Au Paradis

Vous aurez l’impression d’avoir toujours connu ce monde.

Extraits du livre « Les dictées de l’Ange ». Messages reçus par Giuliana Buttini (1921-2003), le 23 juillet 1995.

Le monde qui vous attend ne vous paraîtra pas très différent du petit monde. Dieu a créé tout ce qui ne saurait apporter un trouble à l’homme (après l’épreuve terrestre), ainsi vous aurez l’impression d’avoir toujours connu ce monde, aussi parce que, avant d’exister, vous étiez en Lui qui l’a créé pour vous.

Il est bien plus beau que le petit monde et vous paraîtra plus grand, infini ! Les distances sont inexistantes et il y a beaucoup de non-espace dans l’espace infini. Non-espace, non-temps et malgré cela tout s’adaptera à vous, car créé pour vous.

Pour nous aussi les anges, l’infini a été créé. Vous serez plus heureux que nous, qui n’avons subi qu’une seule épreuve et non celle de la douleur.  « Vous serez plus hauts que les anges ! » La création infinie pour l’homme immortel. C’est un rêve réel, vie en expansion, retrouvailles et connaissance de créatures d’autres époques.

L’éternité n’est ni lente ni rapide, elle est éternité. Vous vous trouverez bien dans ce monde. Toi qui viens au moment x, tu connais déjà un peu l’éternité et tes visions étaient réelles et non rêves. Créatures souriantes pour un instant, des lieux jamais vus. Fleurs, parfums. Une goutte d’harmonie.

Autres chapitres sur le sujet :
La résurrection
Le Paradis terrestre, Jardin d’Éden
Les Limbes. Le paradis des enfants
Le Parvis-Paradis, la zone d’entrée dans le Royaume éternel de Dieu
Son chez-soi au Paradis
Nos maisons au Paradis
Les paysages du Paradis
Nos animaux au Paradis

Notre apparence physique au Paradis
Les vêtements au Paradis
Les mariages au Paradis

Les repas au Paradis
Les messages de Jean Cara, Messager de la lumière
Les vision d’Emannuel Swedenborg

Le « temps » et le « non-temps », au Ciel et sur terre.

Le bonheur d’être au Ciel.

Extrait du Manuscrit du Purgatoire – 2 nov. 1890.

Je vais essayer de vous faire comprendre, autant que vous le pouvez sur la terre, ce qu’est le Ciel. Ce sont des fêtes toujours nouvelles qui se succèdent sans interruption. Un bonheur toujours nouveau qu’on n’a encore jamais ressenti. C’est un torrent de joie qui déborde sans cesse sur tous les Élus.
Le Ciel, c’est Dieu surtout, Dieu aimé, goûté, savouré. C’est en un mot le rassasiement de Dieu, sans pourtant en être rassasié !
Et plus l’âme a aimé Dieu sur la terre, plus elle a atteint le sommet de la perfection, plus aussi elle aime Dieu et le comprend au Ciel ! Jésus est la vraie joie de la terre et l’éternelle joie des Cieux !

Message de Dieu – Soeur Beghe – 25 nov. 2023.

Je vous veux avec Moi éternellement, pour votre plus grand bonheur, car les Saints sont si heureux de leur état de bonheur éternel !
Être heureux, oui, Je vous le promets. Qu’est-ce que le bonheur ? Le bonheur est un état de paix, de douceur, de contentement, de réjouissance, de proximité, de don de soi et de réception de l’autre, des autres, de confiance, d’amour, et lorsque vous avez tout cela, vous êtes heureux.
Oui, Je vous promets tout cela et plus encore car tout est immense lorsqu’il s’agit de Dieu, qui s’étend de l’éternité à l’éternité, de l’infini à l’infini.

Quel est le travail des saints dans les Cieux ? C’est la collaboration avec Dieu le Père dans la bonne gestion de l’univers.

Message de Dieu – Sœur Beghe – Le 8 octobre 2023 – Lire le message en entier sur le site d’origine.

Mes chéris, (…) et vous savez qu’ensuite, vous entrerez dans le monde invisible pour jouir de la béatitude éternelle. Cet avenir vous est inaccessible, vous ne le connaissez pas, c’est un grand mystère, vous ne l’avez pas expérimenté mais vous me faites confiance pour deux raisons : parce que vous m’aimez et parce que vous êtes sûrs de Moi. Ce que Je vous ai promis, vous y croyez, la béatitude éternelle signifie pour vous l’inaccessible Bien que Je vous ai promis et auquel vous croyez.

Mon Royaume qui n’est pas de ce monde est un Royaume merveilleux, une sublimité accessible par ma Promesse, par votre confiance et par votre désir de me plaire, de faire ma Volonté, de vous identifier à Moi et de me réconforter sur ma Croix. Dans la mesure où sur la terre vous vous comportez vraiment comme des enfants de Dieu, vous le serez en vérité dans le Ciel. Je vous prendrai avec Moi dans ma Demeure, qui est la destination de toute âme pure, douce et dévouée.

J’aime les âmes vertueuses parce qu’elles ne sont pas molles, elles sont combattives, elles sont viriles et elles sont heureuses de ma Gloire. Je vous ferai participer à cette Gloire divine, vous aurez part à ma Gloire divine, vous resplendirez dans le Ciel comme un diamant précieux et vous serez unique.

Tous les saints vous connaîtront et vous-mêmes, saints parmi les saints, vous serez vous-mêmes, bien vous-mêmes parmi tant d’autres, tous différents, tous exquis et tous avec tant d’envergure ! Vous ne vous jalouserez pas mais vous vous entraiderez, vous collaborerez et vous serez tous remplis de Dieu, de son dynamisme, de ses vertus, de sa sagesse et de son énergie.

Oui, au Ciel rien n’est jamais pareil, on ne s’y ennuie pas, on ne se repose pas – ce n’est pas nécessaire –, on est au service de Dieu et il y a tant à faire qu’on ne chôme pas. On est avec Lui et Il est heureux, comme un bon Père de famille, d’être entouré des siens dans un même objectif, une entente excellente et un esprit d’initiative toujours de bon aloi. Quel est le travail des saints dans les Cieux ? C’est la collaboration avec Dieu le Père dans la bonne gestion de l’univers. (…)

Nous pouvons avoir un accès direct à une multitude de connaissances sur notre histoire personnelle, sur celle de nos ancêtres, celle de l’univers ou celle d’un pays.

Un souffle qui passe – Message du 1er novembre 2019 – Lire le message en entier.

