L’Église catholique et la fin des temps


L’unique et véritable Église de mon Jésus est l’Église Catholique.

Messages de Notre Dame d’Anguera, Reine de la Paix, donné à Pedro Régis (Brésil) les 15 juin, 13 juin et 11 juin 2024.

Chers enfants, les ennemis trouveront des portes ouvertes et entreront pour agir contre les projets de l’Église de mon Jésus. Soyez attentifs. Quoiqu’il arrive, n’oubliez pas : L’unique et véritable Église de mon Jésus est l’Église Catholique. C’est une vérité éternelle et non négociable.

Je vous demande de maintenir allumée la flamme de votre foi. Des temps difficiles viendront pour ceux qui aiment et défendent la vérité. Courage ! Qui est avec le Seigneur ne connaîtra jamais le poids de la défaite. Écartez-vous du monde et vivez tournés vers le Paradis pour lequel uniquement vous avez été créés. (…)

Vous marchez vers un avenir de discorde et de division. Les justes boiront le calice amer du mépris et beaucoup seront rejetés. Les traîtres de la foi agiront contre tout ce qui est de Dieu, et beaucoup vont reculer de peur. (…) De fausses idéologies occuperont une place privilégiée, et la mort sera présente dans la Maison de Dieu. (…). Après toute douleur, le Seigneur essuiera vos larmes et vous serez récompensés généreusement.

Dieu sait, voit et sait tout, Il connaît les sombres plans et machinations pour occuper et profaner son Église.

« Gouttes de lumière » (Gocce di Luce) – Message de Jésus à Petite Marie (Rome), le 22 février 2024, Fête de la Chaire de Saint Pierre.

Ma petite Marie, vous célébrez la chaire de Pierre, la chaire qui contient l’enseignement des vérités révélées par Dieu, lumière pour tous les peuples et tous les temps, podium du Saint-Esprit. L’Église est la nouvelle arche qui a maintenu sa fidélité au fil des siècles et dont elle a été le témoin. Depuis le début, dès sa fondation, elle a pourtant subi l’attaque féroce de la part de l’ennemi, qui a essayé par tous les moyens de la violer, de la blesser, de la détacher et de la lacérer à l’intérieur.

Ses fils qui détenaient les clés de la doctrine, dans le pouvoir qui leur a été conféré par le Christ, ont également commis des erreurs dans leur humanité, ils ont aussi péché dans leur propre vie, mais il s’agissait toujours de fautes liées à leur réalité personnelle : l’intégrité de l’enseignement divin n’a pas été violée. On a combattu pour sa défense, pour maintenir la fidélité qui porte le signe et la substance de la Parole de Dieu.

Cependant, dans vos temps actuels, le Diable est devenu effronté comme jamais auparavant, à tel point qu’il a réussi à entrer et à en occuper les sommets. Les portes lui ont été ouvertes à cause du péché de l’orgueil, de l’arrogance, de la luxure, qui, comme des vipères aux langues venimeuses, attaquent le trône lui-même, la chaire de Pierre, à laquelle ils s’en veulent, en tentant d’amener des distorsions de toute sorte de la pensée divine, de changer et déformer sa lumière pour l’obscurcir avec les ténèbres du mensonge du malin.

Peut-être que Dieu ne le sait pas ? Dieu sait, voit et sait tout, Il connaît les sombres plans et machinations pour occuper et profaner Son Église, mais Il vous demande néanmoins de ne pas condamner ni critiquer, mais de prier en vous abandonnant à Lui, votre Père céleste, confiant que la Sainte Église Lui appartient. Et bien que les forces occultes tentent de la dévaster, d’en changer la substance en éliminant son esprit pour en faire un pouvoir purement humain, Il vous rappelle la promesse divine : « Les forces de l’enfer ne prévaudront pas sur elle ». Ils ne pourront jamais le faire.
Dieu ne permet pas qu’on prenne ce qui est à Lui. Bien que les démons et leurs partisans travaillent en apportant le mal, son intervention arrivera en temps voulu, comme cela s’est toujours produit au cours des différents siècles.

Quand l’Église semblait en déclin, quand elle semblait s’écrouler à cause de la corruption des hommes qui l’occupaient, quand les démons essayaient de faire couler la barque sacrée dans les vagues, [Dieu] le Père Très Saint intervenait toujours, Il a fait émerger des saints vaillants, Il est arrivé avec Sa force et Sa lumière et lui a donné une vie nouvelle dans une église refleurie, plus resplendissante et plus sainte qu’auparavant.

L’Église d’aujourd’hui subira sa grande purification, le mal sera lavé et elle deviendra plus pure et plus rayonnante, éclairée dans son enseignement, phare de sainteté pour les nouvelles générations. (…) Je viens, Je viens pour Mes enfants aimants et fidèles qui m’attendent, et par eux Mon Église renaîtra plus sainte et plus belle, plus pure et plus féconde : mon Épouse pour l’éternité.

Je vous bénis.

Je donnais à Pierre la primauté sur ses frères et à tous ses successeurs après lui.

Message de Dieu – Soeur Beghe – Le 26 février 2024 – Lire le message sur le site d’origine.

Gardez la foi de vos pères mes très chers Enfants, votre impatience m’est connue et Je reviens vers vous aujourd’hui. Vous avez été patients et Je vous en remercie.
Quand Je vous regarde, Je vous aime, mais quand vous me regardez, Je vous aime encore plus. Regardez-moi souvent, Je suis votre Lumière, votre Soleil, votre Astre rayonnant, sans moi, vous seriez toujours dans les ténèbres.

Oui, aujourd’hui les ténèbres sont très étendues parce que le démon est vraiment le maître de la terre, le prince de ce monde se sent toujours plus fort et il galope d’un côté et de l’autre pour rassembler ses boucs.
Oui, ses boucs parce que les brebis, elles, elles m’appartiennent et Je ne les lui laisserai pas. Restez avec moi, ne me quittez pas, restez à mes côtés. Les démons se sont démultipliés, ils courent de tous côtés, ils veulent attraper tous les indécis, tous les ignorants, tous les faibles qui ne s’assument pas. (…)

L’Europe est une entité géographique, elle n’est pas un pays et ne pourra jamais l’être parce qu’elle est caractérisée par des populations qui ont leur histoire propre, leur langue, leur culture et même leur religion.
Le catholicisme, tel que Je l’ai enseigné lors de ma venue sur la terre, aurait dû s’étendre à tout l’univers et la terre aurait été telle que Je désirais qu’elle soit. Mais le démon de la zizanie s’est porté en avant, il a énervé les égoïsmes, les orgueils, les esprits indépendants et le nombre de sectes s’est étendu, chacun désirant être maître de sa pensée au lieu de m’écouter et de se plier humblement à ma Parole.

J’ai dit à Simon-Pierre, le rencontrant pour la première fois : « Tu es Simon, fils de Jonas ; tu t’appelleras Céphas – ce qui veut dire Pierre » et plus tard, Je lui dis : « Tu es Pierre et sur cette pierre, Je bâtirai mon Église et les portes de l’Hadès ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : ce que tu lies sur la terre sera tenu pour lié dans les cieux et quoi que tu délies sur la terre sera tenu pour délié dans les cieux« .

Ainsi donc, Je donnais à Pierre la primauté sur ses frères et à tous ses successeurs après lui. La religion orthodoxe ne reconnaît pas la primauté de Pierre et depuis sa séparation d’avec lui, elle n’accepte pas les actes pontificaux venant de Rome où Pierre s’était établi.

La religion protestante, ou plutôt les religions protestantes qui se sont égaillées en d’innombrables sectes, ne reconnait pas non plus l’autorité de Pierre ; d’autres branches telles que les « vieux-catholiques » ne reconnaissent pas non plus l’autorité pontificale.

Voyez-vous, mes Enfants, la désobéissance est la grande faiblesse des hommes, le « non serviam » de Lucifer vous touche si facilement, l’obéissance est une difficulté qui a fait éclater la religion catholique en de multiples essaims et parmi eux, chacun se croit régulier.

Il n’est donc pas étonnant que l’Église catholique elle-même soit attaquée et que ce terrible « non serviam » lui assène des coups de butoir. Gardez la foi de vos pères, mes très chers Enfants, retournez à elle, ne changez pas de religion en acceptant toutes les innovations qui la défigurent et qui la rendent elle-même méconnaissable.

Soyez miens dans l’unique religion catholique que J’ai enseignée aux apôtres.

Pourquoi y a-t-il aujourd’hui une Église catholique moderne et une autre traditionnelle ? Est-il normal que les uns et les autres ne se reconnaissent plus de la même famille ? … parce que leurs pratiques sont différentes, leurs usages sont différents, leur liturgie est différente. Où est leur union alors que toutes leurs pratiques les désunissent ? Mon serviteur saint Paul l’a écrit dans ses épîtres : « Tenez bon, gardez fermement les traditions que vous avez apprises de nous, de vive voix ou par lettre » et aussi « un temps viendra où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine (…) ils détourneront l’oreille de la vérité pour se tourner vers des fables« .

Que la paix soit avec tous et que l’univers revienne à la vérité, au respect de la sainteté de Dieu, à la dévotion à tout ce qui a fait la conviction de vos pères, des aïeux de vos pères et des aïeux de vos aïeux.

Je vous bénis, mes très chers Enfants, soyez miens dans la seule vraie foi, l’unique unité, celle de l’unique religion catholique que J’ai enseignée aux apôtres et qui à leur tour l’ont enseignée de génération en génération jusqu’à vous.

Je vous bénis au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il. Votre Seigneur Jésus-Christ, le Verbe de Dieu.

Le navire partira à la dérive à cause de la faute du commandant.

Pedro Régis (Brésil) Message de Notre Dame d’Anguera, Reine de la Paix. Compilation du 26 déc. au 6 janvier 2024.

Chers enfants, soyez attentifs pour ne pas être trompés. Des agneaux deviendront des loups, et beaucoup de gens seront entrainés vers le bourbier des fausses doctrines. (…) Gardez la vérité de toujours et fuyez les nouveautés qui se répandent partout pour plaire au monde. (…)

Vous vivez au temps des grandes confusions spirituelles, mais je vous demande de maintenir allumée la flamme de votre foi, car vous aurez encore de longues années de dures épreuves. L’action du démon causera de grands dommages dans la vie de beaucoup de consacrés. (…)

Des vents contraires éloigneront le Grand Navire du port sûr et un grand naufrage causera la mort de beaucoup de mes pauvres enfants. (…) Il [le navire] partira à la dérive à cause de la faute du commandant, mais le Seigneur viendra en aide à son peuple. Votre ancre de salut est dans la vraie doctrine de l’Église de mon Jésus. Celui qui restera fidèle jusqu’au bout ne sera pas emporté par les courants des fausses doctrines. Aimez et défendez la vérité. Ne reculez pas. (…)
Vous verrez encore des horreurs sur terre. Un grand naufrage se produira et le grand navire se brisera en deux. (…) Aimez et défendez la vérité. La victoire de Dieu viendra pour vous. (…) 

Les ennemis travaillent à la démolition de la vraie foi, mais ils n’y parviendront pas. Ceux qui me sont dévoués, par la prière et l’amour de la vérité, empêcheront toutes les actions du Diable contre la véritable Église. Comme je l’ai dit dans le passé, la douleur sera grande, mais la victoire reviendra au Seigneur et à ses élus. (…)

Je leur demande, au nom du Christ Jésus, de s’abstenir de l’Eucharistie.

Un souffle qui passe. Message de saint Paul du 26 décembre 2023 – Lire le message en entier.

Frères bien-aimés, l’Église du Seigneur Jésus-Christ se voit aujourd’hui de plus en plus en butte à des querelles intestines à cause de la Déclaration Fiducia supplicans, publiée par le Dicastère pour la Doctrine de la foi, jugée, malgré son origine, déroutante et inacceptable par nombre de Pasteurs, de clercs et de fidèles qui trouvent qu’elle s’écarte de l’enseignement moral de l’Église catholique, issu de ses dogmes et de sa Tradition.

Cette Église, appelée « militante » en vertu des armes spirituelles dont elle dote les baptisés pour le combat contre le Mal, s’est toujours vue, depuis son origine, assaillie par les puissances des ténèbres, de l’extérieur comme de l’intérieur, ce qui a donné lieu à des persécutions, à des hérésies et à des schismes – à commencer par le massacre des Innocents consécutivement à la naissance du Fils de Dieu. (…)

Moi, Paul, je me suis d’abord réjoui de la lapidation d’Étienne alors que je n’étais encore qu’un jeune Juif fougueux, résistant à la foi dans le Christ Jésus et animé d’une rage meurtrière contre ses disciples. Mais ce Jésus lui-même m’a, d’une certaine manière, foudroyé alors que je me rendais à Damas avec de funestes intentions. Ainsi, le persécuteur que j’étais, transmué par l’amour de Dieu et l’effusion de son Esprit, s’est retrouvé dans la position d’Apôtre des Gentils, ardent témoin au sein de l’Église naissante et missionnaire auprès des nations. Oui, de cette Église je suis devenu ministre par la volonté de Dieu, et j’ai posé les fondements d’une théologie infrangible sur laquelle elle a pu s’appuyer pour élaborer ses dogmes et son droit.

