L’Apocalypse de Saint Jean

L’Antéchrist et la Bible

(Vincent) L’Antéchrist, d’après les prophéties récentes, peut être assimilé à celui qui sera le chef du pouvoir mondial (la Bête), mais il est à noter que la notion de dictateur mondial n’existe pas dans l’Apocalypse, ni le terme antéchrist.

(Wikipédia) Le terme « antéchrist » n’apparaît pas dans les textes chrétiens de base qui constituent le socle de l’enseignement chrétien sur la fin des temps. Les mots « antéchrist » n’apparaissent que cinq fois dans la Bible.

(Jean 2:22) Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils.
(Jean 2:18) Petits enfants, c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists : par là nous connaissons que c’est la dernière heure.
(Jean 4:3) Et tout esprit qui divise Jésus-Christ, n’est point de Dieu ; et c’est là l’Antéchrist, dont vous avez entendu dire qu’il doit venir ; et il est déjà maintenant dans le monde.

(…) L’Antéchrist, dont la présence est un signe de la fin des temps, est compris de diverses façons, soit comme un groupe ou une organisation, soit comme un système de gouvernement fondamentalement mauvais ou une religion fausse ; ou, plus généralement, comme un individu, comme le chef d’un gouvernement mauvais, un chef religieux qui remplace l’adoration du Christ par une fausse adoration, l’incarnation de Satan, un fils de Satan, ou un être humain placé sous la domination de Satan.

Chapitre complémentaire : L’Antéchrist

Extraits de l’Apocalypse de Saint Jean qui parlent de la fin des temps.

Pour info : Message donné à Soeur Beghe Dimanche 2 janvier 2022
– Le Dragon est le démon en charge de la terre,
– la Bête est le pouvoir mondial.
– Le Faux prophète est cette seconde Bête aux ordres de la première Bête, laquelle est aux ordres du dragon : il s’agit du chef de la chrétienté, aux ordres du mondialisme, lui-même aux ordres du Dragon, qui n’est autre que Lucifer.

La Bête et le Dragon
Références bibliques : Apoc 13,1 à 13,9

Je vis ensuite monter de la mer une bête qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème. Et la bête que je vis était semblable à un léopard, et ses pieds étaient comme les pieds d’un ours, et sa gueule, comme la gueule d’un lion ; et le dragon lui donna sa force et une grande puissance.

Et je vis une de ses têtes comme blessée à mort ; mais cette blessure mortelle fut guérie, et la terre entière fut dans l’admiration, à la suite de la bête. Et ils adorèrent le dragon, qui avait donné la puissance à la bête ; et ils adorèrent la bête, en disant : Qui est semblable à la bête ? et qui pourra combattre contre elle ?

Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles orgueilleuses et des blasphèmes ; et le pouvoir lui fut donné d’agir pendant quarante-deux mois (3 ans et demi). Et elle ouvrit la bouche pour blasphémer contre Dieu, pour blasphémer Son nom, et Son tabernacle, et ceux qui habitent dans le Ciel.

Il lui fut aussi donné le pouvoir de faire la guerre aux saints, et de les vaincre ; et la puissance lui fut donnée sur toute tribu, sur tout peuple, sur toute langue et toute nation. Et tous les habitants de la terre l’adorèrent, ceux dont les noms n’ont pas été inscrits, depuis la création du monde, dans le livre de vie de l’Agneau qui a été immolé.

Si quelqu’un a des oreilles, qu’il entende. Celui qui aura conduit en captivité, s’en ira en captivité ; celui qui aura tué avec l’épée, il faut qu’il soit tué par l’épée. C’est ici qu’est la patience et la foi des saints.

L’autre Bête (le faux prophète)
Références bibliques : Apoc 13,11 à 13,13 – 16,13

Je vis aussi une autre bête qui montait de la terre, et qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau ; et elle parlait comme le dragon. Et elle exerçait toute la puissance de la première bête en sa présence ; et elle fit que la terre et ses habitants adorèrent la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie.