Bien chers frères,
Quelle joie dans le Ciel que cette Fête de tous les saints ! Nous, habitants du Ciel, nous réjouissons avec les anges autour du Seigneur et de la Vierge Marie, et chantons, dans une harmonie dont nulle oreille humaine ne peut avoir idée, les louanges de Dieu – qui n’est pas celui « de morts mais de vivants » ! Même les meilleurs de vos virtuoses tomberaient en extase s’ils en avaient connaissance. (…)

Si, à l’issue du jugement particulier, l’âme est orientée vers la béatitude du Ciel – que ce soit directement à la suite de ce jugement ou à l’issue du processus de purgation -, elle perçoit clairement « ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas montré au cœur de l’homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment ».
En premier lieu, en effet, nous accédons à la connaissance, à la contemplation et à la paix de Dieu, que nous pouvons à présent voir face à face en la personne du Ressuscité. Son amour rayonnant et chaleureux nous enveloppe complètement et nous comble de bonheur.
En outre, nous sommes « comme des anges dans le ciel », qui ne sont pas soumis aux limites de l’espace et du temps terrestres : avec nos yeux spirituels, nous pouvons voir tout à la fois devant et derrière nous, et au-dessus et au-dessous de nous.
Nous pouvons nous trouver à plusieurs « endroits » à la fois, vivre plusieurs « moments » en même temps, et communiquer avec les âmes bienheureuses dans une immédiateté qui n’a plus besoin d’avoir recours au langage.
Nous pouvons, en un clin d’œil, avoir un accès direct à une multitude de connaissances sur notre histoire personnelle, sur celle de nos ancêtres, celle de l’univers ou celle d’un pays ; celle de Jésus de Nazareth, de la Vierge Marie ou d’un saint, etc.
Nous pouvons enfin intercéder pour vous auprès de Notre-Seigneur et vous obtenir des grâces, et lorsque Dieu nous le permet, seconder ponctuellement vos anges gardiens pour vous aider, par notre amour toujours fidèle et à présent totalement purifié, à cheminer sur la voie de la perfection, qui vous conduira à Jésus. (…)

Personne au Ciel ne connaît l’ennui ou la répétition. Tout est lié à l’action, riche en expérience et en réalisations.

Message de Dieu – Sœur Beghe – Le 26 juin 2023 – Lire le message en entier sur le site d’origine.

(…) Voir Dieu, être avec Lui, avec Moi, pour toujours et n’avoir plus envie de rien d’autre que votre état présent, une joie intérieure et une force vive qui vous animent pour aimer davantage et être aimé tout autant.
Cet amour est personnel et dynamique, il engage, il est créateur et il fortifie. Le saint dans le Ciel est parfaitement heureux, il ne lui manque rien et il évolue dans une paix totale, un amour vibrant, une sérénité inébranlable.

Quand Dieu se manifeste, Il répond à toutes les nécessités, Il aide, Il réjouit, Il encourage et Il se donne. Le saint donne à son tour tout son amour, celui qu’il reçoit de Dieu – car ce qui est à Dieu est à lui et inversement – dans la charité, dans le dévouement réciproque et total.
Personne au Ciel ne connaît l’ennui ou la répétition, non, tout est lié à l’action, l’action honnête et toujours riche en expérience et en réalisations. Dieu aime et Il est l’Action créatrice, Il partage, Il se donne tel qu’Il est et les saints participent à toutes Ses vertus innombrables et parfaites.

Le Ciel vous attend, mes très chers, oui, il vous attend, venez et vous ne serez pas déçus. Mes enfants, mon instrument prie pour vous et vous pouvez vous adresser à Moi par cet intermédiaire. Priez tous les uns pour les autres et Je vous entendrai. Soyez bons, Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et signez-vous à cette lecture parce que Je vous bénis vraiment. Ainsi soit-il. Votre Seigneur et votre Dieu

Les âmes sont belles, et leur corps encore plus parce qu’ils sont le reflet de la sainteté parfaite de leur âme.

Message de Dieu – Soeur Beghe – Le 14 mai 2023 – Lire le message sur le site d’origine.

Mes très chers Enfants, (…) Au Ciel nous nous parlons, mais le bruit des voix n’est pas une cacophonie comme elle l’est dans le brouhaha de la terre. Les voix sont belles, harmonieuses et ne dénotent jamais tandis que sur la terre, certaines voix en écrasent d’autres.

Le son de la voix de Dieu est unique, elle s’entend de près avec douceur, de loin avec la même douceur et de très loin, elle ne faiblit pas. Le regard de Dieu est semblable : il vous transperce d’amour, de tendresse et la proximité ou l’éloignement est pour chacun un émerveillement de tous les instants. Quand Dieu s’approche de l’un ou l’autre, c’est l’amour qui vient, c’est l’amour qui surprend. Et quand Il s’éloigne, c’est comme s’Il était toujours présent.

Chaque âme a ses devoirs et elle n’est jamais hors de portée de Celui qu’elle aime par-dessus tout. Le Ciel est un lieu si beau, si envoûtant mais si libre à la fois. Les âmes sont belles, et leur corps encore plus parce qu’ils sont le reflet de la sainteté parfaite de leur âme, ils ‘sont’ leur âme et ils la réjouissent. Oui, un beau corps, bien fait et de toute beauté réjouit l’âme qui trouve en lui l’expression d’elle-même et elle se sent parfaitement elle-même dans la beauté, la sainteté et la filiation divine.

Dans le Ciel vous êtes mes égaux.

Message de Dieu – Soeur Beghe – Le 5 mars 2023 – Lire le message en entier sur le site d’origine.

Mes très chers enfants, Êtes-vous bien à Moi ? Car Moi, Je suis bien à vous. Je vous regarde, Je vous aime et Je prends soin de vous. Vous êtes mes enfants, les enfants de ma Très Sainte Mère Marie et elle vous réunit autour d’elle parce qu’elle ne veut perdre aucun de vous. Vous êtes à elle autant que vous êtes à Moi, et vous ne savez pas ce que cette union à Dieu et à Ma Très Sainte Mère signifie vraiment.

Je vous parle à vous, et à vous, et encore à vous qui me lisez, et Je vous regarde me lire avec attention. Aimez-Moi, mes enfants, essayez de me rendre un peu de l’Amour que J’ai pour vous, et vous en serez éternellement émus et heureux. Je vous veux auprès de Moi en mon Éternité, Je vous ai donné la vie dans cette intention et, dans le Ciel, vous êtes mes égaux, mes frères, mes sœurs, mes enfants, et nous sommes si heureux de notre sort !

Nous avons entre nous un rapport familial de très grande promiscuité et de très grand respect, mais aussi de très grande tendresse et de profonde confiance. Nous ne doutons pas les uns des autres et ici, au Ciel, les hommes de toutes les Nations sont réunis. Pas de friction, pas d’incompréhension, pas de faux jugements. Nous nous aimons, nous nous connaissons, nous nous estimons, et surtout, nous avons une profonde et parfaite confiance réciproque, entre nous et envers tous. (…)

Votre bonheur sera décuplé par rapport au plus grand bonheur de la terre, votre joie ne serait pas imaginable sur la terre.

Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle, le Mercredi 15 décembre 2021. Pour lire le message en entier : Soeur Beghe.

(…) Je vous prendrai en ma demeure pour être en ma compagnie éternellement. Et alors, vous saurez ce qu’est le vrai Amour, un amour tel que seul Dieu peut vous donner. Ce n’est pas un amour mièvre, ou solennel, non, c’est un Amour élevé, plein de curiosité, de nouveautés, de connaissance, de volupté spirituelle. C’est l’échange, c’est l’élévation de l’autre.

Je vous élèverai, mes enfants, toujours plus haut, toujours plus profondément en moi et ce transport en mes élans sublimes vous toucheront à tel point que vous en serez éblouis et inimaginablement transportés. Tel est le bonheur de mes élus, de mes saints, de mes enfants, de mes frères, de mes créatures élevées jusqu’à ma Hauteur divine.

Quand vous serez dans ma divine Demeure, vous considérerez tout ce qui vous a manqué tant que vous étiez sur la terre, tout ce qui vous a abaissé tant que vous étiez sur la terre, tout ce qui vous a étreint tant que vous étiez sur la terre, comme des futilités. Votre bonheur sera décuplé par rapport au plus grand bonheur de la terre, votre joie ne serait pas imaginable sur la terre, et vos très petites pénitences seront des étoiles dans les cieux divins. Tout le bien sera compté et, grâce à vos confessions, tous ces maux seront oubliés. Il ne restera plus que le bien acquis, aucun mal ne sera retenu.

