Messages et témoignages sur le Maroc

La mort viendra par l’eau.

Compilation de plusieurs messages donnés à Pedro Régis (Brésil) Message de Notre Dame d’Anguera, le 17 mai 2011, 4 déc. 2010, 30 nov. 2010, 12 oct. 2010 et le 29 mai 2010.

Chers enfants, Agadir boira le calice amer de la douleur et Mes pauvres enfants porteront une lourde croix. Je souffre de ce qui vient pour vous. Soyez vigilants. Ce que vous avez à faire aujourd’hui ne le remettez pas à demain. Allez de l’avant sans crainte. (…)

Chers enfants, Rabat criera à l’aide. Je suis votre Mère des Douleurs et Je souffre de ce qui vient à vous. Ne vous éloignez pas de la grâce du Seigneur. Allez de l’avant. (…)

Chers enfants, L’humanité est malade et a besoin de guérison. Revenez à votre Dieu pour être sauvés. Vous marchez vers un avenir de grandes et douloureuses épreuves. Belém et le Maroc : la mort viendra par l’eau et Mes pauvres enfants pleureront et se lamenteront. Pliez les genoux dans la prière. (…)

Courage. Je prierai Mon Fils Jésus pour vous. Un événement douloureux aura lieu au Maroc et se répètera au sud de Bahia. Pliez les genoux dans la prière. Je serai toujours à vos côtés. Allez de l’avant. (…)

Vous marchez vers un avenir inconnu et plein de souffrances. Le peuple du Maroc criera au secours. Sa beauté n’existera plus, car elle sera anéantie. Je souffre de ce qui vient à vous. Dieu veut vous sauver. Convertissez-vous rapidement.

Tant qu’on reste tranquilles et qu’on ne fait pas de prosélytisme apparent, les autorités nous tolèrent.

Extrait d’un article du Monde : Au Maroc, la vie cachée des convertis au protestantisme.

Ces dernières années, les musulmans convertis au christianisme ont profité d’un certain climat de tolérance pour sortir peu à peu de l’ombre. « Il y a moins d’arrestations, moins d’interrogatoires musclés. Tant qu’on reste tranquilles et qu’on ne fait pas de prosélytisme apparent, les autorités nous tolèrent », atteste Zouhair. Rassemblés au sein d’une Coordination des chrétiens du Maroc, dont il est le président (…)

Son frère aîné a été le premier de la fratrie de sept à quitter Mahomet pour Jésus-Christ. « Il est allé poursuivre ses études à Casablanca, où il vivait chez un oncle. Un jour, l’oncle a appelé mes parents pour leur dire de venir en urgence », relate cet informaticien de 38 ans. Une bible est retrouvée dans la maison. Le frère de Zouhair, âgé alors de 16 ans, avoue s’être converti au protestantisme évangélique. « Mon père l’a renié, mon oncle l’a chassé de chez lui et il s’est retrouvé à la rue, se souvient Zouhair. Il était devenu impur, il avait trahi sa famille, son peuple, sa culture. On ne peut pas faire pire. » Zouhair sourit. Quelques années plus tard, lui aussi est devenu protestant. (…)

Comme Zouhair Doukali, de nombreux convertis ont découvert le culte évangélique sur des chaînes radio ou télévisées étrangères où des pasteurs prêchent en arabe et même en darija comme Brother Rachid, né au Maroc d’un père imam, devenu animateur de la chaîne évangélique Al-Hayat TV, diffusée depuis Chypre. « Les croyants qui renoncent à l’islam se tournent principalement vers les protestants évangéliques car ceux-ci font du prosélytisme, une composante essentielle de leur religion. Et le processus de conversion y est peu contraignant », explique un spécialiste marocain des religions qui a requis l’anonymat. (…)

Je me suis retrouvée chrétienne. 