Elle fit de grands prodiges, jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre, en présence des hommes. Et il lui fut donné de mettre le souffle vital dans l’image de la bête, afin que l’image de la bête pût parler, et faire que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent mis à mort.
C’est ici qu’est la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête ; car c’est un nombre d’homme, et son nombre est 666.

Je vis alors sortir de la bouche du dragon, de la bouche de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs, semblables à des grenouilles. Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont auprès des rois de toute la terre, afin de les assembler pour le combat, au grand jour du Dieu tout-puissant.

Le puce électronique
Références bibliques : Apoc 13,16 – 14,9

Elle fera encore que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne puisse acheter ni vendre, s’il n’a la marque ou le nom de la bête, ou le chiffre de son nom.

Et un troisième Ange les suivit, disant d’une voix forte : Si quelqu’un adore la bête et son image, et s’il en reçoit la marque sur son front ou dans sa main, lui aussi boira du vin de la colère de Dieu, qui a été versé dans la coupe de Sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, en présence des saints Anges et en présence de l’Agneau ; et la fumée de leurs tourments montera dans les siècles des siècles, et il n’y aura de repos ni jour ni nuit pour ceux qui auront adoré la bête et son image, et qui auront reçu la marque de son nom.

Annonce de catastrophes naturelles de grandes ampleurs
Références bibliques : Apoc 16,18 à 16,21 – 18,2 – 18,8

Et il y eut des éclairs, des voix et des tonnerres, et il y eut un grand tremblement de terre, tel qu’il n’y en avait jamais eu de pareil depuis que les hommes sont sur la terre ; il n’y avait pas eu un pareil tremblement de terre, aussi grand.

Et la grande ville fut divisée en trois parties, et les villes des païens tombèrent, et Dieu se ressouvint de la grande Babylone, pour lui donner à boire la coupe du vin de la fureur de Sa colère.

Et toutes les îles s’enfuirent, et les montagnes disparurent. Et une grosse grêle, comme du poids d’un talent, tomba du ciel sur les hommes ; et les hommes blasphémèrent Dieu à cause de la plaie de la grêle, parce que cette plaie était très grande.

Et il cria avec force, en disant : Elle est tombée, elle est tombée, la grande Babylone ; et elle est devenue la demeure des démons, et le repaire de tout esprit immonde, et le repaire de tout oiseau immonde et haïssable ;

C’est pour cela que ses plaies viendront en un seul jour, et la mort, et le deuil, et la famine, et elle périra par le feu, car Il est puissant, le Dieu qui la condamnera.

La fuite dans les refuges
Références bibliques : Apoc 18,4

Puis j’entendis une autre voix venant du Ciel, qui disait : Sortez du milieu d’elle, Mon peuple, afin de ne point participer à ses péchés, et de ne pas avoir une part à ses plaies, et il dit : Ne nuisez point à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu.

Le grand châtiment de la comète
Références bibliques : Apoc 18,21

Alors un Ange puissant souleva une pierre semblable à une grande meule, et la jeta dans la mer, en disant : C’est avec cette vitesse que sera précipitée Babylone, la grande ville, et on ne la trouvera plus jamais.

Voici l’intégralité des chapitres de l’Apocalypse de saint Jean

Chapitre VII

Apoc 7,1. Après cela, je vis quatre anges qui se tenaient aux quatre angles de la terre, et qui retenaient les quatre vents de la terre, pour les empêcher de souffler sur la terre, et sur la mer, et sur aucun arbre.

Apoc 7,2. Et je vis un autre Ange, qui montait du côté du soleil levant, ayant le sceau du Dieu vivant ; et il cria d’une voix forte aux quatre anges auxquels il avait été donné de nuire à la terre et à la mer ;

Apoc 7,3. et il dit : Ne nuisez point à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu.

Apoc 7,4. Et j’entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués du sceau : cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des enfants d’Israël, étaient marqués du sceau.

Chapitre XIII

Apoc 13,1. Je vis ensuite monter de la mer une bête qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème.

Apoc 13,2. Et la bête que je vis était semblable à un léopard, et ses pieds étaient comme les pieds d’un ours, et sa gueule, comme la gueule d’un lion ; et le dragon lui donna sa force et une grande puissance.