Soyez instruits de votre religion catholique, la seule qui vaille, la seule qui sauve, la seule qui vous ouvre le Ciel.

L’Amour divin qui aime est ainsi : aucune rancune, aucun souvenir de ce qui a déplu, seulement la joie donnée et reçue, chacun à sa mesure et sans restriction. Que l’Amour est beau, qu’Il est bon, qu’Il est miséricordieux, qu’Il est doux et enrichissant !
Mes enfants, c’est à cet Amour-là que Je vous appelle, que Je vous attends, et vous êtes proches de cette destination. Soyez forts, soyez instruits de votre religion catholique, la seule qui vaille, la seule qui sauve, la seule qui vous ouvre le Ciel. (…)

Vos rêves seront réalisés au Ciel de la manière dont nous rêvons et créons ici.

Directives pour notre temps – Message du mois, tel que Jésus l’a donné à Anne, une apôtre laïque d’Irlande le 4 février 2022.

Rappelez-vous tout ce que vous avez essayé de réaliser pour les autres et pour vous-même. Ces efforts ne seront jamais perdus. Vos rêves seront réalisés au Ciel de la manière dont nous rêvons et créons ici. Vous serez si heureux et plein de sagesse au Paradis. Vous connaitrez la vérité et comprendrez les luttes de votre vie, même si vous ne les comprenez pas maintenant. (…)

Personne n’y éprouve jamais le moindre indice d’ennui.

Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle. Pour lire le message en entier : Soeur Beghe – Mardi 21 septembre 2021

(…) Au Ciel, rien n’est ainsi. Il n’y a plus que le bonheur d’aimer Dieu comme son bien le plus précieux, son Père comme l’Être éminemment chéri et respecté, aimé profondément et duquel on tient tout.
Il est au-dessus de tout, Il remplit l’espace de Son Immensité mais Il est aussi tout à tous, Il est affectueux, riche, généreux et Il comble les vœux honnêtes de tous Ses saints.
Il se fait accessible et personnel avec une telle humilité, une telle joie et même une telle facilité d’approche, que les saints sont tous profondément joyeux et désireux de Lui plaire. C’est la grande famille des bienheureux où tout est joie, détente, bonheur, action, mais aussi respect, louange, bienveillance et aussi … humour.

Il n’y a pas d’ennemi, pas de désordre, pas d’excès et surtout jamais de discorde. L’amour parfait, éveillé, enrichissant et propulsant. Telles sont les qualités et les vertus toujours en éveil dans la concorde et la plus totale confiance. La déception n’existe pas, l’embarras non plus, rien ne se perd, tout se gagne. C’est idyllique, c’est l’Éden au paroxysme de la situation la plus désirable, et obtenue. C’est à un tel bonheur que Je vous convie, mes enfants, et à plus encore.

Plus ? Les mots pour le dire en langue terrestre sont insuffisants car la réalité du Ciel dépasse la conception humaine des choses et, dès lors, les mots n’existent pas pour la rendre. La joie est une émotion humaine et, oui, elle existe dans le Ciel mais elle est divine aussi. (…)

Tout le monde est actif, mais tranquille à la fois.

Il y a une dimension infranchissable entre la bonté humaine et la bonté divine. Mais lorsque vous serez au Ciel, vous expérimenterez cette dimension infinie puisque vous serez fils de Dieu et frère de Jésus-Christ dans l’exacte réalité de cette filiation.

Il s’ensuit que Je veux vous éclairer sur la beauté du Ciel, sa douceur, son exquise finesse et, en même temps, son extraordinaire variété. C’est vraiment un lieu, surnaturel certes, mais un lieu réel et absolument extensible. Il n’y a pas de péché, pas même la plus petite imperfection et personne n’y éprouve jamais, au grand jamais, le moindre indice d’ennui. Tout y est gai, riche, aimable, agréable, honorable, digne, beau, admirable.

Tous les saints ont le cœur comme dilaté de bonheur divin et Dieu se réjouit en eux. Tout le monde est actif mais tranquille à la fois, dans une très grande joie de faire ce qu’il fait et d’honorer Dieu, de Le révérer et de Lui plaire. Il y a une telle symbiose entre Lui et les Siens qu’un étranger en serait renversé. Dieu et l’homme, uni pour toujours et à jamais ! (…)

Cet avant et cet après dans le présent éternel est nécessaire, sinon l’éternité serait statique, immobile.

Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle. Pour lire le message en entier : Soeur Beghe – Jeudi 27 mai 2021.

Quand J’ai créé la terre, le ciel et l’univers, Je l’ai fait avec un amour parfait. J’ai aimé Mon œuvre, Je l’ai voulu belle et similaire aux Cieux, la divine Demeure. Cette œuvre temporelle fut créée sur le modèle de l’invisible, en plus petit, en sensible et en visuel. J’ai créé le temps parce qu’il était nécessaire en tant qu’introduction au divin, à l’éternité. Le temps est inamovible de la création, il conditionne et dépasse les possibilités de l’être humain qui naît, vit et atteint par lui le moment de son départ du monde visible.

Au Ciel il n’y a pas de temps et, tout en pouvant agir, se déplacer, grandir en connaissance et en perfection, le saint est éternel. Tout ce qu’il dit, fait et produit se fait en un temps appelé ‘éternel présent’, mais qui permet néanmoins l’avant et l’après. Cet avant et cet après dans le présent éternel est nécessaire sinon l’éternité serait statique, immobile, or Dieu est l’éternel Vivant. Il agit donc, Il regarde, Il récompense le bien et, comme dans le Ciel le mal est absent, Il est toujours heureux des Siens, Il les encourage, les guide et les récompense. Il crée aussi parce qu’Il est Créateur et Ses créations sont comme Lui, infinies.
Il n’y a dans le Ciel que du bonheur, de la créativité, de la bonté, de l’admiration des saints entre eux et des saints pour Dieu. Ils sont actifs, loyaux, pieux, fervents et toujours dévoués. Le Ciel est un lieu comme il est un état, lumineux, beau, réjouissant et divin. (…)

La suite de cet incroyable message se trouve au chapitre : Les Limbes des païens.

Terres, collines, montagnes, mers, villages, maisons se retrouvent dans l’infini. La famille est reconstituée ; la vie y est ardente et passionnante.

Message donné à Giuliana Buttini (1921-2003) Extrait du livre : L’ange Clarus nous raconte le paradis. (Éditions du Parvis).

5 mars 1985 – (…) Bien sûr, sans le péché, tout aurait été différent sur terre, mais dans l’infini vous auriez trouvé moins de contraste et un bonheur moins intense. (…)

6 mars 1985 – L’homme aime la vie même dans les difficultés. Il aime la nature, s’il est sensible ; il aime ses frères, s’il est généreux. Il aime sa maison, les livres et ses habitudes, même s’il est détaché des choses (ce qui est rare). Dieu qui a créé l’homme, le connaît et l’aime dans ses faiblesses et ses limites.
Pour récompenser une vie qui a du mérite, Il a créé le monde infini, bien sûr infiniment plus beau que le premier, qui est passager, cependant toujours semblable à celui-là, car il connaît les goûts, les habitudes humaines et désire le bonheur de l’homme.

