La passion


l’Âme du Seigneur descendit dans les bas-fonds du monde invisible, harcelée par les démons.

Message de Dieu – Soeur Beghe – Le 17 novembre 2023 – Lire le message en entier sur le site d’origine.

Je suis votre Dieu, votre Maître, le saint des saints et le « Dieu peut tout ». Il peut arrêter le temps, Il peut arrêter toute tempête, (…)
« Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi M’avez-Vous abandonné ! » (Mc 1, 34). Ce cri de Notre Seigneur et de notre Dieu sur la Croix est incomprise, car les hommes ne peuvent, sans intuition divine, comprendre l’Âme si élevée de notre sauveur.

De même que l’esprit de l’homme est son Ange gardien, ainsi l’esprit du Seigneur Jésus-Christ est Dieu. Comme l’Ange gardien quitte l’âme à laquelle il est attaché si cette âme reçoit la sentence qui la condamne pour l’éternité, ainsi le Seigneur Jésus-Christ, qui avait pris sur Lui tous les péchés du monde, ressentit la privation de Dieu, son éloignement ; cet état d’écartement, d’abandon de Dieu, L’angoissa suprêmement.

En effet, son Âme se sépara de Dieu ou plutôt Dieu se sépara de son Âme non pas à cause d’une sentence éternelle, mais à cause du châtiment que le Seigneur Jésus avait accepté de prendre sur Lui. Lorsque son Âme quitta son corps après le dernier soupir, l’Âme du Seigneur descendit dans les bas-fonds du monde invisible, harcelée par les démons qui le crurent à eux, mais Il ne leur céda pas et Il apporta dans ces bas-fonds du monde invisible la lueur de l’Espérance qui manquait à ces âmes perdues mais non encore mortes.

Il se releva de sa propre Autorité, repoussa les démons qui cherchaient à l’entraîner dans leur bauge, et remonta de ces bas-fonds, passant par tous les lieux de souffrance et de compassion. Il passa aussi par les limbes des Justes et là, ce fut un bonheur éblouissant pour ceux qui L’attendaient et qui L’accompagnèrent à son entrée dans le Paradis. Certains d’entre eux furent dirigés vers le purgatoire, nouveau lieu de purification destiné à toutes les âmes chrétiennes non encore prêtes pour entrer au Paradis.

Et puis, le 3e jour, le dimanche de la Résurrection, l’Âme de Jésus-Christ réunie à Dieu retrouva son Corps, et son Être fut reconstitué tel qu’Il est et a été de tout temps dans l’Éternité bienheureuse. Mes chers Enfants, ne fuyez pas votre Ange gardien, aimez-le, écoutez-le, chérissez-le.

Je vous bénis, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il. Le Seigneur et Maître de toute création.

Mon Sacrifice pour vous acquérir la Vie éternelle fut le but de toute ma vie terrestre.

Message de Dieu – Soeur Beghe – Le 31 mars 2023 – Lire le message en entier sur le site d’origine.

Mes très chers fidèles, Je veux parler à mes fidèles en ces jours de ma Passion et de ma Mort sur la Croix Rédemptrice. Oui, J’ai aimé l’instrument de ma Passion, J’ai aimé ma flagellation si rude et si douloureuse, J’ai aimé mon couronnement d’épines, signe de ma Royauté et de mon Amour pour les hommes mes frères – et mes sujets, oui, parce que Je suis Roi ; J’ai aimé les clous qui m’ont transpercé et faisaient jaillir de mes nerfs une douleur fulgurante, J’ai aimé mourir pour les hommes, mes frères, mes enfants, mes bien- aimés. Je leur gagnai ainsi le Ciel, l’Éternité bienheureuse et, connaissant Moi-même ce que le péché originel et leurs propres péchés leur refusaient, J’étais absolument consentant à l’égard de mes douleurs. Désirant même souffrir tout ce que Je pouvais, Je voulais satisfaire à l’immense injure, à l’immense peine qui avait été et qui était toujours faite à Dieu par le mal commis.