Aujourd’hui, beaucoup de personnes se prétendant chrétiennes mais connaissant peu de choses en matière de théologie morale et de droit canonique pressent l’Église catholique de s’adapter à l’évolution des mœurs de ce temps. Pourtant, je vous le dis, frères bien-aimés, il est impératif que cette Église ne cède en aucune façon à leurs revendications, et continue de garder et de défendre sans compromis ni ambiguïté l’enseignement du Seigneur Jésus-Christ tel que transmis par ses Apôtres.

Lorsqu’un fruit commence à pourrir, il est indispensable d’en extraire la partie mauvaise avant que de commencer à le consommer et à faire l’éloge de ses saveurs. Eh bien ! il en est de même des hommes et des femmes qui se trouvent dans une situation irrégulière vis-à-vis de l’Église : avant de recevoir une bénédiction, quelle qu’en soit la teneur, il est impératif qu’ils se soient déjà engagés sur un chemin de conversion, et que cette bénédiction ne puisse en aucun cas être perçue comme la légitimation d’une situation peccamineuse toujours présente, ni comme une invitation à la conversion – ce qui équivaudrait à mettre la charrue devant les bœufs.

Cependant, que nombre de gouvernements cautionnent et légalisent des comportements manifestement immoraux, le Dicastère, pour sa part, en minimise la gravité en se pliant à des concessions qui se veulent sans doute charitables envers ceux qui ne sont pas dans la communion ecclésiale, mais changent néanmoins l’Évangile du Christ au point de jeter le trouble parmi les Pasteurs, les clercs et les fidèles.
Dans l’Église, en effet, ceux qui aiment sincèrement le Christ Jésus devraient toujours s’efforcer de suivre les Commandements et de rester fidèles au Magistère et à la Tradition, car il n’est pas de demi-mesures ! (…)

Pourtant, certains qui prétendent aimer le Seigneur Jésus refusent d’adhérer pleinement à son enseignement en matière de morale, et, lorsqu’il s’agit de ministres ordonnés, je dis que cela est inconvenant et source de scandale ! Mais comment ces ministres peuvent-ils en arriver là ?, vous demandez-vous. Ma réponse est que, parce qu’ils n’accueillent pas totalement en leur cœur l’amour de la Vérité, Dieu leur envoie une force d’égarement qui les porte à privilégier le sentimentalisme plutôt que la doctrine, et à cautionner finalement une bénédiction dont l’ambiguïté fait qu’elle ne peut être qu’invalide.

En effet, désireux de se faire les promoteurs d’une Église « plus accueillante », « plus tolérante » et « plus charitable », certains clercs abandonnent la plus élémentaire prudence pour prendre le parti de ceux-là même qui ne sont pas des croyants avérés mais les membres de groupes de pression ou de sociétés secrètes, dont l’unique but est d’infiltrer l’Église comme des espions pour tenter de la corrompre de l’intérieur en y faisant entrer leur perversité – et Dieu sait s’ils y réussissent !

Déjà, lorsque j’étais sur cette Terre, j’ordonnais, par prudence, et au nom même du Seigneur Jésus, à tous les chrétiens de Thessalonique, d’éviter de côtoyer des frères qui menaient une vie de désordre et refusaient de suivre la tradition reçue de nous. Aujourd’hui, je dis que la bénédiction dont il est question dans la Déclaration est contraire à cette même prudence parce qu’elle va porter des personnes qui se trouvent dans une situation irrégulière à se croire accueillies dans l’Église catholique comme des enfants prodigues, où elles n’auront, en vérité, de cesse que de voir leur père tuer le veau gras – comprenez : que soient également bénies et fêtées leurs unions illégitimes, voire sacrilèges, et que l’accès à la communion eucharistique leur soit accordé.
Sachez toutefois, frères bien-aimés, que la plupart de ces hommes et de ces femmes n’ont, en général, aucun désir de réelle conversion puisqu’ils n’ont nulle intention d’abandonner des conduites qu’ils jugent bonnes, alors qu’elles sont répréhensibles aux yeux de Dieu et passibles de l’Enfer – et l’Enfer, je le rappelle avec force, n’est pas un mythe ! (…)

Je ne puis donc qu’exhorter tous ceux qui se veulent chrétiens ou souhaitent le devenir à se conduire honnêtement, comme on le fait en plein jour, sans orgies ni beuveries, sans luxure ni débauche, et à ne point s’abandonner aux préoccupations de la chair pour en satisfaire les convoitises. Ensuite seulement, ils pourront prétendre à recevoir une authentique bénédiction !

Pour les couples divorcés « remariés » civilement, je leur demande, au nom du Christ Jésus, de s’abstenir de l’Eucharistie.

Pour les couples divorcés « remariés » civilement qui désirent pouvoir être bénis et accéder à la communion eucharistique, l’Église leur demande de vivre en frères et sœurs, et les invite à solliciter auprès d’elle une déclaration de nullité de leur mariage religieux. Si celle-ci est constatée, ils peuvent alors se marier en bonne et due forme. Si elle n’est pas constatée ou s’ils préfèrent ne pas accomplir cette démarche pour quelque raison que ce soit, je leur demande, au nom du Christ Jésus, de s’abstenir de l’Eucharistie par obéissance et d’offrir à Dieu une communion de désir jusqu’au décès du premier conjoint – ce qui leur permet alors de contracter une nouvelle union.
La question, en effet, n’est pas : « Moi, je veux absolument accéder à l’Eucharistie ! » comme si cela était un droit ou un dû, mais plutôt : « Je désire faire ce qui plaît à Notre-Seigneur dans le respect de son enseignement ». Et le Seigneur Jésus accorde toujours ses grâces à qui lui est obéissant et fidèle – a fortiori au prix de souffrances et de contrariétés.

Les « couples » de même sexe, qu’ils s’abstiennent de recevoir l’Eucharistie car ce serait là un sacrilège.

Pour les couples qui vivent en concubinage et ont des relations charnelles (c’est ce qui s’appelle « la fornication »), qu’ils se marient religieusement s’ils veulent accéder à l’Eucharistie !
Enfin, pour les « couples » de même sexe qui veulent aussi accéder aux sacrements, qu’ils vivent chastement en frères ou en sœurs, sinon, qu’ils s’abstiennent de recevoir l’Eucharistie car ce serait là un sacrilège. (…)

Paul, Apôtre de Jésus-Christ

Chapitres complémentaires :
Les prêtres et la fin des temps
Modification de la Prière Eucharistique
La place des femmes dans l’Église
Le Faux prophète
Fuite du Pape et schisme
L’unification des religions
Prophéties pour la ville de Rome
Actualité du Vatican et de l’Église

Dieu parle des religions non chrétiennes

La femme est une femme, l’homme est un homme, et leurs rôles ne sont pas interchangeables.

Message de Dieu – Soeur Beghe – Les 29 et 30 octobre 2023 – Lire le message sur le site d’origine.

Mes Enfants, mes très chers Enfants, Comment pourrais-Je vous oublier ! Non, Je ne vous oublie jamais, ni vous dans tel pays, ni vous dans tel autre pays. Tous les pays me sont chers et particulièrement ceux qui me vénèrent et qui sont en majorité peuplés de chrétiens.

Vous m’êtes si chers que Je ne cesse de me donner à vous par les sacrements de ma Sainte Église et par ma Parole. Mes très chers Enfants, la Sainte Église vit actuellement une très grande crise et elle est en passe de faire croire que ce qui était exclus hier pourrait être agréé aujourd’hui. Mes Enfants, soyez-en certains, ma doctrine ne peut changer parce que ma Création a été bâtie d’une certaine façon, à la manière de Dieu, et l’homme ne peut changer ce que Dieu a établi.

L’homme et la femme sont complémentaires, ce qui veut dire que leurs rôles sont différents, mais ils ont chacun besoin de l’autre. S’ils veulent mélanger leurs rôles respectifs, ils s’égareront dans le désordre, dans l’abomination et dans le péché, ce qui ne sera pas sans conséquence pour la stabilité de mon Plan créateur.

Je puis décider, établir, mais l’homme – dans le sens contraire – peut défaire et il peut casser. Il ne fera jamais mieux que Moi et s’il suit mes Dix Commandements, il parviendra au Ciel, le but de ma Création.
S’il s’en éloigne, il aboutira en Enfer, ce lieu de perdition, lieu exécrable et souverainement détestable.

Mes Enfants, le Synode actuel, appelé Synode de la synodalité, fait suite à une décision humaine que Je n’ai ni demandée ni même inspirée. Les laïcs ne sont pas des religieux, des laïcs peuvent devenir des saints, certes oui, s’ils suivent ma divine Volonté et qu’ils se dévouent totalement et chrétiennement à leur devoir d’état, mais chaque état est propre à Lui-même.
L’état laïc n’est pas l’état religieux, le sacrement de l’Ordre est un sacrement particulier qui donne à un homme religieux un rôle d’intermédiaire entre l’homme et Dieu ; s’il est fidèle à son engagement, c’est à lui et non aux laïcs d’intercéder pour les hommes auprès de Dieu.
Le prêtre est le représentant de Jésus-Christ, il est ou devient un autre Christ et à l’autel du Saint Sacrifice de la messe, il est un autre Christ : par lui, c’est moi, Jésus-Christ, qui m’offre au Père céleste dans l’union avec le Saint-Esprit, et à chaque renouvellement du Saint Sacrifice du Calvaire, c’est Moi et nul autre que Moi qui suis le Sacrificateur et le Sacrifié.

Le prêtre est un autre Christ, le laïc est un fidèle, il n’a pas le rôle du prêtre. La femme est, comme ma très sainte Mère, au pied de la Croix, au pied de l’autel du Saint Sacrifice. Ma Mère a souffert le martyre avec Moi, mais elle n’était pas physiquement clouée à la Croix. Ce rôle était le mien parce que, Fils de Dieu et Dieu moi-même, J’étais le seul à pouvoir rendre à Dieu la satisfaction, la réparation qui Lui était due.

La femme a été créée après l’homme parce que l’homme seul ne trouvait pas d’aide qui lui fut assortie. Et c’est pourquoi l’homme quitte son père et sa mère et s’attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. Le prêtre, à l’image de Jésus-Christ, a un rôle qui lui est confié par Jésus-Christ Lui-même à la Dernière Cène, lorsqu’Il institua la Sainte Église destinée à dispenser les trésors divins, les 7 sacrements, et à répandre à travers toute la terre la grâce de la Rédemption.
Cet état est propre à l’homme, Jésus-Christ n’ayant pas donné ce rôle à sa très Sainte mère, la plus sainte de toutes les créatures. La femme est une femme, l’homme est un homme et leurs rôles ne sont pas interchangeables.
C’est la jalousie, l’envie et l’orgueil qui font que certaines femmes jalousent le rôle des hommes sur la terre et, de même, certains hommes jalousent le rôle féminin se déguisant en travestis. L’inversion n’est pas voulue par Dieu parce qu’Il a fait sa création comme Il l’a décidé ; chacun est où il a été placé et s’il veut se changer, sa nature ne le lui permet pas.

Le but de l’homme et de la femme sur la terre est de se sanctifier en leur état. Leur but à tous deux est la sainteté et celle-ci ne se trouve que dans l’exercice des vertus. Ma très sainte Mère avait l’humilité comme vertu principale et, par cette humilité, elle a atteint les sommets de la perfection.
Une vertu en appelle une autre et, par vertu, ma Mère était travailleuse, infatigable, courageuse et dévouée.
Saint Joseph, comme elle, était profondément humble, lui, le choisi de Dieu, pour recevoir la garde de la Mère et du Fils de Dieu. Quel honneur insigne, et pourtant il a accompli sagement et sans ostentation cette distinction unique.

La moralité catholique, elle non plus, mes très chers Enfants, ne peut changer. La chasteté est la première vertu morale et ma très sainte Mère, qui est aussi votre mère, l’a exercée parfaitement. Ses yeux ont été chastes, son ouïe a été chaste, ses sens l’ont été parfaitement et elle n’a jamais permis à son imagination de vagabonder.
Saint Joseph, mon père adoptif, l’a été parfaitement aussi alors que, marié selon la loi et la religion, il aurait pu exiger d’être aussi un mari en plus d’être un protecteur. Eh bien, non, il a respecté la Mère de Dieu et Il a accompli à la perfection le rôle que Dieu lui avait confié.

