonté fondamentale : à l’image et à la ressemblance de Dieu, ce que nous sommes.

Conseils et mise en pratique.

Il est possible de faire chez soi cette séance de médiation, qui peut être quotidienne, mais le faire en groupe est plus entrainant. Voici mes conseils :

– Effectuer cet exercice assis et les yeux ouverts (très important).
– Bien respirer tout au long de l’exercice.
– Se servir d’un chronomètre, sur 20 minutes.
– Le son du « bol chantant » qui marque le début et la fin de l’exercice est appréciable.
– La lecture au début ou à la fin d’un texte religieux rend l’exercice plus concret.
– Allumer une bougie peut aussi créer une certaine ambiance propice à la méditation, avec une lumière tamisée.

Mes conseils, fruit de mon expérience, sont de vous concentrer sur « votre âme » que vous pouvez imaginer comme un « corps de lumière », un « corps d’énergie » et imaginez ce « corps divin » face à vous. Et faites cela 20 minutes.
Pour aller plus loin, vous pouvez vous plonger dans « la couleur verte » et vous imaginer être le numéro cinq, le symbole de « l’Homme-Dieu ». Pratiquez aussi le lâcher-prise et la confiance en la Providence Divine.

Cet exercice n’est pas juste un « passe-temps », elle aura des répercussions concrètes sur votre vie.

Site très complet sur le sujet : meditationchretienne.ca

J’ai été marqué un jour par le mail d’un internaute qui se plaignait avec virulence que la lecture des messages de mon site ne changeait pas sa vie. Voici donc les chapitres (en plus de celui-ci) qui permettent concrètement de modifier nos vies :

Méditation sur l’Âme
L’immortalité de l’âme
Le lâcher-prise
En communication avec Dieu
Au centuple, dès cette vie
Le symbolisme du numéro 5
Esprit intelligent, Esprit subconscient
Les Poltergeists (et le cas Matthew Manning)
Journal d’expériences psi

Église de Lion-sur-mer (Normandie)

Extrait de mon ancien chapitre : Le chakra du cœur.

Un ressenti de contact via un canal qui semble une vraie réalité.

(Vincent le 26 avril 2015) Maintenant je sens nettement une sorte de canal qui, du cœur, part vers Dieu. J’ai réussi samedi 25 avril à faire une heure complète d’adoration devant le Saint Sacrement (dans une église), d’ordinaire je ne dépassais pas 30 minutes mais là… une heure facile.
Les 15 premières minutes sont un temps « d’amorçage » de l’esprit… puis 45 minutes concentrées sur Dieu via ce canal, comme une voie directe vers Dieu… mais il n’y a aucun dialogue, c’est juste une médiation, un ressenti de contact via un canal qui semble une vraie réalité.
Je me suis demandé si j’aurais une grâce de retour de cette heure passée avec Dieu et dans l’heure qui a suivi je l’ai reçu. Mais j’ai surtout eu l’impression que cette heure passée était un temps important, comme un temps qui comptait plus que tout le reste.

Un temps de ma vie que je donne à Dieu.

(Vincent le 25 mars 2015) J’ai fait ce lundi 30 minutes d’adoration (méditation) chez moi… en lien avec Dieu. Récit :
Depuis que je fais ces 30 minutes quotidiennes de divine méditation, il n’est pas rare que je tombe un peu malade en fin de journée (ce qui fut le cas ce lundi), un malaise que j’attribue au démon qui cherche à me dissuader de persévérer… mais mon état finit généralement par se rétablir en soirée.
Ce lundi soir, alors que je méditais en lien avec le Seigneur, j’eus le sentiment que ces 30 minutes étaient un temps de ma vie que je donnais à Dieu, j’avais très clairement en moi ce sentiment ce qui rendait la méditation agréable et utile car durant ce temps, je sentais Dieu qui parcourait mon corps (vu que ces 30 minutes lui appartenaient).