Tant que Dieu n’était pas consolé et satisfait par la réparation qui Lui était due, Il ne pouvait exercer une Miséricorde parfaite, or Dieu ne peut agir que parfaitement. J’ai aimé les hommes d’un amour intense, inimaginable à la compréhension humaine pécheresse, parce que J’avais créé l’homme parfait et parce qu’il était comme la prunelle de mes yeux. Je n’étais pas seulement son Créateur mais aussi son Père, son Frère responsable et dévoué, son Ami bien-aimé. L’Amour de Dieu étant infini, J’aimais l’humanité à ce degré infini. Le salaire de cet Amour géant, infini, fut la Croix et la Mort ignominieuse du Fils de Dieu, infiniment parfait et infiniment Aimant, offrant à Dieu le Père la réparation parfaite et infinie de ma Sainte Humanité, réparation à laquelle Il avait droit pour aimer de nouveau sa créature avec toute la grandeur et la perfection de sa Miséricorde.

Oui, mes enfants, mon Sacrifice pour vous acquérir la Vie éternelle après votre trahison et votre incommensurable injure par le péché, fut le but de toute ma vie terrestre. Mes saints l’ont bien compris, suivant mes pas dans l’incompréhension et souvent les brimades de leurs pairs. Soyez tout près de Moi en cette très prochaine Semaine Sainte, aimez-Moi avec compréhension, avec compassion et par votre participation fidèle toute consacrée à votre Dieu.
Je vous ai aimés, Je vous aime et vous aimerai comme personne et vous le saurez pleinement lorsque vous serez avec Moi dans mon éternelle Demeure, le Ciel, le Bonheur total. (…)

J’étais victorieux, et tous les miens partageaient ma victoire. Elle était la leur comme elle était la mienne.

Message de Dieu – Soeur Beghe – Le 1er novembre 2022 – Lire le message sur le site d’origine.

Mes très chers enfants, Quand l’homme est devenu mauvais parce qu’il ne veut plus servir Dieu, le démon s’empare de lui et il se laisse prendre sans opposition. Quand le démon s’est emparé d’une âme, il s’en rend maître et elle devient son esclave.
Que fait un esclave ? Il obéit, il a souvent peur de son maître, alors il se rend lui-même esclave en plus de l’être déjà.
Que fait un esclave ? Il est au garde-à-vous, il anticipe les ordres reçus, il se rend utile pour éviter les coups et les mauvais traitements. C’est ainsi qu’agissent les hommes méchants qui sont eux-mêmes comme des démons pour ne pas déplaire à leurs maîtres. Ils sont consentants envers leur propre possession et lorsqu’ils agissent, le démon leur donne souvent de l’emprise sur leurs semblables.

Un homme sain serait doux tandis que le même homme sous l’emprise du démon sera brutal. C’est ainsi que Je fus brutalisé sans raison, simplement parce que les soldats voulaient plaire à leurs maîtres.
Le Chemin de Croix de Celui qui vous parle fut si dur, si éprouvant et si douloureux parce que les démons étaient là et qu’ils utilisaient leurs esclaves, mes bourreaux, pour me torturer et me crucifier.
J’ai vécu ma Passion en toute connaissance des péchés que J’avais accepté de prendre sur moi pour les racheter. Je connaissais leur nombre, leur noirceur et leur réalité, et les prendre sur moi pour m’offrir à Dieu en réparation de chacun d’eux fut un acte de charité et de dévouement que seul Dieu pouvait accomplir.

J’étais chargé des innombrables péchés qui méritaient mille morts et ma Passion en fut d’autant plus cruelle. Les démons n’ont aucune pitié et plus la créature souffre, plus ils veulent lui imposer de nouvelles souffrances.
Je fus flagellé excessivement, bien au-delà du nombre de coups réglementaires, Je fus agressé, mutilé, giflé et insulté, et comme Je ne me dérobais pas, mes bourreaux s’amusaient et cherchaient à me détruire plus encore. Je fus revêtu d’un manteau rouge en signe grotesque de royauté, mais c’était le manteau du Roi des martyrs. Je fus couronné d’épines et ce fut la Tiare des martyrs.