Ma religion est la seule, l’unique vraie et toutes les autres, même si elles portent en elles quelques réalités, sont à fuir et à rejeter.

Mes Enfants, soyez purs, soyez saints et soyez chastes. Toutes les vertus mènent à Dieu mais si une vertu manque, toutes manquent tant il est vrai qu’elles se tiennent toutes, l’une conduisant à l’autre. Mes Enfants, ma religion, celle que Je vous ai enseignée, est la seule, l’unique vraie et toutes les autres, même si elles portent en elles quelques réalités, sont à fuir et à rejeter.

Une erreur est comme un vice, elle empoisonne toutes les autres lois. Dire que Jésus-Christ était un blasphémateur parce qu’Il aurait voulu se faire passer pour le Fils de Dieu, comme l’ont affirmé les grands prêtres qui l’ont fait condamner et après eux tous ceux qui ne se sont pas convertis à sa suite, est une si grande erreur que la religion actuelle qui professe encore ce mensonge est une fausse religion.

Dire que Jésus-Christ est un prophète mais qu’Il n’est que cela est aussi une fausse allégation et cette erreur est si grande que cette religion-là aussi est une fausse religion. L’unique religion monothéiste qui soit vraie est la religion catholique, celle qui n’est ni inférieure, ni associative, ni même moderniste, celle qui a été enseignée à travers les siècles par les Papes, les Saints et les Pères de l’Église parce que, reprenant et expliquant point par point la merveilleuse instruction divine – la mienne, celle de Jésus-Christ, l’unique vrai Dieu – ils n’ont pas dévié.

Mes très chers Enfants, ne vous laissez pas entraîner sur les mauvais sentiers, ceux qui mènent à la perdition en mélangeant tout : les hommes et les femmes, le bien et le mal, les fausses religions avec l’unique, la seule religion vraie, le langage mélangeant le vrai et le faux pour ne permettre que l’expression du faux ; soyez attentifs, très attentifs et demeurez mes fidèles, mes disciples, ceux de l’unique Vérité, celle qui ne change pas et qui ne peut changer :
« Car un temps viendra où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine, mais au contraire, au gré de leurs passions et l’oreille les démangeant, ils se donneront des maîtres en quantité et détourneront l’oreille de la vérité pour se tourner vers des fables » (2 Tm 4, 3-4).

Mes Enfants, mes très chers, ce temps est maintenant. Soyez sur vos gardes, gardez fidèlement les Dix Commandements, gardez la doctrine catholique de vos aïeux, ne vous tournez pas vers des fables. Je vous protègerai à condition que vous priiez chaque jour pour ne pas être dévoyés !

Je vous bénis, au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.
Votre maître, votre Bien-Aimé.

Toutes les doléances extravagantes qui sont remontées aux instances synodales n’émanent point d’une majorité de catholiques fervents et fidèles à mon Église.

Un souffle qui passe – Message de Jésus donné le 8 octobre 2023 – Lire le message en entier.

Mes chers enfants, Priez intensément pour mon Église, la barque de Pierre, qui continue de subir, en ces temps, de violents assauts. (…) Relisez également les mises en garde prophétiques qui vous ont été faites dans ces messages au sujet du faux esprit, du faux amour et de la fausse charité, qui, de plus en plus, se répandent sur la Terre et tentent de gangréner mon Corps Mystique, devenu le corps à abattre pour les « méchants » – pères du mondialisme, adeptes de sociétés secrètes, voire sataniques, et de mouvements défendant un écologisme pervers ou des orientations sexuelles déviantes. (…)

Cette Église, qui est mon Corps Mystique, est sainte, et, pour cette raison, elle ne peut accueillir en son sein que des personnes qui désirent prendre leur croix et de me suivre sur le chemin de la perfection ; des personnes qui s’engagent, dans la communion de cette même Église, à rester, malgré leurs faiblesses et leurs pauvretés, fidèles à mon enseignement et à la charité fraternelle, en usant de la prière et des sacrements pour leur propre salut et le bien de toute la communauté ecclésiale. C’est pourquoi, d’un côté comme de l’autre, nul ne doit partir sur de fausses bases ni même sur la moindre concession où prévaudrait la confusion. Pourquoi, par le fait, accuser mon Église de faire de la discrimination alors que le moindre club ou la moindre association possède ses propres critères de sélection et d’admission ?

Ils ne doivent aucunement procéder à des simulacres de bénédiction d’unions illégitimes ou de couples de même sexe.

Pour les prêtres de mon Église catholique, il est clair que, même sous la pression d’arguments trompeurs les incitant à faire « acte de charité » – comme ce fut malencontreusement le cas pour la « vaccination » il n’y a pas si longtemps -, ils ne doivent aucunement procéder à des simulacres de bénédiction d’unions illégitimes ou de couples de même sexe. Ceux qui se permettent de telles transgressions devraient d’abord, face à ma croix, examiner leur propre conscience relativement à leur vie morale.

En revanche, il est de bon droit – et même juste et opportun – qu’ils bénissent individuellement ces personnes s’il s’avère qu’elles veulent entrer librement dans une démarche de conversion où elles s’engagent, pour l’amour de moi, à vivre dans l’amitié et dans la chasteté en s’abstenant de toute relation charnelle – celles-ci étant réservées aux couples mariés – et, a fortiori, de celles qui sont dites « contre nature ».
Enfin ! il s’agit, mes enfants, de mon Corps Mystique, et s’il est bien une personne qui ait légitimement son mot à dire en cette affaire, c’est tout de même moi, votre Seigneur ! (…)

C’est pourquoi toutes les doléances extravagantes qui sont remontées aux instances synodales n’émanent point, en vérité, d’une majorité de catholiques fervents et fidèles à mon Église, mais d’une population qui, bien que baptisée, ne connaît que très peu de choses sur la foi et sur les dogmes ; et aussi de personnes qui se veulent plus savantes mais qui, contestataires dans l’âme, aiment à protester et à revendiquer des droits au nom d’une liberté fallacieuse, d’une fausse morale, d’exigences qu’elles prétendent légitimes, et surtout d’un « amour » mis à toutes les sauces qui n’a rien en commun avec celui qui m’a conduit jusqu’à la Croix pour votre propre salut, mes enfants.

Ils ne doivent pas taire la vérité par crainte de perdre la bienveillance des hommes.

Alors, mon Église doit-elle céder à toutes leurs demandes – ou même à certaines d’entre elles seulement ? Si elles s’opposent à la foi, aux mœurs ou à la Tradition, ma réponse est « non » ! Compte-tenu de l’étendue du désastre moral révélé par ce synode, mon Église devrait plutôt prendre conscience, en ses plus hautes instances, de l’urgente nécessité de mettre charitablement en œuvre des structures qui puissent accueillir tous ces pécheurs, pour lesquels je suis venu, et les initier, sans tergiversation aucune, à la Parole, aux Commandements, et aux exigences de la vie chrétienne. Nécessité aussi de conseiller à ceux qui en ont le plus besoin – en particulier les victimes d’addictions de toutes sortes – de consulter des professionnels de santé pour les aider à guérir leurs blessures intérieures.

Car je ne suis pas venu pour intégrer à mon Église des pécheurs de tout poil qui n’ont, en réalité, aucun désir de conversion. Je suis venu pour dire à ces mêmes pécheurs que je les aime, et que je les appelle à rallier mon Église, où sont célébrées les Noces de l’Agneau. Cependant, avant que d’y entrer, ils doivent avoir revêtu le vêtement blanc requis, c’est-à-dire avoir été préalablement enseignés, purifiés, et avoir renoncé librement à Satan, à ses pompes et à ses œuvres. Sinon, le Roi ne peut les agréer à participer au banquet des Noces de son Fils. (…)

Sous l’action de mon Esprit, Grégoire exhorte, en effet, ces derniers à dire franchement ce qui est bien dans un langage clair qui ne soit pas susceptible d’être mal interprété. Ils ne doivent pas non plus taire la vérité par crainte de perdre la bienveillance des hommes. Car certains, par trop timorés et manquant de sagesse, ont peur de blâmer les fautes des coupables et préfèrent leur promettre la sécurité plutôt que de leur révéler leur véritable indignité. (…)

Vous ne luttez pas aujourd’hui, mes petits, contre des êtres de chair et de sang, mais contre les puissances des ténèbres – les esprits du mal – et ce n’est qu’en ne quittant jamais le bouclier de la foi et en brandissant le glaive de l’Esprit – c’est-à-dire ma Parole, sans rien y ajouter ni y retrancher – que vous pourrez éteindre les flèches enflammées du Mauvais. (…)

Je vous bénis.

Le Pontife appelle à un synode pour des changements dans l’Église et qui sont un affront à mon Fils Jésus.

Message de Marie, Notre-Dame de La Salette, donné à Ned Dougherty (USA) le 19 septembre 2023 – Campus St. Rosalie, Hampton Bays, New York.

Je viens à vous aujourd’hui en tant que Notre-Dame de La Salette tout comme je suis venu vers les enfants de La Salette – Mélanie et Maximin – le 19 septembre 1846, soit 100 ans avant ta naissance le 19 septembre 1946, et c’est précisément pourquoi tu as été choisis pour continuer ces messages (…)

Je viens à vous aujourd’hui avec tristesse et plein de larmes pour l’avenir de l’humanité parce que les messages de 1846 prédisaient la crise qui existait dans l’Église de Mon Fils et qui est devenue plus pleinement manifeste maintenant en cette Fin des Temps.

Mes messages aux fidèles étaient alors ignorés, notamment par les prêtres et les évêques qui vivaient dans le déni. Je parle de ces prêtres comme de « fosses d’impureté » car les actions de ces prêtres ont souillé l’Église de mon Fils à l’époque, tout comme elles le font maintenant.

Mes messages d’avertissement aux évêques et aux prêtres en 1846 sont tombés dans l’oreille d’un sourd, car de nombreux membres du clergé étaient alors submergés par l’esprit de Lucifer et ont perdu le sens de la mission de leur vie qui était à l’origine l’inspiration du Père en 1846.
Maintenant, l’Église a atteint un crescendo dans cette crise du sacerdoce, car comme je l’avais prédit, nous sommes maintenant à la Fin des Temps où un schisme aura lieu dans l’Église de mon Fils qui nécessitera l’intervention directe du Père Céleste à travers son Fils unique, Jésus-Christ, pour restaurer la sainteté de l’Église telle qu’elle a été conçue par le Père comme source de nourriture spirituelle pour tous les fils et filles du Père.

Le Pontife est tombé du côté des ténèbres et conduit l’Église dans une période sombre.

Maintenant, il est évident pour beaucoup d’entre vous, en particulier pour ceux d’entre vous qui sont restés fidèles aux valeurs traditionnelles de l’Église, que les dirigeants de l’Église ont abandonné leur façon d’administrer les enfants de Dieu. Cela s’est produit comme Je l’avais prédit parce que le Malin a réussi à submerger un si grand nombre de ministres ordonnés de mon Fils que maintenant, en ces temps, la hiérarchie de l’Église de mon Fils a été prise en charge par des serviteurs du Malin, à la fois impitoyables et ignorants, voués à l’enfer par la destruction de l’Église de mon Fils.

En cette Fin des Temps, c’est avec une grande tristesse que je dois vous annoncer que le Pontife est tombé du côté des ténèbres et conduit l’Église dans une période sombre au cours de cette Fin des Temps. Depuis de trop nombreuses années maintenant, le Vatican a été infiltré par les sbires de Satan qui ont réussi à prendre le contrôle de nombreux prêtres, évêques et cardinaux, en particulier sous la direction égarée du Pontife actuel qui s’est égaré dans son voyage avec le Seigneur.

Disons que la différence entre le bien et le mal en cette Fin des Temps est devenue tout à fait claire pour les vrais disciples et croyants en la mission de mon Fils en tant que votre Sauveur. Du côté du mal se trouvent les partisans du mondialisme qui sont les architectes lucifériens du plan du mal visant à détruire le monde.
Quiconque s’associe aux mondialistes autoproclamés, aux élitistes et aux partisans du nouvel ordre mondial doit pleinement reconnaître qu’ils font le travail du mal et qu’ils ne sont pas du côté de tout le bien qui reste dans le monde.

Personne ne se démarque plus visiblement dans son adhésion au Nouvel Ordre Mondial que l’actuel Pontife, qui s’associe depuis des années aux architectes lucifériens du Nouvel Ordre Mondial.
Priez pour ce Pontife, car il égare les disciples de l’Église de mon Fils et il met sa propre âme en danger s’il ne change pas bientôt ses voies, car le temps est court où vous tous, mes frères et sœurs , vous serez appelé à rendre compte devant mon Fils Jésus de la façon dont vous avez passé votre temps ici sur Terre.