Je vous raconte cela car souvent lors de l’adoration, on ne sait pas trop quoi penser. Pensez donc que vous ne vous appartenez plus, que Dieu prend possession de votre corps physique et de votre âme… que le temps de votre vie s’arrête et c’est le temps de Dieu qui commence.
Sur une période de 30 minutes, ce sont les 15 dernières minutes les plus « intéressantes ». les 15 premières servant à vous mettre en condition.
Pour réussir à bien ce genre d’exercice, il est important de le « programmer », c’est-à-dire qu’au cours de la journée, vous devez vous rappeler à ne pas oublier de la faire et ainsi votre psychisme va se préparer à l’avance. Pour être efficace, ce temps de prière ne doit pas être fait durant, par exemple, sur votre temps de transport, c’est un temps qui doit être pris sur votre vrai « temps de vie ». Un moment ou vous pourriez faire autre chose mais que vous donnez volontairement à Dieu. Un temps au calme chez vous ou dans une église.

Et je me suis mis à méditer sur la nature de ce lien.

Durant la journée de mardi, un fait assez intéressant c’est produit en moi. Récit :
Alors que mon moral état assez bas dans une ambiance professionnelle stressante, je me suis dit « comment m’en sortir ? » Ayant un certain ressenti du monde de l’au-delà, j’ai tout de suite pensé à la phrase du message que je venais de mettre en ligne et qui m’avait donné un certain plaisir à propos du Paradis

et ensuite, c’est le grand saut dans un incomparable bonheur …  (pour lire le message en entier)

J’arrivais donc à ressentir cette joie future mais je me suis dit que c’était une échappatoire un peu facile. Je me suis donc tourné vers Dieu et à ce moment-là un lien surnaturel s’est créé entre moi et lui, me donnant un certain plaisir (État Modifier de Conscience).
J’étais comme relier à Dieu par un fil, ce qui faisait que je me sentais subitement bien et je me suis mis à méditer sur la nature de ce lien (pour mieux le comprendre et le reproduire) et ce lien me semblait fragile et pouvoir se rompre à tout instant. Cette jonction avec le Seigneur dans une relation intime, cette fusion me semblait être possible que grâce à une concordance de vue, une similitude de vertus. J’avais l’impression que ce lien ne m’était accordé que parce que j’étais d’accord avec les lois de Dieu (paix, tolérance, générosité, pardon, amour des autres, etc) que je mettais en pratique.

Ce genre d’expérience nécessite donc plusieurs choses.
– Une volonté d’aller vers Dieu aux moindres problèmes (relation père-fils)
– Un désir de se rapprocher toujours plus de Dieu, d’habiter en lui et qu’il habite en vous.
– Connaitre les vertus de Dieu afin de pouvoir les imiter.
– Passer du temps avec Dieu.
– Avoir un certain ressenti du monde des « Esprits » (ce ressenti s’acquiert par des exercices psycho-spirituels).

Ne pas avoir peur de Dieu, ne pas le craindre.

(Vincent le 22 mars 2015) J’ai fait (samedi 21 mars) 45 minutes de méditation avec Dieu. Récit :
Pas toujours mais souvent, lors de ces méditations du samedi que je fais devant le Saint Sacrement, il se passe des choses nouvelles, riches d’enseignements. Cette fois le thème fut « Ne pas avoir peur de Dieu, ne pas le craindre ». On entend souvent dire qu’il est bon de craindre Dieu, en signe de reconnaissance de sa puissance, mais un enfant doit-il craindre un père bon et généreux.
J’ai moi-même 2 enfants (13 et 9 ans). Mes enfants me craigne-t-il ? Non car je suis un père doux, généreux et libéral (hostile aux punitions corporelles). Le fait d’avoir des enfants m’aide beaucoup dans mon rapport avec Dieu et lorsque je me demande ce que je pourrais faire pour plaire davantage au Seigneur, je me dis « que pourraient faire mes enfants pour me plaire davantage »… et la réponse serait « passer du temps avec moi pour le plaisir d’être ensemble et être fusionnelle… donc le temps d’adoration que je pratique est la réponse appropriée. (je fais 30 minutes par jour chez moi et le samedi devant le Saint Sacrement, sans parler du dimanche à la messe).
Lors de cette adoration, j’avais l’impression d’être « fils de Dieu », de loger en Dieu et d’avoir Dieu en moi et en adhérant à ses valeurs (paix, tolérance, générosité, pardon, amour des autres, etc) j’avais le sentiment que cette façon de me sentir était incompatible avec la notion de « craindre Dieu ».
Donc en conclusion, une fois attend un certain degré de compréhension du Divin, il faut s’efforcer de gommer la notion que l’on puisse avoir peur de Dieu (le craindre). Dans le Nouveau Testament (ou dans les Évangiles de Maria Valtorta, je ne sais plus) Jésus s’étonnait que l’on puisse avoir peur de Dieu et cette réflexion m’avait marqué.
Je viens de lire un livre sur Abd el Kader (1808-1883) (dont le général Burgeaud, son principal ennemi, disait que son aspect physique lui faisait pensait à l’image que l’on a de Jésus) et il était tellement généreux avec les prisonniers français que certains se permettaient une certaine familiarité de ton, signe que ces prisonniers se sentaient comme chez eux, ils ne craignaient pas Abdel Kader, bien qu’étant en son pouvoir, ils se sentaient protégés par la générosité légendaire du Sultan Algérien qui était sans failles.