Apoc 13,3. Et je vis une de ses têtes comme blessée à mort ; mais cette blessure mortelle fut guérie, et la terre entière fut dans l’admiration, à la suite de la bête.

Apoc 13,4. Et ils adorèrent le dragon, qui avait donné la puissance à la bête ; et ils adorèrent la bête, en disant : Qui est semblable à la bête ? et qui pourra combattre contre elle ?

Apoc 13,5. Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles orgueilleuses et des blasphèmes ; et le pouvoir lui fut donné d’agir pendant quarante-deux mois.

Apoc 13,6. Et elle ouvrit la bouche pour blasphémer contre Dieu, pour blasphémer Son nom, et Son tabernacle, et ceux qui habitent dans le Ciel.

Apoc 13,7. Il lui fut aussi donné le pouvoir de faire la guerre aux saints, et de les vaincre ; et la puissance lui fut donnée sur toute tribu, sur tout peuple, sur toute langue et toute nation.

Apoc 13,8. Et tous les habitants de la terre l’adorèrent, ceux dont les noms n’ont pas été inscrits, depuis la création du monde, dans le livre de vie de l’Agneau qui a été immolé.

Apoc 13,9. Si quelqu’un a des oreilles, qu’il entende.

Apoc 13,10. Celui qui aura conduit en captivité, s’en ira en captivité ; celui qui aura tué avec l’épée, il faut qu’il soit tué par l’épée. C’est ici qu’est la patience et la foi des saints.

Apoc 13,11. Je vis aussi une autre bête qui montait de la terre, et qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau ; et elle parlait comme le dragon.

Apoc 13,12. Et elle exerçait toute la puissance de la première bête en sa présence ; et elle fit que la terre et ses habitants adorèrent la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie.

Apoc 13,13. Elle fit de grands prodiges, jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre, en présence des hommes.

Apoc 13,14. Et elle séduisit les habitants de la terre, à cause des prodiges qu’il lui aété donné de faire en présence de la bête, en disant aux habitants de la terre de faire une image de la bête, qui a la blessure de l’épée et qui a repris vie.

Apoc 13,15. Et il lui fut donné de mettre le souffle vital dans l’image de la bête, afin que l’image de la bête pût parler, et faire que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent mis à mort.

Apoc 13,16. Elle fera encore que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front,

Apoc 13,17. et que personne ne puisse acheter ni vendre, s’il n’a la marque ou le nom de la bête, ou le chiffre de son nom.

Apoc 13,18. C’est ici qu’est la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête ; car c’est un nombre d’homme, et son nombre est 666.

Chapitre XIV

Apoc 14,1. Je regardai, et voici, l’Agneau Se tenait sur la montagne de Sion, et avec Lui cent quarante-quatre mille personnes, qui avaient Son nom et le nom de Son Père écrit sur leur front.

Apoc 14,2. Et j’entendis une voix qui venait du Ciel semblable au bruit de grandes eaux, et semblable au bruit d’un grand tonnerre ; et la voix que j’entendis était comme celle de harpistes qui jouent de leurs harpes.

Apoc 14,3. Ils chantaient comme un cantique nouveau devant le trône, et devant les quatre animaux et les vieillards ; et personne ne pouvait chanter ce cantique, si ce n’est ces cent quarante-quatre mille qui ont été rachetés de la terre.

Apoc 14,4. Ceux-là ne se sont pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges. Ceux-là suivent l’Agneau partout où Il va. Ceux-là ont été rachetés d’entre les hommes comme prémices pour Dieu et pour l’Agneau,

Apoc 14,5. et dans leur bouche il ne s’est pas trouvé de mensonge, car ils sont sans tache devant le trône de Dieu.

Apoc 14,6. Je vis ensuite un autre Ange, qui volait par le milieu du Ciel, portant l’Évangile éternel, pour l’annoncer à ceux qui habitent sur la terre, et à toute nation, tribu, langue et peuple.

Apoc 14,7. Il disait d’une voix forte : Craignez le Seigneur, et rendez-Lui gloire, car l’heure de Son jugement est venue ; et adorez Celui qui a fait le ciel et la terre, la mer et les sources des eaux.