Je fus flagellé et le nombre de coups reçus me plaça en tête de l’endurance et de la persévérance. Par tout ce que le chef des démons me fit subir, ma douceur me faisait remporter le premier prix en toute chose. Et même lorsque sur la Croix J’endurais l’abandon divin par la séparation de mon Esprit divin d’avec mon Âme, car Dieu ne pouvait descendre dans les Enfers, mais moi, Jésus-Christ en mon Âme Je devais y aller, Je priais et conservais ma totale déférence et ma totale soumission en la Volonté de mon Père céleste. Je fus alors le Roi de l’obéissance, et quand tout semblait perdu, Je gardais la foi en Dieu, Père Verbe et Esprit, parce qu’Il est le Tout-Puissant et que par Lui rien ne peut se perdre.

Mon Âme fut prise par les démons mais ma qualité divine à laquelle elle était liée la protégea et son autorité majestueuse et supérieure la dégagea, à la surprise intense et déroutée de ses ennemis implacables. Je remontais de cet Abîme putride et vins à la rencontre de tous ceux qui m’attendaient pour pouvoir entrer en Paradis.
J’étais victorieux, et tous les miens partageaient ma Victoire. Elle était la leur comme elle était la mienne et nous nous unîmes dans la joie et le bonheur d’une Éternité sans fin. Telle fut ma Passion, telle fut ma Croix. Je la portais tout entière, Je ne m’accordais aucune amélioration, aucune pause, aucun adoucissement, car Je voulais vous sauver tous et Je ne pouvais me permettre le plus petit adoucissement qui aurait rejailli sur vous ou même sur un seul d’entre vous.
Si J’avais perdu même un seul d’entre vous, J’aurais failli ! Et lorsque J’en vois tant parmi vous qui ne faites aucun cas de mon Sacrifice, fait pour tous mais surtout pour chacun, Je revois la souffrance particulière soufferte pour tel et tel, et là encore, sur la Croix, J’offre tout à la miséricorde et à la Justice de mon Père céleste.

Je voudrais, mes enfants, que vous lisiez et relisiez ces paroles pour réaliser avec reconnaissance le prix payé pour chacun d’entre vous. Dieu vous a créés, Dieu vous a sauvés et Dieu vous veut avec Lui dans Sa Demeure éternelle pour jouir du bonheur parfait, de la Joie parfaite, de l’Amour total et immense de l’Être aimé et si infiniment aimable. Je vous aime et vous bénis, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, ainsi soit-il.

Votre divin maître.

Ils offraient alors ce qu’ils considéraient de meilleur et de plus précieux pour leur vie et digne d’être sacrifié.

Message de Jésus donné à Marie Catherine de l’Incarnation Rédemptrice (France) le 28 octobre 2022.

Parole de Jésus : Bénie sois-tu ma douce fille d’Amour de Lumière et de Sainteté, du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
Ce sont des rites très anciens de l’homme reconnaissant envers le Créateur, offrant des holocaustes pris dans la nature. Ils offraient alors ce qu’ils considéraient de meilleur et de plus précieux pour leur vie et digne d’être sacrifié.
Dieu a envoyé son Fils, le seul Dieu, pour satisfaire au rachat des péchés de l’humanité, gratifier Dieu le Père et rétablir avec lui l’Alliance, rompue par les hommes, ouvrant ainsi à tous l’accès et le retour au Royaume Éternel.

Pourtant l’homme en son orgueil n’accepte pas la simplicité de sa réalité. Il met sa foi en ce qu’il considère l’intelligence et la science, il court continuellement, dans son ambition, vers le leurre de la possession et de la domination. Il a accepté toute séduction du langage trompeur toujours contradictoire et confus qui le conduit directement à sa propre destruction.

Oubliant que sa vie sur terre n’est qu’un bref passage, épreuve salutaire, avant d’entrer définitivement dans la vie éternelle ; oubliant ou niant que, créé par Dieu Unique et Trine, il est à son image et doté d’un corps, une âme et un esprit ; la plupart des enfants de Dieu dans l’humanité, nient ou négligent cet héritage, privilège offert de la vie spirituelle et éternelle, et s’engagent dans la course effrénée des illusions mensongères pour s’approprier la nature et même le cosmos. D’autres dans la passivité optent pour la soumission et le désespoir.