Exercice de fusion avec Dieu.

(Vincent le 1er mars 2015) J’ai fait (samedi 28 février) 45 minutes de méditation sur le cœur, en lien avec Dieu. Récit : Suite au décès de mon collaborateur Jean Louis B, j’étais allé samedi dans une église pour faire dire des messes mais l’accueil était fermé (pour cause de vacances scolaires), j’en ai profité pour aller devant le Saint Sacrement (présence réelle de Dieu) faire une prière de demande (demander à Dieu une grâce).
J’avais fait samedi dernier 30 minutes d’adoration dans ce même endroit, une église gigantesque, belle comme on savait en faire au 19e siècle et où l’endroit de l’adoration est particulièrement soigné, grandiose et qui surpasse tout ce que j’ai pu voir dans les autres églises.
Alors que j’étais à genoux, j’ai senti un lien intime se créer avec Dieu, comme-ci j’étais « l’enfant chéri de Dieu ». J’avais lu un message céleste qui disait que c’est un sentiment que tout le monde ressent lorsqu’on est au Ciel, qu’on a tous l’impression d’être l’enfant préféré de Dieu (ce sentiment est donc accessible à tous).
Ce lien avec Dieu était tellement fort que je me suis mis à me contenter de ce ressenti, en faisant abstraction de toute demande, comme d’un moment intime dépourvu de tout intéressement.
Au bout de 20 minutes de cet état de communion intense, un chargement se produisit en moi. J’eus l’impression qu’un rayon de lumière inondait mon cœur. Je me suis alors dit « je vais poursuive cette méditation le plus longtemps que je pourrais ».
Puis j’avais le sentiment que tout mon corps devenait blanc, comme une hostie, et j’avais le désir que Dieu me mange.
J’ai maintenu cet état durant 15 minutes, jusqu’à ce que mon esprit s’égare vers diverses pensées. La totalité de l’exercice a duré environ 45 minutes.

Je connais le minutage précis car je savais d’expérience que c’est après en moyenne 30 minutes que l’on récupère le fruit de son exercice, donc je m’étais dit ce sera 30 minutes minimum. Et j’avais lu dans le livre l’Imitation de Jésus-Christ que la nature de l’homme (le cerveau humain) n’était pas capable de supporter une continuité de cet état.
Ces exercices liés à la médiation sur le cœur en lien avec Dieu font que lorsque je prie pour mes proches je me sens relié avec eux par le cœur et ce ressenti devient de plus en plus concret et le cœur m’apparait bien, chaque jour un peu plus, comme un organe de communication majeur.

Message du Ciel – Jean messager de la lumière : (…) La communion des saints se réalise par la réciprocité des cœurs séparés par la mort physique. Les hommes doivent savoir que le cœur est le poste récepteur le plus incomparable et le plus perfectionné pour entendre, au tréfonds d’eux-mêmes, la voix de leurs aimés du Ciel. (…)

Se reposer 5 minutes sur le cœur de Jésus.