Apoc 14,8. Un autre Ange le suivit, en disant : Elle est tombée, elle est tombée, cette grande Babylone, qui a fait boire à toutes les nations le vin de la colère de son impudicité.

Apoc 14,9. Et un troisième Ange les suivit, disant d’une voix forte : Si quelqu’un adore la bête et son image, et s’il en reçoit la marque sur son front ou dans sa main,

Apoc 14,10. lui aussi boira du vin de la colère de Dieu, qui a été versé dans la coupe de Sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, en présence des saints Anges et en présence de l’Agneau ; et la fumée de leurs tourments montera dans les siècles des siècles, et il n’y aura de repos ni jour ni nuit pour ceux qui auront adoré la bête et son image, et qui auront reçu la marque de son nom.

Apoc 14,12. C’est ici qu’est la patience des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus.

Apoc 14,13. Alors j’entendis une voix venant du Ciel, qui me disait : Écris : Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur. Dès maintenant, dit l’Esprit, ils se reposeront de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent.

Apoc 14,14. Je regardai, et voici, une nuée blanche, et sur cette nuée quelqu’un assis, qui ressemblait au Fils de l’homme ; il avait sur sa tête une couronne d’or, et dans sa main une faucille tranchante.

Apoc 14,15. Et un autre Ange sortit du temple, criant d’une voix forte à celui qui était assis sur la nuée : Lance ta faucille, et moissonne ; car le temps de moissonner est venu, parce que la moisson de la terre est mûre.

Apoc 14,16. Et celui qui était assis sur la nuée lança sa faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée.

Apoc 14,17. Et un autre Ange sortit du temple qui est dans le Ciel, ayant lui aussi une faucille tranchante.

Apoc 14,18. Et un autre Ange sortit de l’autel ; il avait pouvoir sur le feu, et il cria d’une voix forte à celui qui avait la faucille tranchante : Lance ta faucille tranchante, et vendange les grappes de la vigne de la terre, car ses raisins sont mûrs.

Apoc 14,19. Et l’Ange lança sa faucille tranchante sur la terre et vendangea la vigne de la terre, et il jeta les raisins dans la grande cuve de la colère de Dieu.

Apoc 14,20. Et la cuve fut foulée hors de la ville, et le sang sortit de la cuve jusqu’à la hauteur des mors des chevaux, sur une étendue de mille six cents stades.

Chapitre XVI

Apoc 16,1. J’entendis ensuite une voix forte, qui venait du temple, et qui disait aux sept Anges : Allez, et versez sur la terre les sept coupes de la colère de Dieu.

Apoc 16,2. Le premier s’en alla, et versa sa coupe sur la terre ; et un ulcère malin et dangereux apparut sur les hommes qui avaient la marque de la bête, et sur ceux qui adoraient son image.

Apoc 16,3. Le second Ange versa sa coupe dans la mer ; et elle devint comme le sang d’un mort, et tout ce qui avait vie dans la mer mourut.

Apoc 16,4. Le troisième versa sa coupe sur les fleuves et sur les sources des eaux ; et les eaux devinrent du sang.

Apoc 16,5. Et j’entendis l’Ange établi sur les eaux qui disait : Vous êtes justes, Seigneur, Vous qui êtes et qui étiez ; Vous êtes saints, Vous qui avez exercé ces jugements ; car ils ont répandu le sang des saints et des prophètes, et c’est du sang que Vous leur avez donné à boire ; ils l’ont mérité.

Apoc 16,7. J’entendis un autre Ange qui disait de l’autel : Oui, Seigneur, Dieu tout-puissant, Vos jugements sont vrais et justes.

Apoc 16,8. Le quatrième Ange versa sa coupe sur le soleil ; et il lui fut donné de tourmenter les hommes par l’ardeur du feu.

Apoc 16,9. Et les hommes furent brûlés par une grande chaleur, et ils blasphémèrent le nom de Dieu, qui a ces plaies en Son pouvoir, et ils ne firent point pénitence pour Lui rendre gloire.