Terres, collines, montagnes, mers, villages, maisons se retrouvent dans l’infini. La famille est reconstituée ; la vie y est ardente et passionnante. Tout revient, même si c’est dans une infinie beauté. Voler sur terre par la pensée est très beau, et merveilleux de voler avec son âme dans l’infini. Chaque rêve vit et tout désir est comblé. Dans l’infini tout est en tout.
Sur terre, l’homme n’arrive pas à jouir des petits dons de Dieu, car il recherche les choses matérielles. Souvent il vit pour paraître et non pour montrer un rayon de soleil à un frère.

Dans l’infini, vous parlerez entre vous, vous vous retrouverez quand vous le voudrez et vous vous souviendrez du temps… Le temps ! Mystère de ce fleuve qui va vers l’embouchure, mystère de ce qui passe !
Dans l’infini, tout vit, tout change, tout est lumière, mais le temps ne passe pas. Le visage des âmes est jeune et souriant. Dans l’infini la lumière rit, comme l’air et le soleil ! Et vous vous retrouverez et parlerez du temps !

Ma lumière ne nécessitera pas celle du soleil ou de la lune.

Message de Jésus à John Leary (USA) Samedi 30 avril 2016

Jésus : Mon peuple, la lecture d’aujourd’hui du Livre de l’apocalypse vous donne un coup d’œil sur la nouvelle Jérusalem où ma Lumière ne nécessitera pas celle du soleil ou de la lune. Je vous donnerais ma présence spirituelle et elle sera comme la lumière du jour de votre temps.
Cette description de la nouvelle Jérusalem a toutes les marques de mes douze apôtres et des belles pierres de jaspe. Cela décrit également mon Ère de Paix (sur Terre) où tous mes fidèles recevront leur récompense pour la souffrance à travers la tribulation de mes refuges.
Voilà ce que mes fidèles ont à attendre après ma victoire sur l’Antéchrist, le Faux Prophète, les hommes mauvais et les démons. Réjouissez-vous parce que ce sera votre préparation pour le Ciel.

Message du 24 avril 2014

Jésus : Mon peuple, ma résurrection est la Bonne nouvelle de mon salut pour toutes les âmes qui m’acceptent. Je vous donne à tous, mes fidèles, un message d’espoir qu’il y a davantage que votre vie après votre décès.
Ceux qui obéissent à mes lois, m’aiment et aiment aussi leurs prochains, sont promis un jour à être avec moi au Paradis. Vous verrez d’abord un temps glorieux dans mon Ère de Paix (sur Terre). Plus tard, à fin du monde, mes fidèles verront se rejoindre à la fois le corps et l’âme pour l’éternité.
Réjouissez-vous car votre court temps de souffrance sur la terre sera récompensé dans la gloire du Ciel. Ayez de la patience car cette vie passe rapidement.

Apocalypse 21:19Les fondements de la muraille de la ville étaient ornés de pierres précieuses de toute espèce: le premier fondement était de jaspe, le second de saphir, le troisième de calcédoine, le quatrième d’émeraude.

Je ne veux pas revenir.

J’ai vue le Ciel – Témoignage de Boris – Date inconnue, texte original en anglaise.

INTERVIEW : – Et maintenant, Boris, dites-nous tous ce que vous avez ressenti. Qu’avez-vous vu ?

BORIS : J’ai commencé à voir par mes propres yeux. Je commençais à tout voir, comme si d’en haut, mon esprit était sorti de moi et regardait mon corps.
Les médecins dans leurs robes blanches étaient rassemblés autour de moi. De nombreux d’équipement étaient connectés à mon corps. Les médecins ont essayé de stabiliser mon état ; ils couraient, épuisés de tous leurs efforts, mais en vain.

Puis je commençais à monter vers le Ciel. La terre est devenue de plus en plus petite. Elle est devenue si petite qu’elle a totalement disparu. Pendant tout ce temps, je pouvais entendre un sifflement continu dans mes oreilles. Je me suis retrouvé dans un endroit extraordinaire qui était si « illuminé » que je commençais à m’y sentir bien. Je voyais un escalier d’or qui brillait d’une splendeur glorieuse et qui était très large.
De chaque côté de l’escalier se trouvait des grilles dorées et le long, du bas vers le haut, se trouvait des Anges ailés en vêtements blancs, avec des ceintures d’or. Leurs cheveux étaient blancs, leurs visages brillaient comme la foudre et leurs yeux étaient comme deux lanternes. Leurs mains et leurs jambes étaient la couleur des copeaux de cuivre brillant.
Autour de l’escalier et en dessous se tenait aussi un grand nombre d’Anges mais sans ailes. Tous les Anges chantaient des psaumes dans une langue que je ne reconnaissais pas au premier abord. Après un moment je finis par comprendre les paroles du psaume. Ils ont chanté : « O Vous êtes digne Seigneur de toute gloire et louange, Seigneur, créateur des cieux et de la terre Vous êtes digne de notre louange. »

Puis je vis une lumière extraordinaire au bout de l’escalier. La lumière n’était pas comme celle du soleil ou d’un instrument de soudage qui ont des effets nocifs sur les yeux. Elle était extrêmement lumineuse, chaleureuse, calme, pleine de joie et de paix. J’étais plein de joie, à tel point que de simples mots ne peuvent décrire comment je me sentais.
Ma joie a continué d’augmenter et il n’y avait pas de limite à la joie que je ressentais. Je ne sais pas comment décrire cette vision, ce sentiment, avec des mots, mais je voudrais que vous imaginiez l’image que le Seigneur m’a montré.

Plus tard, je entendu une voix, venant de la direction de la lumière, qui a dit : « Mon fils, viens à moi et je vais vous montrer quelque chose qui va vous aider. »

Du grand nombre d’Anges que je voyais, deux Anges marchaient derrière moi. Un se tenait à ma droite et l’autre à ma gauche à une courte distance de moi. Je ne tournais pas ma tête, je ne regardais pas derrière moi ni autour, mais il est apparu que je pouvais voir à 360 degrés autour de moi.

Je n’étais pas nerveux et ne sentais pas toute forme d’inconfort. J’étais absolument calme et si paisible que les mots ne peuvent pas exprimer ce que je ressentais. Je ne posais aucune question comme où je me trouvais ? Qu’est-il arrivé à moi ? Qu’est-ce qui va se passer par la suite ? Je me sentais complètement en confiance, comme si je me trouvais dans un endroit familier. Je me sentais comme si je vivais là en permanence.

La Jérusalem céleste

Puis le Saint-Esprit, m’a transféré dans une vaste plaine ouverte, dans laquelle de très beaux chevaux blancs piaffaient. Dans le centre du champ se dressait une grande ville, sous la forme d’un cube. Lorsque je l’ai vu, j’ai commençai à me rapprocher d’elle. Je m’en suis approché d’une manière différente, pas comme on marche normalement sur le sol. Je me suis déplacé sans que mes pieds touchent le sol, comme si je glissais, et les Anges m’escortaient.

Plus je m’approchais de la ville et plus intense était le plaisir que j’ai ressenti de ce que je voyais.
Il y avait plusieurs parois très élevés de différentes couleurs. Il y avait 12 couleurs en tout, qui rayonnaient et brillaient comme une lumière brillante. (Plus tard, après mon retour à la vie, quand j’ai étudié le chapitre du livre de l’Apocalypse (21-22) j’y ai trouvé une confirmation de ce que j’avais vu). J’ai vu les fondations de la ville qui était constituée par les 12 pierres précieuses de ce monde.