Les âmes de tous les prêtres, évêques et cardinaux qui suivent l’exemple du Nouvel Ordre Mondial du Pontife sont désormais menacées d’une damnation éternelle. De nombreux dégâts ont déjà été causés à l’Église de mon Fils par leurs actions dans le passé. Mais maintenant, le Pontife appelle à un synode pour mettre en œuvre davantage de changements dans l’Église et qui sont un affront à mon Fils Jésus, ainsi qu’au Père Céleste et Créateur de tout ce qui existe. Vous devez prier d’ici ce prochain synode pour que le Pontife et ces prêtres, évêques et cardinaux dissolvent la balance dans leurs yeux et rejettent le contrôle que le malin exerce sur leur conscience.

Malheur à ceux qui continuent de persister à mettre de côté les traditions de l’Église de mon Fils et à mettre en œuvre ces nouvelles propositions éveillées qui visent à diminuer les traditions de l’Église au point qu’elles ne sont plus reconnaissables et se sont transformées en un Monde Unique. Religion du Nouvel Ordre Mondial sous le règne de Satan lui-même.

Qu’on le dise ici et maintenant, le Pontife, les cardinaux, les évêques et les prêtres sont prévenus ! Cessez et renoncez aux tentatives visant à diminuer et à détruire l’Église de Mon Fils, car vous ne faites que l’œuvre du Malin, dont l’allégeance ne peut qu’assurer la damnation éternelle.

Maintenant, les vrais disciples de mon Fils Jésus et du Père Céleste sont appelés à être les véritables intendants de l’Église. Les véritables intendants de l’Église de mon Fils sont bénis par l’Avertissement : chacun d’entre vous recevra l’Avertissement et sera appelé à rendre compte à votre Seigneur et Sauveur de vos actions ici sur Terre.

Beaucoup d’entre vous verront alors plus clairement que soit vous avez suivi votre Seigneur et Sauveur dans votre mission de vie, soit vous avez été trompés, soit vous avez volontairement abandonné votre allégeance au Malin.
Dans les deux cas, vous aurez la possibilité de modifier votre vie future, soit pour vous engager envers votre Seigneur et Sauveur, soit pour contribuer à votre propre destruction et à vos souffrances éternelles en glaçant votre conscience, tout en continuant à vous soumettre aux séductions et aux mensonges du mal. (…)

Ainsi soit-il ! Grâce à Dieu !

De redoutables loups se sont infiltrés jusqu’au plus haut sommet de mon Église.

Un souffle qui passe… Message de Jésus du 8 septembre 2023 – Lire le message en entier.

Mes petits enfants, mon Église catholique n’est pas une caverne de brigands (cf. Mt). (…) Ma chère Église étant mon Corps Mystique, il est nécessaire que vous compreniez qu’elle ne peut s’agréger que des êtres prêts à renoncer aux forces du Mal qui régissent le monde, à s’ancrer solidement dans une foi sincère, à vivre de mon Évangile et à rechercher la perfection. (…)

Or, la situation est grave à l’heure où je vous parle, car de redoutables loups se sont infiltrés jusqu’au plus haut sommet de mon Église, qu’ils veulent pouvoir diriger et transformer à leur guise. Des loups qui ne vivent pas dans la vérité et qui veulent, au nom-même de mon amour et de ma miséricorde, en ouvrir les portes aux débauchés, aux idolâtres, aux adultères, aux efféminés, aux pédérastes (cf. 1 Co 6, 10) et aux hérétiques dont les cœurs impurs n’ont aucun désir sincère de conversion, mais cherchent plutôt à rallier mes petits, ceux qui me sont fidèles, en les attirant dans les pièges d’idéologies qui, pour séduisantes qu’elles soient, proviennent du faux esprit, celui de l’Antichrist, dont l’objectif est de faire chavirer la barque de Pierre.

Des loups qui font pactiser mon Église avec des individus prétendant avoir le pouvoir de changer le monde en mettant fin à l’injustice, à l’oppression et à la pauvreté, mais qui ne sont, en vérité, que de redoutables menteurs, des despotes intransigeants et des eugénistes convaincus. C’est pourquoi je dis aujourd’hui à mes Pasteurs et à mes prêtres : « Ne soyez pas naïfs car, quel que soit leur discours, ces êtres emploient la ruse pour vous entraîner dans l’erreur (cf. Ep 4, 14) ! »
Des loups qui prétendent vouloir préserver le monde de la maladie en soumettant ses populations à des « vaccins » à répétition (…) 

Des loups, enfin qui veulent, avec l’aide d’une justice ayant elle-même son lot de corruption, modifier la foi, les dogmes de mon Église et son droit canonique pour aboutir à une grande religion universelle panthéiste et hérétique qui exercerait un contrôle permanent sur les individus, corps et âmes.

La foi catholique, mes petits, n’est pas une dictature. Elle n’est pas non plus un syncrétisme et ne saurait en rien le devenir puisqu’avec la Révélation de votre Dieu, qui a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait Homme, elle a déjà tout reçu. Quant à mon amour et ma miséricorde, ils ne sont pas fondés sur une utopie qui consisterait à faire croire que des êtres humains indignes, malsains, corrompus et manipulateurs peuvent être accueillis au sein de mon Église et mêlés à mes brebis – j’entends : celles qui s’évertuent à me suivre – sans que celles-ci s’en trouvent souillées ou déstabilisées.

C’est pourquoi je demande à tous mes Pasteurs de veiller à me rester fidèles et à se conformer à mon Évangile, à l’enseignement et au droit de mon Église, particulièrement en matière d’éthique et de morale. Et je leur demande de faire preuve de la plus grande prudence et de se protéger contre tous les loups dont il est ici question, qui se déguisent en brebis (cf. Mt 7, 15) afin de déjouer leur vigilance pour aboutir à leurs fins sataniques.

Ce fut déjà le cas il n’y a pas si longtemps avec les fameux « vaccins » que nombre d’évêques et de prêtres se sont fait un devoir de conseiller à leurs ouailles sans s’être assurés préalablement de leur totale innocuité auprès de vrais spécialistes, que les autorités gouvernementales corrompues se sont néanmoins acharnées à discréditer. Certains ecclésiastiques ont même outrepassé leurs droits en allant jusqu’à parler d’un manquement à la charité chez qui refuserait ces injections.

Quand comprendrez-vous enfin, mes petits enfants, que vos gouvernants ne vous veulent pas que du bien et que le lucre et la soif de pouvoir peut les entraîner très loin dans la corruption ? Que mes Pasteurs et mes prêtres cessent de hurler avec les loups sans même prendre le temps de discerner le vrai du faux, car ce type de comportement ne relève pas de la sagesse.

En ces temps de lutte contre les puissances des ténèbres, je viens vous demander encore à vous, ecclésiastiques, et à vous, laïcs, de mettre au placard votre naïveté, votre prétendu bon cœur et vos chimères si vous ne voulez pas vous faire les complices de l’inacceptable. Combien de fois ne vous a-t-on pas parlé, dans ces messages, du faux esprit et du faux amour, et pourtant, vous vous obstinez à continuer de vivre comme si de rien n’était, incrédules et même anesthésiés face aux plans machiavéliques de ceux qui vous veulent du mal.

Ressaisissez-vous, mes petits, vous qui êtes mon Église, car si vous ne vous convertissez pas, si vous ne prenez pas conscience des choses gravissimes que préparent aujourd’hui vos gouvernants en matière de santé publique, d’éthique, de morale et de liberté individuelle, vous regretterez amèrement d’ici quelque temps de ne pas avoir pris les choses au sérieux et mis tout en œuvre sur le plan électoral et sur le plan spirituel par la prière, le jeûne et l’aumône, pour éloigner de vous cette coupe redoutable ! (…) Croyez que votre prière peut encore changer le cours des choses et persévérez, mes chers enfants, dans cette voie avec confiance.

Je vous bénis.

Les phénomènes surnaturels doivent être analysés par d’authentiques spécialistes, dont mes Pasteurs veilleront à ce qu’ils soient impartiaux.

Un souffle qui passe… Messages du Ciel au monde d’aujourd’hui. Message de Jésus donné le 11 juin 2023 – Lire le message en entier.

Mon cher fils, (…) En vérité, il en va de même pour tous ceux qui ont calomnié et persécuté mes Apôtres, mes prophètes ou mes disciples jusqu’à ce jour au point de faire d’eux des martyrs.
Ceux, parmi mes enfants, que je favorise de dons mystiques ou de manifestations surnaturelles authentiques n’échappent point, eux non plus, aux critiques les plus acerbes ou aux plus viles persécutions pendant leur vie. Et lorsqu’il s’agit, pour mon Église, de juger après leur mort de leur degré de sainteté pour les faire accéder à une béatification et à une canonisation, elle s’en remet à l’expertise de spécialistes qui ne servent pas toujours ma cause.

En effet, certains le font avec des cœurs partiaux, formatés par des thèses médicales ou psychologiques discutables, qu’ils défendent pourtant opiniâtrement. Les plus destructeurs sont des athées qui, du haut de leur science et de leur orgueil, se montrent d’emblée sceptiques ou même allergiques au surnaturel et ont beaucoup de mal à souffrir la contradiction. C’est pourquoi ils s’acharnent à mettre au jour, chez ces âmes charismatiques, des failles, de la rigidité, des frustrations, de la mélancolie, voire des comportements, qui, selon eux, relèvent directement de la psychiatrie. Bien sûr, tout cela les porte à conclure inévitablement à de la simulation, de la manipulation ou même de la supercherie.

Il peut aussi se trouver certains théologiens ou autres « experts » de l’âme humaine se réclamant de mon Église qui les rejoignent pour dire que de tels comportements ressortissent de la pathologie alors qu’en vérité, ils sont le fruit d’une volonté sincère de sainteté ou même, à l’extrême, celui d’une oblation ou participation de toute leur personne, en victime d’amour, aux souffrances de ma Passion et de ma Croix. C’est pourquoi les retentissements physiques et psychologiques qui en découlent – comprenez les phénomènes surnaturels – doivent être dûment analysés par d’authentiques spécialistes, dont mes Pasteurs veilleront à ce qu’ils soient impartiaux, tant dans le domaine de la médecine et de la psychologie que dans celui de la théologie et du droit canonique.
Des spécialistes qui ne mélangent point les genres et ne prennent point position dans des domaines qui ne les concernent pas.
Des spécialistes, enfin, qui gardent toujours présent à l’esprit qu’il ne s’agit pas de reléguer de facto tous les phénomènes mystiques et toutes les manifestations surnaturelles ou même préternaturelles dans le répertoire des troubles mentaux, mais de les considérer avec professionnalisme et rigueur, et d’en reconnaître, avec la plus grande humilité, les aspects pour le moins irrationnels et déroutants.

La théologie utilise le terme de « préternaturel » lorsqu’il s’agit de phénomènes qui ne font pas référence au divin et n’appartiennent pas au domaine de la grâce.

Que mon Église n’hésite pas, au-delà de toutes les analyses partisanes et dépréciatives produites par certains de ces experts, à reconnaître – comme elle l’a fait si justement pour mon fils Padre Pio à l’issue de bien des polémiques – les vertus chrétiennes exceptionnelles de personnages tels que, pour ne citer qu’elle, ma fille chérie Yvonne-Aimée de Malestroit, qui, avec l’assistance de ma grâce et celle de son ange gardien, a toujours su servir son « Roi d’Amour » dans la foi et l’humilité, l’obéissance et la confiance, la souffrance et la discrétion, l’abnégation et l’héroïsme – même en des temps perturbés par la guerre -, et cela avec la plus grande charité, et le sourire et la bonne humeur qui illuminent le visage des authentiques enfants de Dieu. (…)     

La Sainte Église catholique, dispensatrice du trésor laissé à l’humanité par Dieu le Fils, le Verbe de Dieu, Jésus-Christ votre Seigneur.

Message de Dieu – Sœur Beghe – Le 31 mai 2023 – Lire le message en entier sur le site d’origine.

Mes très chers Enfants, (…) La guerre en est encore à son début car le démon est toujours en soif de plus de méchanceté, de plus de dégâts, de plus d’irrégularités car lui, c’est l’œuvre de Dieu qu’il cherche à plomber, à briser, à détruire. Tandis qu’il fomente des guerres, des mésententes, des querelles, il brise aussi la famille, l’ordre des sociétés, et il s’élève contre la foi catholique qui, seule, est la connaissance de Dieu et de Sa main tendue aux hommes. « Qui est comme Dieu ! » a tonné saint Michel Archange en prenant la défense de Dieu, Maître et unique Seigneur de l’univers et de toute chose. Il a rallié à lui une foule d’anges, lesquels ont combattu et combattront les démons tant qu’ils empoisonneront la terre et toute la création.

Mes enfants, sachez que vous n’êtes pas seuls, vous avez une myriade d’Anges qui sont prêts à combattre pour vous tant que vous resterez fermes dans la religion catholique, unique et merveilleux témoignage de foi des hommes à l’égard de Dieu, des anges à l’égard de Dieu, de la création tout entière à l’égard de Dieu.