(Vincent le 10 février 2015) Un internaute m’a envoyé ce document.

Je l’ai mis en application ce dimanche, cela m’a permis de vivre très intensément la messe, concentré sur l’échange de cœur avec Jésus. Être concentré 5 minutes demande un effort mental assez conséquent, je m’étais préparé durant toute la durée de la messe à cet effort final. J’ai pu constater les jours d’après une sensibilité psychique et spirituelle accrue.

Le cœur est le poste récepteur le plus incomparable et le plus perfectionné pour entendre, au tréfonds d’eux-mêmes, la voix de leurs aimés du Ciel.

Message du Ciel – Jean messager de la lumière – Livre Tome 2 : LA COMMUNION DES SAINTS – Page 63 : Caractère de la communion des saints. Messages du 07.12.1999 au 11.08.2000.

La communion des saints s’exprime dans la célébration de l’Eucharistie, où les chrétiens communient au Corps du Christ. Une foi commune unit le chrétien au Christ et les chrétiens entre eux ; vous le ressentez si bien lors des messes, au moment où vous vous donnez la paix du Christ …
Cette foi commune s’étend à ceux qui vous ont précédés dans l’au-delà et qui se trouvent de l’autre côté de la rive. Parmi eux il y a ceux qui ont atteint le paradis, mais également tous ceux qui sont en route vers Dieu sur le chemin de la purification ….
La communion des saints est comparable à un pont qui relie une rive à une autre. Nous avons disparu de votre regard de chair, mais plus que jamais nous sommes avec vous, en vous, et si réellement !
De l’autre côté de la rive nous formons une armée céleste et nous sommes tellement heureux lorsque vous nous rejoignez par vos pensées d’amour. Elles se concrétisent par le souvenir, par la prière, par le chapelet et les messes qui sont demandées à notre intention, ce qui nous permet en compensation d’en faire profiter les âmes les plus délaissées !
Hélas, très souvent, il faut que les hommes soient éprouvés pour découvrir la vérité et la communion des saints. Clamez que l’âme après la mort vit dans un corps spirituel qui en passant par le purgatoire se purifie pour se transformer en corps de gloire ! Restez les spirituels de votre temps, aidez les autres à rechercher Dieu en toutes choses, surtout ces malheureuses personnes qui ont des enfants difficiles ou qui, ayant perdu un membre de leur famille ne peuvent pas remonter la pente.
La communion des saints se réalise par la réciprocité des cœurs séparés par la mort physique. Les hommes doivent savoir que le cœur est le poste récepteur le plus incomparable et le plus perfectionné pour entendre, au tréfonds d’eux-mêmes, la voix de leurs aimés du Ciel.
Ils leur crient qu’ils sont les vivants et qu’ils les aiment, sachez qu’ils prient pour vous, et vous-mêmes rendez-leur la pareille en priant le rosaire et en communiant à leur intention …
Dans l’esprit de la communion des saints, vous aiderez les hommes à mieux comprendre les Écritures Saintes et à mieux saisir l’enseignement de Dieu. Faites-leur découvrir à nouveau les anges, le Ciel, le purgatoire et à débusquer le Griffu qui cherche par toutes les manières à alimenter le feu de l’enfer.
Soyez rassurés, l’invisible est avec vous et vous communique la force pour aimer et conduire sur la voie royale les brebis égarées. Regardez les autres différemment !
Essayez de pénétrer par la pensée dans le cœur de ceux que vous avez tendance à juger, ne voyez en eux que le bien …
C’est à travers la communion des saints, et par la réforme intérieure de chacun de vous, assisté des saints, des anges et de la bienheureuse Vierge Marie, que les hommes pourront se transformer pour être conduits à Dieu.

Jean, messager de la Lumière

Votre cœur est la porte de l’esprit, le passage obligé des sentiments, il relie l’humain au divin.