Je vis une porte de perle, trois grosses perles sur chaque mur. Je ne les ai pas mesuré, mais une perle avait plus de deux mètres environ. Je ne voyais que six portes, parce que je fus conduit dans la ville par l’un de ses coté. Je ne vis que deux faces de ce « cube ». Puis je suis rentré par l’une des portes dans la ville.

Comme nous passions à travers elle, je vis deux inscriptions, l’une était au-dessus de la porte et l’autre était sous la porte. Le nom d’une des tribus d’Israël était écrit en dessus de la porte, et en dessous le nom d’un apôtre était écrit. Malheureusement, je ne me souviens pas du nom de cette porte par ou je suis entrer dans la Nouvelle Jérusalem.

Quand je fut entré dans la ville à travers ses portes, je me suis trouvé dans l’admiration. La ville était entièrement construite en or. L’or était si pur – je n’avais jamais vu un tel éclat auparavant. J’avais déjà vu des articles d’or dans les bijouteries, mais cela n’ai pas comparables à ce que je voyais à ce moment.

Des rues en or, les maisons, les portes, tout était fait de l’or, transparent comme du verre. Je ne pouvais pas imaginer que l’or pourrait apparaître si transparent et si pur. Je l’ai lu dans la Bible, mais je ne pouvais pas vraiment l’imaginer. Je ne pouvais pas imaginer qu’un métal dur pouvait apparaître transparent. Maintenant que je l’avais vu, cette or fin, je voulais le toucher. Je touchais les murs et entrais dans certaines maisons afin de tout observer. Je ne demandais pas aux Anges où aller car il me semblait connaître le chemin.

Comme je continuais plus loin dans la ville, j’arrivais maintenant à proximité du centre. Je vis dans un endroit un grand arbre qui avait des fruits en forme de poire. La taille du fruit était l’équivalant de deux poings réunis. Les feuilles sur elle m’ont rappelé des feuilles d’un arbre de la chaux, seulement elles étaient plus grandes, comme les feuilles d’un arbre de bardane.

Quand je suis arrivé près de l’arbre, je voulais prendre un fruit et j’ai commencé à l’atteindre quand soudain, avec enthousiasme, je tendis la main, mais à ma grande surprise elle n’était pas comme une main ordinaire, elle était transparente. Quand j’ai été sur le point de cueillir un fruit, l’Ange qui se tenait à peu de distance derrière moi, sur mon côté droit, a tendu la main et m’a arrêté. m’a fait un signe avec son doigt, il m’a informé que pour l’instant, je ne devais pas cueillir le fruit.

Sans aucune forme de regret ou de déception de l’action de l’Ange, je quittai l’arbre. D’une manière générale, dans cette ville, je n’ai jamais connu de malaise ni de trouble.

Quand je suis parti de l’arbre, je vis une lumière extraordinaire au centre de la ville. Il était très surprenant que je n’ai pas vu une seule ombre, ni aux arbres et ni aux maisons. Il n’y avait pas d’ombre, et il n’y avait pas de lampes. Je ne vois pas le soleil ni aucun objet qui aient donné de la lumière, mais la lumière était extraordinairement lumineuse et si agréable pour les yeux. Elle était délicieuse au-delà de toute mesure.

Lorsque j’ai vu la source de l’illumination, je baissai la tête et je me sentais un besoin irrésistible de tomber à mes genoux. Mais avant, je entendu une voix disant :  » Mon fils, je vous ai montré tout ce qui est nécessaire pour vous en ce moment, et vous devriez retourner maintenant, pour déclarer ma gloire, ma puissance et ma domination, de déclarer tout ce que vous avez vu et entendu ».

Puis je commençai à prier et à invoquer le Seigneur, Lui demandant de me laisser vivre ici, là où je me trouvais. Je pleurais, « Seigneur, je ne veux pas revenir ». Mais le Seigneur me dit: « Tu as une femme et trois enfants. Tu dois retourner vers eux, car ce n’ai pas encore le temps pour toi d’être ici ».
Puis de nouveau je commençai à prier le Seigneur en disant: « Seigneur, je ne veux pas retourner. Permettez-moi de rester avec vous. »
Mais le Seigneur me dit: « Mon fils, sois doux et contrôlé-toi, ne proteste pas, retourne sur terre ou tu devras témoigner. »

Le mystère de mon immensité a besoin de l’éternité pour être compris, vécu, jubilatoire, mais, étant infini, il ne sera jamais complètement connu.

Message de Dieu le Père à Rosanna (province de Bergame – Italie), le 27 octobre 2013.

Comme vous le savez, le mystère de mon immensité a besoin de l’éternité pour être compris, vécu, jubilatoire, mais, étant infini, il ne sera jamais complètement connu sans voile, simplement parce qu’il est infini. Mais dans vos futurs corps glorifiés, vous serez beaucoup plus proche de ma réalité Divine et votre pouvoir de compréhension embrassera la Grande Réalité Céleste, qui attend tous les fils de Dieu après l’épreuve terrestre.

Ma grâce vous fait rencontrer aujourd’hui de nombreuses opportunités d’éveiller une foi assoupie et de voir enfin la foi renouvelée par les yeux du cœur, plutôt que ceux de la raison, qui très souvent ne fait que nuire à la foi et à la vérité. (…)

Nous voyons tout d’une manière différente, plus parfaite, nette et exempte d’éléments étrangers.

Message d’une âme au Ciel à Mgr Ottavio Michelini – 2 janvier 1979. Extrait du livre « Confidences de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles, Éditions du Parvis

Frère Don Ottavio, je suis Marisa.
Si tu pouvais voir d’où nous sommes, ce que nous voyons, et comment nous le voyons, ce serait une surprise si grande que ta vie humaine se briserait. Tu sais que nous sommes et voyons en Dieu et, comme il t’a déjà été dit, nous voyons tout d’une manière différente, plus parfaite, nette et exempte d’éléments étrangers, de sorte que notre vision des personnes et des choses est une vision objective.

Nous voyons maintenant la terre habitée par une humanité inquiète et turbulente, comme est inquiet et turbulent celui qui ne possède pas le souverain Bien. Nous la voyons se mouvoir dans toutes les directions, cherchant fébrilement ce pourquoi elle a été créée, mais nous la voyons éviter soigneusement de se mouvoir dans la direction où elle serait certaine de trouver la clé de l’énigme.

Au milieu de ce flot de gens en chemin, nous discernons, telles de petites oasis formant des points çà et là, des groupes d’hommes qui, pour se maintenir sur le chemin qui conduit sûrement au port d’arrivée, vont à contre-courant, et dans la fourmilière de milliers de millions d’hommes, souffrant ou jouissant, sains ou malades, tous cependant uniquement avides de bonheur, nous voyons debout une blanche figure d’homme qui se dresse, par sa stature morale et spirituelle, comme un géant et arbore tout seul d’une main ferme un étendard.
C’est l’étendard de l’Église du Christ que beaucoup de puissants ennemis voudraient lui arracher, mais qu’il tient d’une main sûre, tandis qu’il indique à tous la Voie du salut. (…)

Combien différente est la vision qu’on a des choses, ici en Paradis.

Écris, frère Don Ottavio, je suis Lorenzo. Le 3 juin I978.