Qu’est-ce que la religion ?

C’est un ensemble qui relie à Dieu, Être sublime et majestueux qui vous est absolument supérieur et qui veut votre bien, votre amour et votre fidélité. Quel est cet ensemble ? C’est un tout, un ensemble de faits extérieurs à vous-mêmes, des faits objectifs, ensemble qui vous est enseigné et auquel vous adhérez afin de tendre à votre but, celui pour lequel vous avez été créés et qui se situe ailleurs que sur la terre.

Quel est cet ailleurs ? C’est une vie dans une autre dimension que celle de votre terre, c’est une dimension éternelle, hors du temps mais toujours dans l’action personnelle et volontaire, dans l’Amour de Dieu qui se révèle à vous par l’enseignement d’abord, par la piété nécessairement et par la grâce sanctifiante reçue par l’intermédiaire de la Sainte Église catholique, dispensatrice du trésor laissé à l’humanité par Dieu le Fils, le Verbe de Dieu, Jésus-Christ votre Seigneur, qui vous a sauvés du démon et de la mort éternelle. Si vous êtes convaincus de cela, si vous vivez pour gagner cette Vie éternelle dans l’Amour parfait et toujours renouvelé de votre Dieu, vous recevrez toutes les grâces, toute l’aide dont vous avez besoin en cette vie terrestre pour grandir en sainteté et atteindre le Ciel avec Dieu, pour Lui et en Son Amour extraordinaire.

Le démon sera vaincu à la fin du temps que Dieu lui aura laissé pour éprouver les bons et emporter les méchants. Oui, tel est le rôle que Dieu lui a dévolu : éprouver les bons et emporter avec lui les méchants. Éprouver les bons est la grâce que Dieu leur donne pour qu’ils Lui démontrent leur amour, leur ténacité, leur fidélité et ces épreuves feront d’eux des saints. Oui, il est nécessaire d’être saint pour entrer dans l’éternité du Ciel, et personne sur la terre n’est saint sans avoir mis en Dieu sa confiance, sans Lui avoir prouvé son amour, sans avoir été tenace et irréductible dans sa foi.

Mes enfants, Je resterai auprès de vous dans la difficulté, dans l’épreuve, dans la souffrance et même dans la mort ; alors vous, mes très chers, faites de même : ne m’abandonnez pas dans la souffrance de ma Passion. Sainte Véronique a soulagé mon visage mais elle a aussi soulagé mon Âme souffrante. Elle m’a redonné du courage, elle m’a vivifié, elle m’a consolé. Faites de même car ma Passion, mon offrande sur la Croix n’est pas un acte du passé, un acte révolu, non, elle est perpétuelle et se renouvelle sur l’autel du Sacrifice lors de chaque Sainte Messe, lors de chaque Consécration. (…)

La Sainte Église m’est chère et Je l’ai instituée pour me constituer un peuple fidèle et dévoué.

Message de Dieu – Soeur Beghe – Le 17 mars 2023 – Lire le message en entier sur le site d’origine.

Mes très chers Enfants, Voici que votre Dieu veut encore vous écrire et Il vous demande de le lire avec dévotion et soumission, comme de bons enfants qui écoutent leur Père bien-aimé et toujours compétent.
Mes enfants, aujourd’hui Je veux vous parler d’avenir. Je veux vous entretenir de ce que J’attends de vous qui êtes parmi mes privilégiés parce que vous me lisez. Rares sont mes enfants qui ont connaissance de ce site internet, vous êtes nombreux sur la terre, beaucoup ne me connaissent pas, beaucoup même me rejettent ou persécutent mes fidèles, d’autres sont loin de moi ou me dédaignent, tandis que quelques-uns sont des catholiques convaincus.
Parmi eux, certains sont « rationnels » et ne pensent pas que Je sois tellement sensible à votre quotidien que Je veuille leur parler Moi-même, et autrement que par la voix habituelle de ma Sainte Église.

La Sainte Église m’est chère et Je l’ai instituée pour me constituer un peuple fidèle et dévoué. Oui, la Sainte Église catholique est mon Église, elle a prêché et converti de nombreuses générations de fidèles et de saints, envers qui mon Ciel a ouvert mon Cœur et tendu mes bras. Mais qu’en est-il de tous les autres, apparemment laissés sur le bord de la route ? Sont-ils tous perdus ?
Non, mes enfants, Je ne perds personne et ceux qui ne veulent pas me suivre, ne se perdent pas en ce sens qu’ils ont voulu prendre un autre chemin en toute conscience et en toute liberté. Je ne les en empêche pas mais, parce qu’Ils m’ont quitté volontairement, Je les oublie et ils ne sont plus l’objet de mes préoccupations. C’est leur faute et, leur décision une fois prise et confirmée dans leur éternité, Je ne les plains ni ne les recherche. (…)

La foi catholique est un don direct de la Trinité Sainte à l’humanité.

Un souffle qui passe… Messages du Ciel au monde d’aujourd’hui du 25 décembre 2022.

Mes petits enfants, (…) C’est pourquoi je vous invite à aller sans tarder confesser sincèrement tous vos péchés auprès d’un prêtre de mon Église catholique pour que votre âme – cette partie si subtile de vous-mêmes qui peut rayonner jusque dans les Demeures Célestes – soit en état de grâce. Je vous invite aussi à une conversion sincère et durable afin que chaque dimanche suivant Noël, vous ressentiez l’appel de vous rendre à la messe pour y rencontrer vos frères chrétiens et m’y retrouver dans l’Eucharistie. Et je voudrais vous rappeler que, sauf dans des cas exceptionnels comme la vieillesse, la maladie ou l’éloignement, regarder la messe à la télévision n’est qu’un leurre, rien de plus, rien de moins. (…)

C’est pourquoi, mes petits, vous devez m’inviter à habiter plus durablement en vos cœurs pour que j’y implante cette vérité : le Fils de Dieu est le seul et l’unique à s’être fait Homme pour enseigner tous les hommes, le seul et l’unique à avoir racheté le Péché des origines en endurant sa Passion et en mourant pour vous sur une Croix, le seul et l’unique à être ressuscité d’entre les morts pour léguer, par son Église, aux âmes affamées, le Pain de Vie, qui divinise et ouvre les portes des Demeures Célestes.

C’est donc avant tout de moi que vous avez besoin. De moi, Jésus, le Christ, le Fils unique de Dieu né du Père avant tous les siècles, vrai Dieu né du vrai Dieu, qui, par l’opération du Saint-Esprit, ai pris chair de la Vierge Marie. C’est avant tout de moi que vous avez besoin parce que moi seul peux vous remettre vos péchés, combler tous vos désirs, vous sauver du Mal et vous ouvrir les portes de la Vie Éternelle.(…)

Le Diable est à l’œuvre dans votre monde, mes petits, et cela n’est pas nouveau. Il a déjà agi de la sorte en provoquant des révolutions et des guerres, où se sont exprimés le mal, la méchanceté et la sauvagerie à l’état pur. Aujourd’hui, avec l’accroissement de la population mondiale, il agit à une bien plus large échelle mais toujours avec la même perversité pour semer la peur, la haine, la division et le chaos. (…)

S’il vous a éloigné de la foi et des sacrements de mon Église catholique, s’il vous a entraînés dans le matérialisme, l’hédonisme, l’ésotérisme, l’occultisme ou l’hérésie, je vous demande de vous ressaisir, de couper les liens avec votre vie passée, de vous repentir et d’aller me confier vos fautes auprès d’un prêtre de mon Église. Si vous y parvenez, vous serez heureux de l’avoir fait et vous serez en paix.

Si vous vous dites « croyants » mais « non pratiquants », je vous demande de lire en priorité les Évangiles et les livres de l’Ancien Testament avec autant d’intérêt que ceux qu’ont concoctés les faux prophètes, les gourous et autres maîtres spirituels de ce temps, afin de nourrir votre âme d’une authentique spiritualité qui vous conduise à la pratique des sacrements et à plus d’intimité avec moi dans la prière et l’oraison. Si vous y parvenez, vous serez heureux de l’avoir fait et vous serez en paix.

La foi catholique, en effet, n’est pas d’essence syncrétiste : elle est un don direct de la Trinité Sainte à l’humanité – don qui, officiellement, a commencé à ma naissance, mais qui remonte, en fait, aux origines de l’histoire du peuple hébreu et de sa relation au Dieu unique. Elle repose non seulement sur ma Parole et sur mon enseignement, transmis jusqu’à vous à travers les siècles par mon Église, mais aussi sur les livres de l’Ancien Testament, dont je me suis nourri et délecté, et dans lesquels les prophètes ont annoncé toute ma vie depuis ma naissance à Bethléem jusqu’à ma mort sur la Croix.   

Ceux qui dénaturent ou travestissent les Écritures Saintes en les associant à d’autres formes de spiritualité sont dans l’erreur. Tout comme sont dans l’erreur ceux qui refusent d’accepter que l’Esprit Saint continue d’être à l’œuvre au sein de mon Église non point pour la figer mais pour la faire avancer, au fil du temps, des transformations sociales et au gré des tempêtes, dans la fidélité à mon enseignement. Tout comme sont dans l’erreur ceux qui ne croient pas à la virginité de ma Mère et à sa conception immaculée. À ma naissance, ce sont ses yeux pleins d’amour et de douceur que j’ai vus en premier et ceux de mon père putatif, Joseph, qui me contemplaient. C’est pourquoi je vous invite à me contempler à votre tour à travers les yeux même de mes parents terrestres, et je vous transmettrai la paix, la joie et l’amour de l’Enfant de la Crèche, la paix, la joie et l’amour de Noël.

Joyeux Noël à vous tous, mes petits enfants ! Je vous bénis.

Quand vous verrez des statues-idoles côtoyer la croix, l’ostensoir et toutes les représentations de Dieu et ses Saints.

Message de Jésus donné à Marie Catherine de l’Incarnation Rédemptrice (France) le 9 janvier 2020

L’orage qui gronde et progresse en s’amplifiant est œuvre conjointe du mal dans le monde et celle solidement installée dans l’Église. L’antichrist viendra d’abord séduire dans le monde et faire croire qu’il est le parfait et le pacificateur envoyé du ciel. Son objectif sera ensuite l’Église, dont il a la conviction qu’Elle lui appartient, puisque sa place est déjà préparée par ses collaborateurs.

16 février 2020

Lorsque vous entendrez de nouvelles paroles qui réorientent la foi et les règles établies par Dieu Créateur, Sauveur et Consolateur ; quand vous verrez des statues-idoles côtoyer la croix, l’ostensoir et toutes les représentations de Dieu et ses Saints, sachez que vous êtes alors dans l’abomination de la désolation.
Réfugiez-vous en mon Cœur Sacré, demandez pardon pour eux et leurs actes de profanation. Mon Église restera debout, il y aura de mes fils-prêtres dignes qui consacreront pour vous nourrir de Dieu, pour vous bénir de Dieu. Soyez confiants, Je ne vous abandonne pas enfants de bonne volonté.

La situation de crise actuelle dépasse toutes celles passées. Elle est l’assaut final du déchu qui ne peut admettre sa défaite.
2 juillet 2020

Le faussaire bien établi dans le monde vient prendre « sa » place préparée par son précurseur et ses associés qui sont aux commandes dans le monde. Peuples et nations sont assujettis. Une large part de la société, « masquée » désormais, demeure docile aux menaces voilées, aux directives dites bienveillantes et à une soumission qui assure la marche vers l’horrible projet de leur destruction. (…)

Tout au long des siècles, le déchu dans son orgueil et sa haine, a préparé ce moment de division croyant réussir à s’approprier la Création et obtenir l’anéantissement total du peuple de Dieu. Tous, et en tout Temps, en mon Église ont bénéficié de mes grâces, de mon accueil, de mon soutien et de ma Miséricorde. Il y a eu nombreuses crises en mon Église, l’homme étant imparfait et le déchu habile, mais dans l’Amour et l’Humilité mes ministres et mon peuple rétablissaient l’ordre selon La Divine Volonté et leur désir de vivre en Dieu.

La situation de crise actuelle dépasse toutes celles passées. Elle est l’assaut final du déchu qui ne peut admettre sa défaite. Mais, hélas, cela se fait au détriment de ceux qui le suivent. Les abus et manipulations des bienfaits reçus ont discrédité l’image de l’Église, trahi la confiance des fidèles, provoqué l’abandon de la foi et l’espérance et m’ont surtout insulté et blessé, moi le Christ, en Mon Amour et Ma Compassion pour les hommes que J’ai fait mes frères.