Moi, Jésus, Je suis venu vous offrir la Fraternité Divine, vous donner mon corps et mon Sang pour garder solide votre vie spirituelle et éternelle. Je vous ai laissé ma Parole afin que votre cœur s’ouvre et garde le lien d’Amour et de Vérité qui vous unit à Dieu et entre vous. Je vous ai envoyé, tout au long de votre passage sur la terre, des témoins, des saints martyrs, prophètes et pasteurs pour vous enseigner, vous accueillir, vous témoigner de la charité, Amour Divin, et de mon appel à entrer en ma Divine Volonté afin qu’Elle soit sur la terre comme au Ciel et vous garde dans la paix et l’allégresse sans fin.

Le temps est venu de reconnaitre et de recevoir la Lumière, vous qui avez plongé dans les ténèbres par la déviation qui vous a été suggérée et maintenant imposée.

Regardez votre monde souffrant de toutes les maltraitances ingénieusement, longuement fabriquées et constatez la déchéance dans laquelle vous vous engagez sans même le remarquer. Ayez le courage et l’humilité de regarder objectivement ce que vous vivez sur toute votre planète et découvrez ce qui doit porter le nom de complot. Reconnaissez aussi le vrai sens du mot perversion.
Par votre éveil honnête et digne, mes chers enfants, entrez en votre conversion. Revenez à votre identité d’enfant pur qui a pour destinée la Vie Éternelle et La Liberté d’avoir accès aux œuvres divines créées pour vous.

Attendez, espérez, préparez-vous à la rencontre offerte, mais qui tarde à cause de votre hésitation, indifférence ou négligence mais surtout à cause de votre ignorance et confusion dues aux faux messages et à la manipulation des suppôts de Satan, rencontre que l’on vous amène à nier ou argumenter pour mieux vous piéger.
Aujourd’hui entendez mon appel vibrant d’Amour pour vous qui devez être sauvés et désormais heureux. Ce jour qui vient est Celui de La Lumière Divine sur vous et en vous. Nommée Illumination des consciences, cette rencontre avec moi Jésus Christ vous est offerte pour vous libérer du mal et vous permettre de choisir librement votre issue pour l’éternité.
Venez âmes de bonne volonté, la purification finale dans laquelle vous entrez vous sera épargnée en grande partie selon l’issue que vous avez choisie. Ouvrez vos cœurs et recevez ma bénédiction qui nous unit intimement et vous rassemble unifiés.

Jésus Christ, Rédempteur.

Le Calvaire est la grande station de vie où sont éprouvés les fidèles en esprit et en vérité.

Message de Notre Dame à Sa fille bien-aimée Luz de María, le 2 avril 2012.

Bien aimés enfants de mon Cœur Immaculé :
La Croix est pour chacun de mes enfants un grand mystère d’infini silence, si bien que par elle l’humanité peut revenir à l’obéissance.
Le Calvaire est la grande station de vie où sont éprouvés les fidèles en esprit et en vérité. C’est devant le Calvaire que l’humanité elle-même verra et prendra conscience de la façon dont elle a méprisé la connaissance descendue du Ciel pour tous.
Je demande à chacun d’entre vous d’être comme Jean qui, voyant les bandages dans le Tombeau, alla au-delà des faits, sans plus de preuve, jusqu’à la certitude que mon Fils était ressuscité ; soyez de même, des enfants pleins de foi, laissez-vous éclairer, faisant le bien et voyant le visage de mon Fils chez ceux qui errent sans visage. (…)
Vous vivez ces prophéties dans lesquels le Ciel a annoncé l’indifférence humaine envers le sacrifice de mon Fils pour l’humanité. Mon Fils a souffert à l’extrême, Il souffre à l’extrême, si bien qu’Il demeure au-delà de ce que l’homme peut imaginer, dans la plénitude de l’amour de la connaissance, aimant avec tous ses pouvoirs et ses sens.
Bien-aimés, continuez sans faiblir.

Je vous bénis, Je vous aime.

Chapitre complémentaire : La résurrection.