Apoc 16,10. Le cinquième Ange versa sa coupe sur le trône de la bête ; et son royaume devint ténébreux, et les hommes se mordirent la langue de douleur ;

Apoc 16,11. et ils blasphémèrent le Dieu du Ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs blessures, et ils ne firent point pénitence de leurs œuvres.

Apoc 16,12. Le sixième Ange versa sa coupe sur le grand fleuve de l’Euphrate ; et son eau tarit, pour préparer le chemin aux rois venant de l’Orient.

Apoc 16,13. Je vis alors sortir de la bouche du dragon, de la bouche de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs, semblables à des grenouilles. Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont auprès des rois de toute la terre, afin de les assembler pour le combat, au grand jour du Dieu tout-puissant.

Apoc 16,15. Voici, Je viens comme un voleur ; heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu, et qu’on ne voit pas sa honte.

Apoc 16,16. Et Il les assemblera dans le lieu appelé en hébreu Armageddon.

Apoc 16,17. Le septième Ange versa sa coupe dans l’air ; et il sortit du temple, d’auprès du trône, une voix forte qui disait : C’est fait.

Apoc 16,18. Et il y eut des éclairs, des voix et des tonnerres, et il y eut un grand tremblement de terre, tel qu’il n’y en avait jamais eu de pareil depuis que les hommes sont sur la terre ; il n’y avait pas eu un pareil tremblement de terre, aussi grand.

Apoc 16,19. Et la grande ville fut divisée en trois parties, et les villes des païens tombèrent, et Dieu se ressouvint de la grande Babylone, pour lui donner à boire la coupe du vin de la fureur de Sa colère.

Apoc 16,20. Et toutes les îles s’enfuirent, et les montagnes disparurent.

Apoc 16,21. Et une grosse grêle, comme du poids d’un talent, tomba du ciel sur les hommes ; et les hommes blasphémèrent Dieu à cause de la plaie de la grêle, parce que cette plaie était très grande.

Chapitre XVIII

Apoc 18,1. Après cela, je vis un autre Ange qui descendait du Ciel, ayant une grande puissance ; et la terre fut illuminée par sa splendeur.

Apoc 18,2. Et il cria avec force, en disant : Elle est tombée, elle est tombée, la grande Babylone ; et elle est devenue la demeure des démons, et le repaire de tout esprit immonde, et le repaire de tout oiseau immonde et haïssable ; car toutes les nations ont bu du vin de la colère de sa prostitution, et les rois de la terre se sont souillés avec elle, et les marchands de la terre se sont enrichis par l’excès de son luxe.

Apoc 18,4. Puis j’entendis une autre voix venant du Ciel, qui disait : Sortez du milieu d’elle, Mon peuple, afin de ne point participer à ses péchés, et de ne pas avoir une part à ses plaies. Car ses péchés sont parvenus jusqu’au Ciel, et le Seigneur S’est souvenu de ses iniquités.

Apoc 18,6. Traitez-la comme elle vous a traités elle-même, et rendez-lui au double selon ses oeuvres ; dans la coupe où elle vous a versé à boire, versez-lui deux fois autant.

Apoc 18,7. Autant elle s’est glorifiée et livrée aux délices, autant donnez-lui de tourments et de deuil, parce qu’elle dit dans son cœur : Je trône en reine, et je ne suis pas veuve, et je ne verrai pas le deuil.

Apoc 18,8. C’est pour cela que ses plaies viendront en un seul jour, et la mort, et le deuil, et la famine, et elle périra par le feu, car Il est puissant, le Dieu qui la condamnera.

Apoc 18,9. Et les rois de la terre qui se sont souillés et ont vécu dans les délices avec elle, pleureront sur elle et se frapperont la poitrine, lorsqu’ils verront la fumée de son embrasement. Se tenant à distance dans la crainte de ses tourments, ils diront : Malheur ! malheur ! Babylone, la grande ville, la ville puissante, en une heure ta condamnation est venue.