La Fin des Temps sonne l’heure finale du règne du prince de ce monde. (« Que nous veux-tu, Fils de Dieu ? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le moment fixé ? » Matthieu 8, 29) La purification totale sera provoquée en réponse à la méchanceté et à l’arrogance installées dans le Lieu Saint et l’Insulte à la Présence Réelle (« Jusques à quand la vision : le sacrifice perpétuel, désolation de l’iniquité, sanctuaire et légion foulés aux pieds ? » Daniel 8, 13)

Le schisme n’anéantira pas le Corps du Christ malgré la flagellation et la persécution qu’Il subit. Il demeurera Vivant et Saint.
Malheur à ceux qui œuvrent contre Dieu Unique et Tout-Puissant et qui persécutent ses frères, enfants de Dieu ! Je leur ferai boire jusqu’à la lie le calice de vin épicé de leur iniquité (psaume 75, 8) et ils seront précipités dans l’abîme, destination de leur choix et de leurs démarches.

Je dois permettre à un grand test de venir cette année. (…) L’épreuve que je vous ai annoncée est le synode à venir.

Apparition de l’Enfant Jésus miséricordieux – Sievernich, le 25 avril 2022

L’enfant Jésus s’approche de M. et dit : « Les ténèbres tomberont sur l’église. » Le Seigneur a parlé à M. d’une miséricorde incomprise qui trompe beaucoup de gens. Alors l’enfant divin parle : « Je dois permettre à un grand test de venir à votre rencontre cette année. Priez, priez avec toutes les nations ! Priez pour la miséricorde du Père Éternel ! C’est votre salut, votre sortie. »

Sievernich, le lundi de Pentecôte, 24 mai 2021

L’épreuve que je vous ai annoncée est le synode à venir. Prière, sacrifice, réparation !
Le Seigneur a dit et m’a montré que son Église est en train d’être dépouillée jusqu’à ses fondations par ses ennemis. Cependant, il sera reconstruit à nouveau par des gens qui croient en LUI.

Les synodes diocésains ne devraient pas être le moyen de faire remonter jusqu’à Rome des doléances qui s’opposent à l’enseignement de notre Seigneur Jésus-Christ

Un souffle qui passe… Messages du Ciel au monde d’aujourd’hui. Message du 25 juin 2022.

Bien chers frères,
Nous vous encourageons à lire ou à relire les paragraphes du Catéchisme de l’Église catholique définissant la vocation propre aux fidèles laïcs dans l’Église et leur participation, par leur Baptême, à la charge sacerdotale, prophétique et royale de notre Seigneur Jésus-Christ. Si vous comparez ces paragraphes aux premières synthèses diocésaines en vue du synode sur la synodalité, vous ne pourrez que déplorer l’état de déliquescence que traverse aujourd’hui l’Église en France et aussi dans tout l’Occident. La triste réalité des remarques et desiderata exprimés par de nombreux fidèles et clercs y révèle, en effet, une consternante méconnaissance de la catéchèse la plus élémentaire.

Dans l’Église – cette sainte Bergerie où chaque brebis devrait se nourrir de la Parole de Dieu et avancer jour après jour vers une plus grande sainteté, et où chaque prêtre, après avoir fait à Dieu l’oblation de sa personne, devrait se faire berger brûlant de charité, amoureux de la saine doctrine et disponible pour le salut de tous – règne aujourd’hui l’ignorance, la confusion, l’égoïsme, la rébellion, la désolation, le mensonge et même la trahison. Preuve en est la regrettable désertification de vos lieux de culte et la grave pénurie de vocations sacerdotales – à l’exception d’une poignée de diocèses, dont il serait plus sage de faire l’éloge plutôt que de se défier. Car il convient de juger les arbres à leurs fruits mais aussi de ne pas mettre au rebut toute une récolte au motif que certains fruits ne sont pas calibrés…

Alors que des catholiques sont censés avoir un minimum de connaissances sur leur foi et sur l’Église, une intelligence spirituelle et une conscience claire de former eux-mêmes cette Église dans une solide communion avec sa hiérarchie, alors que des catholiques sont censés travailler ensemble à l’avènement du Royaume de Dieu sur cette Terre en transformant par la prière, la pratique des sacrements et la sainteté de leur vie, jusqu’à la société tout entière, c’est exactement l’inverse qui se produit aujourd’hui tant parmi les fidèles que parmi les ecclésiastiques, et ce jusqu’au plus haut niveau.

Dans l’ensemble, en effet, ce n’est plus la société qui tend, comme jadis, à s’inspirer des principes moraux du christianisme, mais ce sont les fidèles eux-mêmes qui, au lieu de s’efforcer de vivre saintement et d’évangéliser la société, se laissent charmer par les idoles païennes de ce temps. Alors, happés par la malheureuse spirale du matérialisme et du relâchement moral, spirituel et religieux, ils veulent voir l’Église « s’adapter » à la société et suivre son évolution.

C’est ce que révèlent les conclusions préparatoires au synode, qui sont adressées à Rome par vos évêques, et qui, hormis certains points dignes d’intérêt, consistent aussi en un agrégat de revendications et de critiques trahissant chez les participants une méconnaissance crasse de leur foi, de l’enseignement de l’Église et des Pères, tout autant qu’une inintelligence regrettable de leur propre vocation de fidèles catholiques – comme le laissaient déjà présager de précédents synodes.

Or, pour des fidèles catholiques dignes de ce nom, les synodes diocésains ne devraient pas être le moyen de faire remonter jusqu’à Rome des opinions et des doléances qui, pour la plupart, s’opposent à l’enseignement de notre Seigneur Jésus-Christ. Ils devraient, au contraire, être l’occasion de s’interroger paisiblement et avec un esprit de discernement, sur la meilleure façon d’aborder et de résoudre les problèmes engendrés aujourd’hui chez l’homme par la modernité, à la lumière de l’Évangile et sans compromission avec le monde.

Et pour les évêques, ces synodes devraient être l’occasion de recueillir toutes ces questions, de les faire remonter auprès des instances romaines , et de transmettre ensuite aux fidèles des réponses circonstanciées et de sages conseils qui leur permettent de conformer davantage leur vie à l’enseignement de notre Seigneur Jésus-Christ dans le respect de la foi catholique et de la morale.

Malheureusement, au lieu de cela, ce sont les mêmes rengaines qui invariablement ressurgissent : entre autres, l’admission à la communion eucharistique des « divorcés remariés », mais aussi celle des personnes ayant des relations avec des partenaires de même sexe, le mariage religieux de ces mêmes personnes, le mariage des prêtres, l’accès des femmes à un diaconat, et même, pour couronner le tout, l’accès des femmes à la prêtrise !

En survalorisant les œuvres au détriment de la mystique, du surnaturel et du prophétique, trop souvent regardés avec suspicion.

Si nombre d’ecclésiastiques de tous rangs n’avaient pas laissé la spiritualité s’étioler en travestissant leur mission sociale et en survalorisant les œuvres au détriment de la mystique, du surnaturel et du prophétique, trop souvent regardés avec suspicion, s’ils avaient mieux encadré la catéchèse et mis les Saintes Écritures et les vies et écrits de saints à la portée des enfants et des adolescents sous la direction de personnes compétentes et zélées, s’ils s’étaient moins préoccupés de leur image personnelle empreinte d’un carriérisme et d’un paternalisme qui veut plaire à la société plutôt qu’à Dieu, quitte à se mettre en porte-à-faux avec le monde et à souffrir pour l’Évangile, s’ils s’étaient unanimement rassemblés pour défendre ouvertement la vie depuis la conception jusqu’à sa fin naturelle, et pour sauvegarder la liberté des enfants de Dieu plutôt que de flirter avec les gouvernements et ceux qui veulent influer dangereusement sur votre société voire diriger le monde, s’ils avaient veillé à rester chastes et continents et s’étaient donné les moyens de le faire, tout eût été radicalement différent !

C’est pourquoi, chers frères, vous ne devez pas être surpris que Dieu, dans son immense sagesse, laisse aujourd’hui l’Église humaine et hiérarchique connaître son Gethsémani, comme il a laissé le peuple élu connaître l’adversité dans ses moments de faiblesse et de reniement de Dieu. Quoi qu’il en soit et malgré l’optimisme béat de certains, sachez que l’Église d’Occident n’en a pas encore fini avec les blessures, les restrictions et les trahisons qu’elle doit souffrir avant que de pouvoir se relever dans la paix grâce à des fidèles aux cœurs conformes au Sacré Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie.

Ces messages, chers frères, depuis leur origine, sont la voix de l’Esprit Saint qui vous rappelle inlassablement l’amour et la confiance que vous devez montrer envers notre Seigneur Jésus-Christ et son Église, votre Mère, qui, par la grâce de votre Baptême et votre fidélité aux sacrements, sans cesse vous enfante et vous nourrit.

Ils vous rappellent, à la suite de Paul, que cette même Église fait de vous des sanctuaires de l’Esprit Saint, et que, par votre participation à la vie divine de notre Seigneur Jésus-Christ, vous êtes aussi prêtres, prophètes et rois.
Temples de l’Esprit Saint, parce que Notre-Seigneur vous a envoyé d’auprès du Père le Paraclet et ses sept dons précieux, dont les fruits font de vous des saints.

Prêtres, Prophètes et Rois.

Prêtres, parce que vous priez Dieu, le louez, lui faites l’offrande de votre vie et, concourez, pendant la sainte messe, au sacrifice eucharistique offert par le célébrant pour l’avènement du Royaume de Dieu.

Prophètes, parce que sous l’influence de l’Esprit Saint, qui vous communique le sens surnaturel de la foi et vous dote de différents dons spirituels et charismes, vous œuvrez en tant que missionnaires de l’Évangile du Seigneur et de son Église.

Rois, parce qu’en recevant le Corps du Christ livré pour vous, vous participez directement à la divine royauté de Jésus pour servir tous vos frères – Jésus Pain de Vie, qui vous accueillera un jour à son banquet nuptial dans l’Éternité s’il vous en juge dignes.

Certains d’entre vous, chers frères, se disent en lisant ce message : quelle bouffée de grâces ! C’est pourquoi nous vous recommandons, outre la lecture des messages de ces deux dernières années, qui sont d’une brûlante actualité, celle des trois volumes des années précédentes, qui ont reçu l’imprimatur de l’Église catholique. Dans la communion des saints, qui unit l’Église de la Terre à l’Église du Ciel, cette lecture vous ramènera toujours aux Saintes Écritures et à l’enseignement de l’Église pour vous aider à progresser sur le chemin du Ciel. Nous vous demandons seulement de vous munir aussi de votre Bible et du Catéchisme de l’Église catholique afin que vous puissiez vous y reporter à chaque référence et chaque fois que nécessaire. Vous devez aussi savoir que, par leur enseignement, ces messages sont des réponses sans équivoque à moult questions soulevées par différents synodes de ces dernières décennies.

N’attendez pas qu’il soit trop tard pour prendre conscience que Dieu est avec vous et en vous dans les joies comme dans les peines et les épreuves. Car la relation des hommes avec Dieu est une grâce exceptionnelle voulue par le Créateur lui-même, à l’image de la relation qui existe entre les trois Personnes de la Trinité Sainte – le modèle humain le plus pertinent de cette relation ayant été, sur cette Terre, celui de la Sainte Famille et de la vie publique de Jésus.

Sachez aussi, amis, que tout est possible à Dieu si votre volonté se conforme à la sienne. Et il n’est rien de plus précieux pour lui qu’une âme en état de grâce qui se nourrisse régulièrement de l’Eucharistie et vive de sa Parole sous la tutelle de l’Esprit Saint.

Apprenez, chers frères, le discernement à la lumière de ce même Esprit, et ne restez pas dans l’ignorance. Veillez également à prier la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église, si souvent décriée aujourd’hui jusqu’au sein même de cette institution, et à solliciter d’elle aide et protection. Faites de vos synodes des occasions positives de grandir en sainteté et non des moyens d’exprimer des revendications qui, sous des dehors prétendument charitables « au point d’égarer, s’il était possible, même les élus » (Mt 24, 24), ne sont, en fait, que doléances inspirées à des âmes spirituellement immatures ou perverses par le Maître du Mensonge, qui veut détruire l’Église et détruire la société.

Que Notre-Seigneur et sa sainte Mère vous bénissent et vous gardent.
Vos frères dans la Vérité

Elle sera ensevelie pendant un temps, ce sera son Vendredi et son Samedi Saints, prélude à sa Résurrection du dimanche de Pâques.

Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle. Soeur Beghe – Lire le message sur le site d’origine – Dimanche 20 mars 2022

(…) Je vous ai avertis de la crise dans la Sainte Église catholique, de la crise dans le monde, des événements à venir et de la Main divine qui dirige toute chose : Elle laisse faire le mauvais parce que l’homme est libre, parce que ses choix bons ou mauvais sont libres, Elle attire l’homme vers le bien mais avec son libre arbitre ; la Sainte Église catholique est appelée, en tant qu’Épouse de Jésus-Christ, à suivre Son exemple et à s’offrir en holocauste pour les péchés des hommes. Elle sombrera donc mais, comme son divin Époux, elle ressuscitera plus belle et plus forte que jamais et sa Résurrection est pour bientôt.