Quel renversement de situation ! Je veux dire, combien différente est la vision qu’on a des choses, ici en Paradis, de celle qu’on peut avoir sur la terre ! Quel effort il faut sur la terre pour se faire une idée approchante de la réalité des vicissitudes humaines !
Sur la terre, notre jugement est influencé par tant d’éléments divers et souvent opposés qu’il perçoit difficilement l’exacte réalité. Ces éléments sont :
La nature humaine blessée par la faute et encline par elle-même au mal, à l’erreur ; des intérêts personnels, souvent, qui nous font déformer la vérité ; des antipathies et des sympathies qui nous influencent plus ou moins.

Mais ici, il en va autrement; ici on voit toutes choses en Dieu, suprême et éternelle Vérité, de sorte qu’on les voit dans leur vérité, nette, pure, exempte de tout élément étranger. C’est pourquoi, Don Ottavio, tu peux bien imaginer mon émerveillement lorsque, après un bref mais cependant toujours long purgatoire, j’ai vu en Lui la réalité des choses me concernant et vous concernant.

Qu’elle est âpre et dure, la lutte pour la vérité et pour le bien ! Mais attention à ne pas se laisser abattre; ce serait de la lâcheté que de céder. Lui est mort sur la Croix pour le triomphe de la Vérité et de la Justice; celui qui est en Lui et met en Lui sa foi et sa confiance est certain de la victoire.

Tous vous en connaissez la route : patience, humilité, amour. Ce n’est pas l’instinct naturel, mais la foi qui doit vous guider vers la connaissance et la réalisation de la Justice et de la Vérité. Courage, vous avez tant d’amis au Paradis qui vous regardent, vous suivent, prient pour vous, et parmi eux je suis, moi aussi.

Il est bon et tellement parfait et diversifié, que chacun trouve en Lui la joie d’être compris, aimé et considéré dans l’épanchement d’un amour total, personnel et extraordinairement joyeux.

Message de Jésus à Sœur Beghe, daté du 22 juin 1989 – Du livre, « Dieu et les hommes », p. 57, (Ed. Résiac)

Bonheur et brillance de l’âme dans le Ciel. Le plus grand bonheur des âmes qui sont au Ciel est le bonheur invraisemblable de la connaissance de Dieu.
Dieu est connu de ses Saints et ils ne se lassent pas d’entrer toujours plus profondément dans cette connaissance. La connaissance de Dieu est le plus grand bonheur des élus parce que la richesse de Dieu est infinie.

Il est bon et tellement parfait et diversifié, que chacun trouve en Lui la joie d’être compris, aimé et considéré dans l’épanchement d’un amour total, personnel et extraordinairement joyeux. Cet amour donne à l’élu une perfection que seul peut avoir celui qui reçoit en lui cette perfection.

Dieu communique sa perfection et l’élu est transparent de la perfection de Dieu. Son corps brille de cette perfection et la couleur de son corps dépend des qualités qui lui sont propres. Ainsi, les couleurs et la brillance des corps seront la marque de leur personnalité distincte, et c’est en Dieu qu’ils puiseront leur brillance, leur ton et leur luminosité.

Les couleurs sont d’une si grande variété que personne n’est semblable mais tous sont dissemblables. Les tons peuvent être bleus, verts, jaunes, rouges et blancs, et de bien d’autres tons inconnus de la terre, mais les couleurs telles que le brun, le gris et le noir sont inexistantes.

Ces couleurs existent sur la terre à cause de la matière qui est appelée à disparaître et à mourir. La terre est proche des sphères invisibles de purification, de pénitence et même de détresse, et c’est parce qu’elle-même n’est pas à l’abri de la destruction éternelle qu’elle contient des couleurs qui n’entreront jamais dans la Vie éternelle.

Il y a divers degrés de bonheur, mais tous en sont comblés selon leur pleine mesure une fois qu’ils sont au Ciel.

Enseignement de Jésus au Père Doucette (Canada) – Mardi 16 mars 2010.

Tous les gens de la terre sont appelés à entrer dans mon Royaume. Certains y entrent bébés, d’autres jeunes, d’autres encore y entrent à l’âge adulte et quelques-uns dans leurs derniers jours sur la terre. Il n’est jamais trop tard pour entrer dans le Royaume. L’instant présent, voilà le bon moment pour être membre à part entière de mon Royaume. Tel est le sens du récit sur les ouvriers de la vigne.

Vous entrez dans le Royaume pendant votre existence terrestre et vous recevez votre récompense lorsque vous arrivez au Ciel. Tous ceux qui entrent au Ciel reçoivent la même récompense, qui est la vie éternelle du Paradis. Il y a divers degrés de bonheur, mais tous en sont comblés selon leur pleine mesure une fois qu’ils sont au Ciel. Au Ciel vous voyez le Père, le Saint-Esprit et moi-même, le Fils, ainsi que ma bienheureuse Mère et tous les anges et les saints. Là, dans ce lieu saint, vous êtes à jamais remplis de joie.

Au Ciel, point de maladie, de blessure, de fatigue, de faim ni de soif. Il n’y a pas de mort ni rien de négatif. Tout est positif et plein de lumière. Le Ciel est la maison que vous a réservée le Père en vous créant. Ne laissez pas les choses du monde vous détourner de votre but premier, mais ayez-le constamment sous les yeux. Ma grâce est toujours là pour vous si vous me la demandez. Je veux vous avoir avec moi.

Le Ciel est le lieu où vous trouverez le bonheur parfait.

Message de Dieu le Père au Père Doucette (Canada) – 7 avril 2008.

Melvin, mon fils, je te bénis et je t’aime. C’est par amour pour tous mes fils et toutes mes filles que j’ai créé le monde avec tous les végétaux, les animaux et les oiseaux. Vous m’êtes tous très chers, chacun d’entre vous, et j’ai prévu pour vous un endroit charmant où passer votre séjour terrestre. Je vous ai donné la terre entière et tout ce qu’elle renferme afin que vous en usiez sagement.

Si vous m’aimez en retour et exprimez cet amour en observant les commandements que je vous ai donnés, vous serez avec moi au Ciel un jour. Le Ciel est ma demeure et celle de Jésus, mon Fils, et de l’Esprit Saint. Y habite aussi Marie, la Mère de Jésus et votre Mère, et vous y habiterez également si vous faites ce que je vous dis.

Ma demeure est bien plus belle que la terre. Lorsque vous arriverez ici, vous serez stupéfaits de sa beauté exquise.
Des millions d’anges peuplent le ciel, et leur joie est de me servir. Vous aimerez entendre chanter leurs chœurs et vous vous réjouirez de leur sagesse. Le Ciel est aussi habité par des millions des saints, qui furent mes grands amis pendant leur existence sur la terre. Imitez-les et vous les rejoindrez un jour.

Le Ciel est le lieu où vous trouverez le bonheur parfait. Tous y vivent dans mon divin amour, il n’y a ni division ni haine dans mon Paradis. Il y règne toujours une grande joie. Il n’y a pas d’inquiétude ni de maladie. Tous les aveugles et les estropiés ont retrouvé la perfection, car au Ciel, il n’y a plus de handicap. On ne vieillit plus au ciel : on reste toujours jeune. Vous ne connaîtrez jamais la faim ni la soif au paradis.

Je vous invite, mes enfants, à travailler avec énergie avec l’aide de ma grâce afin qu’un jour vous puissiez parvenir à cet endroit que j’ai préparé pour vous. Ce que je déteste, c’est le péché, car il m’offense, moi votre Père ; mais si vous vous repentez, je vous pardonnerai et j’effacerai votre péché. Je vous bénis tous.