Agée de 29 ans et mère d’un enfant, une Marocaine vient non seulement de confier dans une vidéo publiée en ligne qu’elle s’est convertie au Christianisme, mais elle a également raconté son histoire. (Extrait du site : bladi.net)

Est-ce que la visite prochaine du pape y est pour quelque chose ? Le moment est certes on ne peut plus propice pour pareille révélation. Sarah, jeune marocaine de 29 ans, vient de révéler être devenue chrétienne. Elle aurait découvert sa religion lors de ses études à la faculté.

« J’ai connu l’Islam à travers ce que j’ai appris à la maison ainsi qu’à l’école. Je n’ai jamais choisi d’être musulmane, je suis née et j’ai grandi dans une famille musulmane. »a-t-elle déclaré.

« J’ai rencontré des personnes athées, des salafistes, des bahaie. Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas que l’Islam », affirme-t-elle à la revue Lalla Fatima. Ayant dès lors commencé à effectuer des recherches, elle a trouvé, comme elle le dit elle-même, qu’elle était chrétienne. « Je ne vais pas dire que j’ai décidé de devenir chrétienne, mais je me suis retrouvée chrétienne ».

Sarah a certes eu quelques soucis après sa conversion : « Au début, ma famille avait beaucoup de difficulté à comprendre cela. On m’accusait des fois d’avoir vendu ma religion ou encore d’avoir pris de l’argent pour devenir chrétienne ». Là, elle souhaite nommer sa petite fille d’un mois du prénom de « Julia » mais elle redoute le refus des autorités de « bénir » pareil prénom étranger. Elle dit également espérer qu’il y aura bientôt au Maroc des lieux de culte pour les chrétiens marocains. Le pape certes arrive… Le moment est on ne peut mieux choisi pour une requête de la sorte.

Le catholicisme au Maroc

(Wikipédia) Il y a environ 20 000 catholiques au Maroc, la plupart d’entre eux sont des expatriés européens, avec une grande majorité de Français et d’Espagnols, le deuxième groupe est composé d’immigrants subsahariens, notamment des étudiants. Le nombre de croyants catholiques progresse, mais pas aussi fortement que les protestants évangéliques.
L’archidiocèse de Rabat (1955) gère 22 000 fidèles, contre 310 000 en 1950.
L’archidiocèse de Tanger (1956), héritier du « Diocèse du Maroc » (1469), préfecture apostolique (1630), vicariat apostolique (1908), a en charge environ 2 500 fidèles, contre 113 000 en 1950.

Le protestantisme

Le 27 mars 2010, selon le magazine marocain Tel Quel, des milliers de Marocains se seraient convertis au christianisme. Soulignant l’absence de données officielles, Service de presse Common Ground, cite des sources non spécifiées qui a déclaré que près de 5 000 Marocains étaient devenus chrétiens entre 2005 et 2010.
Selon différentes estimations, il y aurait environ 25 000-45 000 chrétiens marocains, berbères ou arabes, convertis de l’islam au christianisme.
Une émission de télévision populaire menée par le frère Rachid, ancien musulman converti au christianisme, a conduit de nombreux anciens musulmans en Afrique du Nord et au Moyen-Orient à se convertir au christianisme. Ses différents programmes, sur le mode des télévangélistes américains, ont été crédités comme ayant participé à la conversion de plus de 150 000 anciens musulmans au christianisme au Maroc.
Patricia Saint-John (1919-1993), britannique, a passé une grande partie de sa vie au Maroc, en tant qu’infirmière « missionnaire », le temps d’écrire de nombreux récits et une autobiographie.

L’Orthodoxie

Il y a trois églises orthodoxes au Maroc. Une église orthodoxe grecque à Casablanca et une église orthodoxe russe à Rabat et à Casablanca
Aujourd’hui, nous pouvons observer une nouvelle paroisse de Marocains orthodoxes, cette paroisse n’a pas encore d’église, mais le nombre de croyants est en très forte croissance. Frère Athanasios et le Frère Elia sont deux des serviteurs de cette paroisse.

Photo ci-dessous, prisent en 2017 lors d’une circuit touristique.