A présent elle est entre des mains qui n’ont pas le Seigneur Jésus-Christ pour Maître et Seigneur, mais le temps est proche où ces mains perdront leur emprise sur elle. Elle sera ensevelie pendant un temps, ce sera son Vendredi et son Samedi Saints, prélude à sa Résurrection du dimanche de Pâques. Gardez la foi pendant ce temps d’épreuve, comme Ma très sainte Mère qui n’a pas vacillé, qui n’a pas perdu espoir, qui a gardé sa foi intacte et si forte. Ces jours d’obscurité seront là plus vite que vous ne le pensez mais vous êtes avertis et il ne faudra pas craindre.

Il vous faut prier, offrir et penser à autrui car vous serez Mes représentants pendant les jours obscurs qui sont à votre porte. (…)

Aucune ne peut s’affirmer pleinement « voie de salut » si ce n’est la seule religion catholique.

Un souffle qui passe… Messages du Ciel au monde d’aujourd’hui. Message du 3 décembre 2021 – Lire le message en entier sur le site d’origine.

(…) Je te vois peiné, mon cher fils, par ceux qui, autour de toi, veulent chercher la vérité hors de mon Église et ailleurs que dans mon Évangile – que, la plupart du temps, ils ne se sont pas même donné la peine de consulter ! Sache que s’ils ne veulent pas de moi pour leur Dieu – ce qui est tout à fait leur droit – c’est que, en général, soit ils ne me connaissent pas ou n’ont pas encore pris le temps de me connaître, soit ils refusent de croire que je suis Dieu pour me préférer un relativisme inspiré par le Diable, soit ils me connaissent mais se sont, à un moment ou à un autre de leur histoire, détournés de moi parce qu’ils ont été déçus ou choqués par le comportement de l’un ou l’autre de mes ministres, de religieux ou de religieuses, ou tout simplement de certains laïcs – à commencer par leurs parents, un frère ou une sœur – qui se disent chrétiens mais ne vivent pas selon mon Évangile.

Pourtant, ceux qui ne me connaissent pas ne doivent pas être jugés comme de mauvaises personnes. C’est, en effet, de moi et moi seul que dépend leur salut. Au terme de leur vie terrestre, c’est moi et moi seul qui jugerai de la bonté et de la sincérité de leur cœur, et qui évaluerai avec justice l’étendue de leurs mérites, car, l’Esprit soufflant où il veut, le Verbe peut semer le bon grain même au milieu de l’ivraie jusque dans le cœur des païens ou des hérétiques.

Alors que la mode est aujourd’hui de clamer que toutes les religions se valent, aucune ne peut pourtant s’affirmer pleinement voie de salut si ce n’est la seule religion catholique. Et ceux qui croient pouvoir se passer de mon Église pour être sauvés sont soit des ignares qui n’ont pas conscience qu’elle est mon Corps Mystique, soit des orgueilleux. Car mon Église une, sainte, catholique et apostolique, a été fondée – comme ce dernier qualificatif l’indique – sur l’enseignement et les pouvoirs que j’ai transmis à mes Apôtres, enseignement et pouvoirs qui ont été eux-mêmes retransmis fidèlement de génération en génération à tous leurs successeurs, même si certains ont pu en abuser ou en abusent encore. Mon Église a été fondée sur mon Incarnation, ma Passion, ma Résurrection et mon Eucharistie, et aussi sur le sang des martyrs, qui ont donné leur vie pour ne me point trahir, et elle a bénéficié, à travers les siècles, du souffle de l’Esprit Saint pour se développer et se dynamiser.

S’efforcer de mettre en mon Église leur confiance.

C’est pourquoi je demande à tous mes enfants, à ceux qui croient en Moi comme à ceux qui ne croient pas encore, de s’efforcer de mettre en mon Église leur confiance. Car cette même Église, dont je suis la Tête, est formée de tous les membres qui m’ont été et me restent fidèles dans la communion des saints. C’est pourquoi je demande aussi à tous mes enfants de ne point la juger avec sévérité et de ne jamais dire : « Moi, je crois en Jésus-Christ mais je ne crois pas en l’Église ! ». Car c’est elle qui est la seule dépositaire de mon Enseignement et  de mon Eucharistie, et c’est à elle, en la personne de Pierre, que j’ai confié les clés du Royaume des Cieux (cf. Mt 16, 19). Tu sais bien, mon fils, que je ne suis pas venu pour les bien-portants mais pour les pécheurs, et que la volonté de mon Père est qu’aucune âme ne se perde (cf. Mt 18, 14).

Aujourd’hui, je voudrais tout spécialement rappeler à cette Église qu’elle est là pour offrir à tous les hommes – et en particulier à tous mes enfants – ma Miséricorde et non le jugement, sur le modèle du monde. Car si cette institution n’existait pas, beaucoup d’hommes jugeraient trop impitoyablement leurs frères et enverraient sans vergogne des foules entières en Enfer, même pour des peccadilles. Ainsi, que chacun – y compris mes prêtres – apprenne d’abord humblement à se reconnaître pécheur et à ne point juger les autres.

Mon Église est sainte ! Je tiens à le rappeler ici haut et fort. Et quoi qu’il ait pu advenir de mauvais en son sein par le passé, et quoi qu’il puisse encore y advenir dans le présent ou même ultérieurement, elle le restera toujours ! Aucune souillure ne pourra jamais l’atteindre car elle est comme une eau pure à laquelle viendrait s’agréger de l’huile sale : les deux liquides étant immiscibles, l’eau ne s’en trouvera jamais polluée. Ainsi, même si des plages peuvent être défigurées par des marées noires, l’eau qui a porté les hydrocarbures immiscibles n’en a pas été salie pour autant.

L’Église n’est pas une organisation de votre monde. Fondée par le Seigneur Jésus, elle est un Royaume appartenant au Monde Divin.

Message du Ciel – Jean messager de la lumière – Livre Tome 8 : Choisir l’Amour de Dieu – Page 137

L’histoire de l’Église est l’histoire d’incessantes persécutions. Ce fut bien Jésus, fils de Dieu, qui a été fort attaqué verbalement, mis en difficulté, jalousé, pour terminer dans la passion et la mort sur la Croix. Presque tous ses disciples sont morts persécutés. Et ensuite, les premiers chrétiens de Rome ont été également victimes d’injustices et d’humiliations pendant trois cents ans. Et l’histoire continue encore aujourd’hui et particulièrement dans les pays où les chrétiens sont en minorité.

L’histoire humaine vous apprend qu’un peuple ou une nation ne subsistent que s’ils ont suffisamment de force pour faire face aux attaques des religieux extrémistes, des ennemis de l’Église et des dictateurs en tous genres, qui maltraitent leurs populations.

Oui, des persécutions successives et même féroces ont toujours été appliquées à l’encontre des chrétiens pour les discriminer et les chasser. C’est le cas encore dans bien des pays qui éliminent et effacent le nom de chrétien des cartes de la géographie humaine…

Mais fort heureusement, avec plus d’un milliard de croyants, le catholicisme reste une des plus grandes religions de la planète. Considérez que ceux qui les condamnent et ne savent que haïr sont, en réalité, des instruments du démon. Ceux qui souffrent et, même, qui meurent en restant fidèles à leur Seigneur sont couronnés de gloire et ne sont jamais des vaincus.

L’Église n’est pas une organisation de votre monde. Fondée par le Seigneur Jésus, elle est un Royaume appartenant au Monde Divin : c’est la vraie dimension du mystère de l’Église. Du fait qu’elle soit un mystère, les lois de son développement divergent de celles qui s’appliquent dans au monde païen. (…)

Mais mon Église est plus que cela, c’est moi qui forme l’Église; je suis la Tête, mes prêtres sont mes membres actifs et vous êtes mes membres.

Message du Ciel donné à la Fille du Oui à Jésus (Canada) – Date inconnue – Volume 4 – n° 268

Jésus : (…) Vous n’avez pas compris mon Église; vous vous représentez l’Église comme un ensemble de bâtisses dont des prêtres sont responsables de chaque église, sous la juridiction d’un évêque, selon leur territoire. Oui, ces bâtisses sont les lieux où, moi, je suis; je vis dans le tabernacle et l’autel est l’endroit où mes prêtres consacrent les Saintes Espèces; les églises sont aussi les endroits où vous, tous les enfants de Dieu, venez pour prier, adorer et recevoir les sacrements; les églises ont été bâties pour vous tous.

Mais mon Église est plus que cela, c’est moi qui forme l’Église; je suis la Tête, mes prêtres sont mes membres actifs et vous êtes mes membres; voilà ce qu’est l’Église: vous et moi sommes l’Église. Pierre fut mon premier pape et, par la suite, il y a toujours eu des papes. Eux sont les premiers dans la hiérarchie des membres actifs de mon Église, puis il y a les cardinaux, les archevêques, les évêques et les prêtres. Ce sont des consacrés, ils ont reçu le sacrement de l’ordre qui les a tous faits prêtres.

Je suis le Prêtre Christ et, par leur sacerdoce, ils me représentent auprès de vous. C’est moi qui suis devant vous lorsque vous venez recevoir les sacrements, je passe à travers leur sacerdoce. Si, dans mes membres actifs, il y a des manquements, c’est parce qu’ils ont en eux leur volonté humaine qui est faible, mais lorsqu’ils administrent les sacrements, c’est moi, le Grand Prêtre divin, qui passe.

Allez-vous vous priver des grâces rattachées aux sacrements parce que certains de mes prêtres, évêques, archevêques, cardinaux — et même des papes de jadis — ont laissé passer leur volonté humaine? L’Église, c’est moi, c’est chaque enfant de la terre avec ce qu’il est: vous tous. Vous vivez avec le bien et le mal en vous et, tant qu’il y aura le mal en vous, vous devrez vous confesser.

Savez-vous que mon saint vicaire Jean-Paul II va à confesse? Pourtant, si vous pouviez voir son âme, elle resplendit. Votre Pape est un modèle à suivre. Il ne vous condamne pas, il ne vous juge pas, il ne vous ridiculise pas, il prie pour vous tous même si vous n’êtes pas fidèles à mon Église. Il ne juge pas certains des consacrés qui lui sont infidèles, alors qu’ils lui doivent obéissance, non il prie pour eux, car il sait qu’ils sont tous membres de l’Église de Dieu. Il prie pour tous les membres de toute religion, car vous êtes tous sans exception membres de l’Église de Dieu.

Mes enfants, ne reniez pas mes sacrements, ils vous nourrissent. Votre âme agonise lorsque vous êtes loin de mes grâces. Venez vers moi, j’ai pour vous des grâces qui vont vous transformer et le monde dans lequel vous vivez vous apparaîtra meilleur. Plusieurs de ceux qui étaient sur la terre avant vous avaient la foi, vous, vous l’avez perdue; vous reniez ce que j’ai fait pour vous.

Combien ont quitté l’Église catholique pour aller chercher dans des sectes ce que j’ai promis aux anciens: une vie éternelle. Eux continuent de chercher une raison d’être sur la terre mais, vous, vous avez rejeté tout pour vous adonner à toutes sortes de plaisirs terrestres. Parce que vous ne voulez plus vous attacher aux choses que vous ne voyez pas, vous dites que ce sont des balivernes qu’on a voulu vous inculquer; en disant cela, vous rejetez la Pierre Angulaire qui vous a bâti votre demeure éternelle: l’Église. Heureux ceux qui croiront sans avoir vu, ils auront le Ciel en héritage. Amen.

Vous formez donc la plus grande famille qui ait jamais existé dans le monde.

Message de Jésus au Père Doucette (Canada) – Mercredi 26 janvier 2011

Je vous bénis tous, toi mon frère Joseph Melvin, et vous mes frères et sœurs qui habitez dans chacun des pays de la terre. Si vous croyez en moi et me suivez, alors vous faites partie de ma vraie famille. C’est pourquoi je vous appelle mes frères et mes sœurs.

Ma famille est immense puisqu’on dénombre plus de 1 200 000 000 personnes dans l’Église que j’ai fondée et des millions de plus dans les autres églises. Vous formez donc la plus grande famille qui ait jamais existé dans le monde. Je veux que vous m’acceptiez tous comme votre frère venu sur la terre pour vous sauver par ses souffrances, sa mort et sa résurrection.

Je suis le seul Sauveur, alors venez et suivez-moi. Avant de disparaître de la vue des apôtres le jour de l’Ascension, je leur ai dit que j’allais au ciel pour y préparer une place à chacun. Votre nom figure sur la porte de votre demeure et j’ai grand hâte de vous voir occuper ce lieu magnifique. Vous serez au ciel un jour si vous coopérez à toutes les grâces que je vous accorde.