Quand vous mourrez, vous allez rencontrer les membres décédés de votre famille.

Message de Jésus à John Leary (USA) – Mercredi le 20 février 2008.

Mon peuple, mon peuple, quand vous mourez, une grande partie des choses terrestres vous appartenant sont distribuées et vous êtes vite oubliés. Quand, dans la vie, vous pensez à toutes les choses que vous avez rêvé de posséder, elles ne totalisent rien lors de votre jugement. Ce n’est pas si souvent que vous vous assoyez pour penser à toutes les choses que vous voulez accomplir avant de mourir. Souvent vous n’avez pas le temps ni les moyens pour réaliser tous vos rêves.

En fin de compte, c’est la famille et votre amour pour moi qui devrait être le plus important dans votre vie. Voir vos enfants se marier et quelques-uns de vos petits-enfants, ceci peut signifier davantage que vos propres réussites physiques. Sauver votre âme, avec mon aide, et évangéliser d’autres âmes pour qu’elles soient sauvées, spécialement votre propre famille, peut avoir encore plus de signification pour votre vie spirituelle qui vit au-delà de la tombe.

Quand vous mourrez, vous allez rencontrer les membres décédés de votre famille, et il y aura une grande réunion au Ciel. La plupart d’entre vous seront éternellement heureux d’être avec moi, mes Saints et mes Anges, dans toute la beauté du Ciel qui vous attend.
Quand vous viendrez à moi au moment de la mort, vous arriverez à votre dernière demeure et lieu de repos avec votre Sauveur.

Il y a là, beaucoup à voir, beaucoup à faire pour occuper le temps. La vie dans l’au-delà c’est pour l’éternité. Que ferez-vous dans l’éternité si Dieu n’y a pas d’abord pensé ?

Messages du Ciel par l’entremise de Lec des Philippines 9 novembre 2007.

(…) Quoiqu’il arrive à une personne n’a désormais plus beaucoup d’importance, aussi longtemps que cette personne est préparée à recevoir l’héritage, car quoi d’autre doit-il être demandé si le ciel est déjà atteint. Tout est déjà là, plus besoin de se démener pour ne gagner qu’une simple pitance, oui, sauf que si vous pensez que vous n’y ferez rien d’autre que de méditer, prier et adorer, ce ne sera pas le cas.

L’immensité des cieux et les milliards de mondes là-bas dans l’univers n’ont pas été créés pour rien par Dieu, car tout dans sa création a un but divin et saint.
Il y a là, beaucoup à voir, beaucoup à faire pour occuper le temps. Souvenez-vous, la vie dans l’au-delà glorieux c’est pour l’éternité. Que ferez-vous dans l’éternité si Dieu n’y a pas d’abord pensé ?

Je te le dis, fils, et dis-le aux autres afin que leur grand désir de la Demeure céleste soit toujours gardé vivant ce qui par conséquent les amènera plutôt à penser gentiment aux magnifiques récompenses au lieu de ruminer tout le temps sur la punition s’ils ne réussissent pas à faire ce que Dieu désire.
C’est le temps d’encourager les autres sur la gloire qui les attend pour que leur fidélité à Dieu dure jusqu’à la fin. C’est bon de te voir ici, fils. Va en paix.

Au ciel pas d’égoïsme, pas de haine ni de ressentiment, pas de jalousie ni d’orgueil. Tous sont débordants d’amour et s’aiment les uns les autres. Une grande joie inonde le cœur de chacun.

Message de Dieu le Père donné au Père Doucette (Canada) – 3 septembre 2007.

Melvin, mon fils, je t’aime et je bénis tous mes fils et toutes mes filles qui vivent dans le monde.
J’ai créé chacun de vous par amour et je prends soin de vous quotidiennement. (…)
Vous ne pouvez imaginer ce qui est en réserve pour vous au Ciel. La principale joie est de vivre en ma présence pour toujours. Vous serez avec mon Fils Jésus et le Saint-Esprit et avec moi, votre Père.

Vous serez avec Marie, la Mère de Jésus, avec les millions d’anges et tous les saints. Au ciel pas d’égoïsme, pas de haine ni de ressentiment, pas de jalousie ni d’orgueil. Tous sont débordants d’amour et s’aiment les uns les autres. Une grande joie inonde le cœur de chacun.
C’est mon appel à vous tous : préparez-vous avec les grâces que vous a méritées mon Fils Jésus sur la croix à venir dans la demeure qui vous est réservée ici au ciel.
Soyez des membres à part entière de l’Église fondée par mon Fils, priez régulièrement et aimez-vous mutuellement. Soyez humbles et demandez-moi ce dont vous avez besoin, je vous le donnerai. (…)

Mais ce sont les actions de votre vie qui déterminent le niveau dans lequel vous vous retrouverez.

Message de Jésus à John Leary (USA) – Vendredi le 29 juin 2007.

Jésus : Mon peuple, cette vision du haut d’un escalier montre plusieurs étages tout le long jusqu’au bas. Il y a aussi plusieurs niveaux au Ciel, au Purgatoire et même en Enfer. Je juge les âmes au moment de la mort vers n’importe lesquels des endroits où elles seront dirigées, mais ce sont les actions de votre vie qui déterminent le niveau dans lequel vous vous retrouverez.

Dans tous les cas, vous trouverez que mon jugement est juste et vrai. Seuls les niveaux du Purgatoire peuvent changer lorsque vous montez plus haut vers le Ciel, mais les âmes au Ciel et en Enfer ne changent pas de niveaux. Les âmes au Ciel sont autorisées à visiter les niveaux plus bas, mais elles ne sont pas autorisées à visiter les niveaux plus élevés.

Vous devriez aspirez aux niveaux les plus élevés au Ciel en vous rapprochant plus de moi et en recherchant plus de perfection en ayant moins de désirs terrestres. Pour arriver au Ciel, vous devez devenir un saint à mes yeux à travers mon aide et ma grâce. Cela veut dire que vous devrez purger tous vos désirs terrestres afin d’avoir un désir sans entrave de me rendre constamment honneur et louange.

C’est très beau d’atteindre le ciel, mais chaque niveau plus élevé vous emmène dans une union plus intime avec votre Dieu. (…) Dès que vous atteindrez le Ciel, vous serez joyeux à n’importe lequel niveau, mais encore plus aux niveaux plus élevés.

Laisse-moi te parler du ciel pour que tu saches et comprennes la gloire de ta destination.

Directives pour notre temps Suite des messages de notre Sainte Mère aux évêques, prêtres et religieux par l’entremise de Anne une apôtre laïque d’Irlande – 13 août 2003 (…)

Mon enfant, l’injustice existe dans ton monde, mais l’injustice n’est pas permise au Ciel. Il n’y a que de l’amour et des célébrations. Laisse-moi te parler du Ciel pour que tu saches et comprennes la gloire de ta destination.

Le Ciel est rempli d’âmes qui aiment Dieu. Ces âmes, toutes remplies de joie, explorent chaque facette du Divin. Il y a beaucoup de connaissance à avoir et n’importe quoi que tu veux apprendre, tu peux l’apprendre. Imagine la jubilation dans les accomplissements de tous les saints, à la fois ceux que tu connais et ceux qui ne sont connus que de Dieu.

Au Ciel, vos accomplissements seront célébrés. Vos fautes, vos péchés, ne font pas le voyage et sont non seulement oubliés mais incinérés. Pouvez-vous l’imaginer, mes chéris? Commencez-vous à vous le représenter? Laissez-moi poursuivre.