Message de Dieu le Père à Rosanna (Italie), 12 juin 2014

Chers enfants, votre cœur est la porte de l’esprit, le passage obligé des sentiments, il relie l’humain au divin. Siège des émotions, lieu de transition vers le surnaturel. C’est là où Je me tiens pour communiquer avec vous, mes bien-aimés.
Ceux qui n’ont pas franchi cette porte de l’esprit, se condamnent à une vie terne et grise, et même médiocre, parce que c’est comme posséder un instrument de musique et ne pas savoir en jouer.
Ouvrir la porte de l’esprit, c’est comme ouvrir une immense fenêtre sur l’Univers et anticiper par là la jouissance de la lumière et de la connaissance.

J’ai senti que c’était par mon cœur que je pouvais être relié au cœur de Jésus. Comme si mon cœur était un organe de communication.

(Vincent, 29 septembre 2013) Nouvelle bénédiction de cimetière et nouvelle grâce. J’ai changé de cimetière et j’en ai profité pour aller à la messe de la paroisse la plus proche de ce cimetière (dans la ville d’à côté).

Mais alors que je bénissais les tombes (depuis au moins 45 minutes), J’ai senti au fond de moi que je devais écourter cette bénédiction. J’arrivais donc avec 30 minutes d’avance à la messe dans une église que j’avais repérée sur internet mais que je ne connaissais pas.
Je me suis dit « je vais faire 30 minutes d’adoration ».  Et durant cette adoration (j’avais l’impression que tout le cimetière était derrière moi) j’ai senti que c’était par mon cœur que je pouvais être relié au cœur de Jésus. Comme si mon cœur était un organe de communication. Cette sensation était très nette en moi.
Pendant toute cette adoration, j’étais donc cœur à cœur avec Jésus, et en sortant de la messe, encore imprégné de cette révélation intérieure, ce ressenti, je me suis retrouvé avec surprise et joie en face de ce panneau (image ci-contre) Cette église s’appelait l’Église du Sacré-Coeur.

On peut faire un lien avec le 4e chakra situé au niveau du cœur, cet endroit permet un lien spirituel très fort avec Jésus/Dieu.
(Wikipedia) Chakra : (…) désigne des « centres spirituels » ou « points de jonction de canaux d’énergie ».

Voici ce que j’ai pu lire sur un site non chrétien … mais il doit y avoir un peu de vrai dans ce texte.

Le chakra du cœur a pour fonction et localisation « la croix intérieure ». Dans sa vibration, il aide à unir les plans célestes et les plans terrestres. Le chakra du cœur est un chakra humble, souple, aimant, permettant la fusion entre les énergies provenant de la Terre et les énergies provenant du Ciel.
Le chakra du cœur est un filtre d’amour. Il contient en son centre l’amour inconditionnel. Il filtre tout ce qui n’est point aligné à l’essence de votre divinité, tout ce qui n’est point inconditionnel. Le chakra du cœur est capable, à travers ses chambres, ses antichambres, son réceptacle, son puits d’amour, de filtrer et d’élever le non-amour en amour, d’ajuster les vibrations célestes aux vibrations terrestres. (…)

J’arrive à le faire en déversant l’énergie du chakra du cœur dans le métal.

(Vincent : Texte trouvé sur un forum anglophone et que j’ai traduit)

La seule capacité de psychokinésie que je suis en mesure de reproduire facilement est la flexion de couverts (cuillère ou fourchette).
J’arrive à le faire en déversant l’énergie du chakra du cœur dans le métal. Ce qui provoque son ramollissement temporairement. J’ai pu en faire la démonstration devant ma famille et mes amis.
Pour fragiliser (ou casser) un verre, la technique est similaire. Il faut lui envoyer l’énergie d’amour du chakra du cœur. Personnellement, je ne comprends pas bien le principe physique du phénomène, mais le procédé fonctionne bien, le verre devient fragile au point ou il se brise sous une légère pression.
Quand je dis qu’il faut agir avec son énergie d’amour, je veux dire sentir son chakra du cœur et déplacer cette énergie d’amour dans le métal ou le verre, en utilisant l’intention (le désir) et le sentiment. Chaque fois que vous mettez votre énergie dans le métal, et que vous libérez votre pensée (ne plus penser à rien), et que vous frottez le métal, il devrait se ramollir.