Vous devez me placer en premier dans votre vie et obéir à ce que je vous ai dit. Si vous écoutez mon Église, alors vous m’écoutez. J’ai donné à mon Église tous les pouvoirs nécessaires pour vous conduire au ciel. Soyez un membre actif de mon Église.

Si vous êtes si faibles dans la foi au temps « vert », qui est sans persécution, qu’en sera-t-il au temps « sec » de la tribulation ?

Message de Jésus à John Leary (USA), reçu le samedi 10 avril 2010

Jésus : « Mon peuple, dans Ma Première Église vous pouvez voir combien Mes disciples ont dû lutter pour la propagation de Ma Parole parce que les forces du diable s’opposaient à eux sans cesse. J’ai promis à Saint-Pierre que les portes de l’enfer ne prévaudraient pas contre Mon Église, ainsi survivra toujours, à chaque âge, un reste fidèle.

Cette vision des anciennes églises représente les racines profondes du catholicisme dans le monde entier, mais beaucoup d’églises deviennent des musées et sont fermées en raison d’une faible participation et d’une foi attiédie. Ce sont encore des signes de la fin des temps à propos desquels J’ai demandé si Je trouverais encore la foi quand Je reviendrai [sur terre].

Maintenant, au printemps vous voyez une nouvelle croissance de l’herbe, des arbres et des fleurs. Ce temps de Pâques devrait vous inspirer, comme Mes apôtres, le désir d’évangéliser les âmes dans la foi. Réveillez les tièdes pour les ramener à leur ancienne ferveur et sauver leurs âmes. Plusieurs se sont endormis dans leurs vies spirituelles et doivent se réveiller avant que l’Antéchrist et ses sbires ne puissent les passer au crible comme le blé.

Si vous êtes si faibles dans la foi au temps « vert », qui est sans persécution, qu’en sera-t-il au temps « sec » de la tribulation ? Soyez forts et partagez votre foi avec chacun

La religion chrétienne, celle que je vous ai apportée, diffère de toutes les autres religions du monde.

Message de Jésus au Père Doucette (Canada) – Mardi 17 février 2009

Le jeûne est une obligation pour tous les chrétiens et tous sont appelés de manière spéciale à jeûner durant le Carême. Le jeûne vous aide à être plus spirituels, moins tournés vers le matériel. Il vous rend aussi moins enclins au péché. Si vous pouvez dire non à la nourriture, alors avec l’aide de ma grâce vous serez capables de dire non aux tentations du malin.

Il n’était pas possible à mes disciples de jeûner lorsque j’étais avec eux. Après ma mort et ma résurrection, cependant, ils commencèrent à jeûner et depuis, mon Église enseigne à tous ses membres de jeûner chaque année. Vous vous rappellerez que j’ai jeûné pendant 40 jours et 40 nuits au désert après avoir reçu le baptême de Jean dans le Jourdain. Après cette période de jeûne, je fus tenté à trois reprises par le malin et je repoussai ses tentations.

La religion chrétienne, celle que je vous ai apportée, diffère de toutes les autres religions du monde. Elle ne peut être liée au judaïsme ou à la loi mosaïque. Vous ne pouvez pas réparer un vieux tissu (le judaïsme) avec du tissu neuf (le christianisme), et vous ne pouvez pas mettre du vin nouveau (la religion chrétienne) dans de vieilles outres (la loi mosaïque). Le vieux manteau ou les vieilles outres ne résisteraient pas.

Je suis venu vous apporter un nouvel enseignement, l’Évangile, et il ne saurait être contenu dans le judaïsme. Je vous ai apporté quelque chose de totalement neuf, et comme je désire que tous les gens de la terre en fassent partie. Croyez en moi et vous serez bénis.

le Pape de Rome est le successeur de saint Pierre.

Message de Jésus au Père Doucette (Canada) – 5 janvier 2009

Mon Père établit l’État d’Israël sur les 12 tribus issues des 12 fils de Jacob (ou Israël). De même, pour établir mon Église, je la fondai sur 12 apôtres de mon choix, qui s’appellent : Pierre, André, Jacques, Jean, Philippe, Bartholomée, Thomas, Matthieu, l’autre Jacques, Thaddée, Simon et Judas Iscariote. Je les invitai un par un à tout quitter pour me suivre.

Ils furent avec moi pendant trois ans environ. Ils assistèrent à tous mes discours et furent souvent témoins des guérisons que j’accomplissais. Je leur donnais des entretiens lorsque j’étais seul avec eux et je répondais à leurs questions. Je leur communiquai le pouvoir de guérir les malades, de ressusciter les morts, de purifier les lépreux et de chasser les démons. Ils devinrent les dirigeants de mon Église sous la gouverne de Pierre. Ils accomplirent de très belles choses, à l’exception de Judas, qui me renia et se donna la mort. Tous les autres apôtres devinrent des saints et sont au ciel avec moi. Tous les évêques et les prêtres sont les successeurs des apôtres, et le Pape de Rome est le successeur de saint Pierre.

Je fondai une seule Église, et là où est le successeur de Pierre, là est mon Église. Acceptez mon Église aujourd’hui et suivez ses enseignements, qu’elle a reçus de moi. Elle seule enseigne la vérité entière que je vous ai apportée. Je vous bénis tous.

Je suis votre premier Pape, Pierre.

Message de Saint Pierre donné à Louise Starr Tomkiel (USA) le 5 février 2008» 

Gens du monde, écoutez-moi.  Je suis votre premier Pape, Pierre, choisi par Dieu, Jésus, assisté par Marie, pour répandre la parole de Jésus autour du monde.  L’institution de son Église est bâtie sur le roc, je suis ce Roc.

Les prêtres d’aujourd’hui ne font pas à notre Dieu voeu de pauvreté, de chasteté et d’obéissance dans le célibat.  La majorité veut tout ce que le monde offre et également le sacerdoce.  Vous ne pouvez pas avoir les deux ! 

Chacun est un emploi à temps plein qui nécessite votre totale attention, tout votre amour, toute votre force. J’ai donné mon tout pour établir une institution solide pour ce qui est appelé :  La seule Église Sainte, Catholique, Apostolique’.  Les apôtres et moi sommes partis pour vous enseigner la VRAIE parole de Jésus Christ qui nous avait été enseignée par lui. 

Beaucoup de prêtres aujourd’hui ne croient pas en la transsubstantiation!  Même les commandements sont ignorés.  Oh, qu’est-ce qu’ils auront à répondre devant Dieu!  Vous, hommes, avez une grande responsabilité.  Accomplissez votre mission!  La vie est courte!  L’éternité est pour toujours!  Donnez votre vie à Dieu!  Vivez votre vie pour Dieu!  Dirigez votre troupeau !
Le ciel ou l’enfer est votre récompense finale.  Choisissez-en une !
Votre frère en Christ,

Pierre (Saint)

Plusieurs pays sont à la veille de se tourner contre mon Église.

Message de Jésus au Père Doucette (Canada) – Le 5 juillet 2005

Melvin, mon frère et mon ami, je t’aime et j’aime tous mes amis, d’où qu’ils viennent. Je vous ai dit jadis que des persécutions et des souffrances allaient venir. Plusieurs pays sont à la veille de se tourner contre mon Église,

ce qui occasionnera des souffrances à de nombreux chrétiens. Ils seront traduits devant les tribunaux, condamnés et jetés en prison, même s’ils n’ont rien fait de mal. On fermera les églises et on se moquera des fidèles. Ces persécutions seront menées par des gens qui se disent chrétiens, mais qui en réalité écoutent le malin plutôt que moi. « J’appelle tous les chrétiens à travailler activement pour l’unité.

Si les églises sont divisées, elles ne pourront pas résister aux persécutions : elles seront toutes détruites. Unifiée sous mon nom, l’Église sera forte et survivra, mais elle aura beaucoup à souffrir.

Je veux que l’Église s’unisse sous l’autorité du successeur de Pierre, comme elle l’était à ses débuts. Alors je peux vous assurer qu’elle triomphera et surmontera toutes les persécutions. Puissent les diverses églises se regrouper toutes ensemble et accepter le Pape de Rome comme chef. Puissent l’ensemble des évêques, des prêtres et des fidèles l’écouter et le suivre, car il parle en mon nom. Je vous presse à nouveau de rechercher l’unité chrétienne pour qu’elle se réalise le plus tôt possible.

Je vous aime tous.

Mon Église fera face bientôt à une importante secousse.

Messages donnés à Jennifer (USA) – 24 juin 2005

Mon peuple, il est temps de vous repentir, il est temps de vous détourner du monde car le monde n’accordera pas à votre âme le salut éternel. Mon peuple, ce qui a les apparences d’un temps de tranquillité est en réalité un temps où la division se multiplie.

Rassemblez vos familles, repentez-vous et multipliez votre temps de prières. La ligne qui sépare se dessine et comme ce temps d’avertissement se rapproche, vous verrez ceux qui choisissent les ténèbres et ceux qui choisissent la lumière, Ma lumière, car Je suis Jésus.

Consacrez vos familles à Mon Saint Sacré-Cœur. Apportez à Mon autel de miséricorde tout ce qui ronge votre cœur car Je ne vous abandonnerai jamais.

Vous êtes de précieux enfants formés à Mon image et à Ma ressemblance. Lorsque le monde se tourne contre vous et vous persécute, rappelez-vous que l’humanité s’est tournée contre Moi en premier, car Je suis Jésus le Sauveur du monde.

C’est le temps de tenir compte de la saleté qui empêche la lumière de briller. Tournez-vous vers le message de l’évangile pour le salut de votre âme. Tournez-vous vers les Commandements car ils sont le véritable chemin vers le royaume.

Mon peuple, les montagnes qui étaient endormies se réveilleront bientôt, car l’heure est vraiment à portée de main car Je viens pour vous avertir que de grands changements sont à l’horizon pour toute l’humanité.

Le mal persévère parce que l’humanité ne cherche qu’à faire sa volonté au lieu de la Mienne et vos manières ne vous accorderont pas le salut éternel.

Mes endroits de refuge ont été préparés tout autour de ce monde et pourtant, seul un petit reste demeurera, car il y en a tant qui seront appelés à leur heure de jugement. Écoutez, écoutez Mes paroles d’avertissement, car elles prendront fin et arriveront à la lumière. Vous devez en tenir compte ou vous serez comme les insensés qui sont pris sans défense. Centrez, centrez-vous sur votre mission et apprenez à mettre les distractions de côté.

Mon Église fera face bientôt à une importante secousse et la division parmi Mes fils choisis sera évidente, car le monde connaîtra bientôt Mes vrais fils choisis. C’est l’heure de la miséricorde et de la justice, car vous entendrez les gémissements de douleurs de la femme qui accouche et les cloches de Mon Église deviendront silencieuses. A Mes fidèles, trouvez consolations dans Mes paroles et n’ayez pas peur, car le mal ne triomphera pas sur Mon Église. Je viendrai dans une splendeur radieuse et Je réclamerai chacun de Mes fidèles enfants, car Je suis Jésus et Ma miséricorde et Ma justice prévaudront.

L’Église n’est pas une organisation semblable à un parti politique.

Message de Jésus au Père Doucette (Canada) — Le 5 juin 2005

Melvin, mon frère, toi qui partages mon sacerdoce, je t’aime. J’ai fondé mon Église, mon Corps mystique, sur les apôtres. Chaque membre de l’Église fait partie de mon Corps.

L’Église n’est pas une organisation semblable à un parti politique, mais un organisme vivant. Elle a sa vie propre et elle est toujours en croissance. L’Église est comme une plante, qui commence à l’état de graine et grandit en développant des branches et des feuilles. La plante produit des fleurs splendides et des fruits abondants. L’Église, comme la plante, a besoin de membres vivants pour grandir en santé. Lorsqu’une branche vient à sécher, on la coupe et on la jette au feu car elle n’est plus utile. Il en est de même pour le membre de l’Église qui ne pratique plus.

Si une personne n’est membre de l’Église que de nom, cela signifie qu’elle ne prie pas ou qu’elle ne va pas à l’église. Ce membre est comme une cellule morte, que le corps élimine et laisse tomber. Puissiez-vous jouer votre rôle dans le Corps vivant de l’Église de manière à ce qu’elle soit saine et forte; que ma Vie vous anime afin que vous en deveniez membres à part entière.

Repentez-vous de tous vos péchés et venez à l’église pour me recevoir dans l’Eucharistie chaque dimanche, et aussi pendant la semaine. Ainsi, vous aurez la force qu’il faut pour me suivre.

Je vous aime.

Chapitres complémentaires – Dieu parle :
des chrétiens orthodoxes
de la religion Protestante
des religions non chrétiennes
de l’État d’Israël
du monde musulman