Au Ciel, il y a de vastes espaces, où sont encastrées toutes les parcelles de beauté jamais créés par Dieu. Si sur terre, vous créez quelque chose qui est d’inspiration divine, et c’est ce que nous voulons de vous, elle perdurera au ciel pour être admirée et examinée par vos frères et sœurs.
Vos relations spirituelles vous suivront aussi au ciel. Chaque mémoire de vos péchés sera effacée parce que vous ne pourriez pas apprécier le Ciel si vous étiez constamment ennuyés par la mémoire de vos erreurs.
C’est une miséricorde de Dieu lui-même et un bon exemple qui illustre le caractère de votre Dieu. Veuillez considérer cela davantage. (…)

Il y a au-dessus et au-delà de la réalité physique de l’univers, un univers encore plus magnifique qui est au-delà de votre capacité de comprendre.

Message de Jésus de Nazareth livré à Ned Dougherty. le 1er octobre 2006.

Je t’invite aujourd’hui à faire un voyage avec moi aux Royaumes éternels du Père afin que tu puisses voir ce que le Père a préparé pour toi, un lieu d’une telle beauté pour tout le genre humain où y passer toute l’éternité avec le Père.

Notre voyage commence avec l’immensité de l’univers. Regarde tout ce qu’il y a à voir dans l’univers parmi les étoiles, les planètes et les galaxies et tu ne regardes qu’une petite partie du Royaume éternel que Dieu le Père vous donne pour explorer l’univers quand vous passez l’éternité avec nous, ici dans ce magnifique endroit.

Cependant, tu n’es capable de regarder l’univers que tel qu’il existe dans le monde matériel. Il y a au-dessus et au-delà de la réalité physique de l’univers, au-dessus et au-delà de l’horizon de vos télescopes, un univers encore plus magnifique qui est au-delà de votre capacité de comprendre. Tout cela et davantage, c’est le Royaume qui attend ceux qui choisissent de me suivre.
Allons maintenant à l’endroit où résident les âmes qui ont choisi de me suivre.

Ici. vous expérimentez l’éternel amour du Père, un amour qui est hors d’atteinte dans la compréhension de la pureté de l’amour pour les âmes qui sont avec moi au ciel.
C’est ici qu’ont lieu les réunions et que vous faites l’expérience de l’amour d’être dans la famille parfaite du genre humain, comme c’était au départ envisagé par le Père lorsqu’il vous a créé pour ce voyage, vers l’accomplissement de vos vies.

Voyage avec moi à travers les villes de lumière et la grande beauté qui attend ceux d’entre vous qui me suivent. Voyage avec moi maintenant, à travers la campagne céleste où tu peux choisir de résider pour toute l’éternité.
Viens avec moi dans les libraires et les lieux d’apprentissage où tu peux saturer ta soif de connaissance de tout ce qui est bien et de tout ce qui a été créé par le Père.
Viens avec moi aux plaines, montagnes, rivières, lacs et ruisseaux où seule la beauté habite et où toutes les créatures de la nature vivent en harmonie avec des âmes transformées qui vivent dans la Lumière du Père éternel.

Marche avec moi sur les plages où les eaux immaculées et pures des océans éternels apaisent les grèves où vous pouvez vous baigner et jouer sans peur de vous blesser. Car en ces lieux où le Père a préparé votre éternelle demeure, il n’y a pas de peur, ni d’anxiété, ni d’inquiétudes, parce que toute peine, souffrance et mort qui font parties du monde matériel ont été transformés en ce lieu de beauté, par l’éternel amour du Père.

Maintenant que tu as vu ces images et que tu sais qu’un lieu céleste est vrai et qu’il a été préparé pour toi, comment peux-tu maintenant retourner à ta vie terrestre et recommencer à vivre d’une manière qui ne reconnaît pas que Dieu le Père t’aime éternellement et qu’il ne veut que ce qu’il y a de mieux pour toi ? (…)

À vous mes bénédictions !
Jésus de Nazareth

Dès que vous aurez eu le plus petit avant-goût du ciel, vous ne désirerez jamais partir.

Message de Jésus à John Leary (USA) – Mercredi le 7 juin 2006.

Jésus : Mon peuple, je vous ai parlé à plusieurs reprises de la bataille entre le bien et le mal qui a lieu ici sur terre. Le prix ou le but de cette bataille, ce sont vos âmes. Celles (les âmes) qui sont gagnées par mes anges et mes saints, seront récompensées au Ciel. Celles qui sont perdues aux mains du démon et de ses anges, souffriront pour toujours dans les flammes de l’enfer.

Plusieurs ont essayé de dépeindre le Ciel avec des termes de la terre parce que vous ne connaissez que l’expérience de cette vie. Parce que vous serez dans un monde spirituel, vous n’avez aucune idée de ce que ce sera au Ciel sans votre corps. Vous serez dans une totale extase de paix avec mon amour qui vous entourera.

Vous me verrez comme je suis dans la vision béatifique, et vous serez placés au niveau du Ciel choisi, basé sur votre amour pour moi dans votre vie. Vous serez témoins de chants continuels de louanges envers moi et vous serez tellement attachés à ma gloire et mon amour que de vous morfondre ne vous viendra jamais à l’esprit. Dès que vous aurez eu le plus petit avant-goût du ciel, vous ne désirerez jamais partir. (…)

Ils vous regardent, ils vous suivent et interviennent dans la mesure déterminée par votre libre foi et votre libre volonté.

Message d’une âme du purgatoire à Mgr Ottavio Michelini – 22 septembre 1975 et 3 juin 1978. Extrait du livre « Confidences de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles, Éditions du Parvis.

Mon fils, il faut faire savoir clairement que la vie continue au-delà de la tombe. Tous ceux qui vous ont précédés sous le signe de la foi, qu’ils soient en purgatoire, qu’ils soient en paradis, vous aiment encore, et d’un amour plus pur, plus vif et plus grand que sur la terre. lls sont animés d’un grand désir de vous aider à surmonter les dures épreuves de la vie, pour vous permettre d’atteindre – comme eux l’ont déjà fait – la grande ligne d’arrivée, le but de la vie elle-même.

Ils connaissent bien tous les périls et toutes les embûches qui menacent vos âmes. Mais leur aide envers vous est dans une bonne mesure conditionnée par votre foi et votre libre volonté de vous mettre en route vers eux, avec la prière et la confiance dans leur efficace patronage auprès de Dieu et de la Vierge Très Sainte.

Si les prêtres et les fidèles, conscients des inépuisables ressources de grâce, d’aide et de dons qu’ils peuvent tirer de ce dogme de la Communion des Saints sont animés d’une foi vive, ils verront leur pouvoir sur les forces du Mal centupler. (…)

Dites qu’ils ne sont pas inertes et passifs à votre égard, mais que, dans un nouvel état de vie plus parfait que le vôtre, ils sont près de vous, ils vous aiment. lls prennent part dans la mesure et la proportion de la perfection atteinte, à toutes les vicissitudes de mon Corps mystique.

Je vous répète qu’ils ne peuvent pas écarter votre liberté, mais s’ils sont sollicités par votre foi et vos invocations, ils sont et ils seront encore plus près de vous dans la lutte contre le Malin. Ils vous regardent, ils vous suivent et interviennent dans la mesure déterminée par votre libre foi et votre libre volonté. (…)

Je te bénis. Aime-Moi !

Cet article a été écrit par Vincent