Apoc 18,11. Et les marchands de la terre pleureront et se lamenteront sur elle, parce que personne n’achètera plus leurs marchandises :

Apoc 18,12. marchandises d’or et d’argent, de pierres précieuses et de perles, d’étoffes de lin, de pourpre, de soie et d’écarlate, de bois odoriférant de tout genre, de toute espèce d’objets en ivoire, et de toute espèce d’objets en pierres précieuses, en airain, en fer et en marbre,

Apoc 18,13. de cinnamome, de senteurs, de parfums, d’encens, de vin, d’huile, de fleur de farine, de blé, de bêtes de somme, de brebis, de chevaux, de chars, d’esclaves, et de personnes humaines.

Apoc 18,14. Les fruits que ton âme désirait se sont éloignés de toi ; toutes les choses délicates et magnifiques sont perdues pour toi, et on ne les trouvera plus désormais.

Apoc 18,15. Les marchands de ces choses, qui se sont enrichis avec elle, se tiendront à distance, dans la crainte de ses tourments, pleurant et se lamentant, et disant : Malheur ! malheur ! la grande ville qui était vêtue de lin, de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles ;

Apoc 18,17. en une heure tant de richesses ont disparu. Et tous les pilotes et tous ceux qui naviguent sur mer, les matelots et ceux qui trafiquent sur mer, se sont tenus à distance, et ont poussé des cris en voyant la place de son embrasement : Quelle ville, disaient-ils, était semblable à cette grande ville ?

Apoc 18,19. Ils ont jeté de la poussière sur leurs têtes, et ils ont crié en pleurant et se tourmentant, et ils disaient : Malheur ! malheur ! la grande ville, qui a enrichi de son opulence tous ceux qui avaient des vaisseaux sur la mer, a été ruinée en une seule heure.

Apoc 18,20. Réjouis-toi sur elle, ô Ciel ; et vous aussi, saints Apôtres et Prophètes, parce que Dieu a vengé votre cause sur elle.

Apoc 18,21. Alors un Ange puissant souleva une pierre semblable à une grande meule, et la jeta dans la mer, en disant : C’est avec cette vitesse que sera précipitée Babylone, la grande ville, et on ne la trouvera plus jamais.

Apoc 18,22. Et la voix des joueurs de harpe, et des musiciens, et des joueurs de flûte et de trompette, ne sera plus jamais entendue chez toi ; et aucun artisan, de quelque art que ce soit, ne s’y trouvera plus ; et le bruit de la meule ne sera plus jamais entendu en toi ; et la lumière de la lampe ne brillera plus jamais chez toi, et la voix de l’époux et de l’épouse ne sera plus jamais entendue chez toi, parce que tes marchands étaient les princes de la terre, et que par tes enchantements toutes les nations ont été séduites. Et en elle a été trouvé le sang des prophètes et des saints, et de tous ceux qui ont été mis à mort sur la terre.

Le règne des 1000 années et la fin du monde

Chapitre XX

Apoc 20,1. Et je vis descendre du Ciel un Ange qui avait la clef de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. Il saisit le dragon, l’antique serpent, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans.

Apoc 20,3. Et il le jeta dans l’abîme, qu’il ferma et scella sur lui, pour qu’il ne séduisît plus les nations jusqu’à ce que les mille ans fussent écoulés ; après cela il doit être délié pour un peu de temps.

Apoc 20,4. Et je vis des trônes, et ils s’assirent dessus, et il leur fut donné de juger. Je vis aussi les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient point adoré la bête, ni son image, et qui n’avaient pas pris sa marque sur leur front ni sur leurs mains ; et ils vécurent, et régnèrent avec le Christ pendant mille ans.

Apoc 20,5. Les autres morts ne revinrent pas à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent écoulés. C’est là la première résurrection. Heureux et saint celui qui a part à la première résurrection. Sur eux la seconde mort n’a pas de pouvoir, mais ils seront prêtres de Dieu et du Christ, et ils règneront avec Lui pendant mille ans.

Apoc 20,7. Et lorsque les mille ans seront écoulés, Satan sera délié de sa prison, et il sortira, et il séduira les nations qui sont aux quatre angles de la terre, Gog et Magog, et il les assemblera pour le combat ; leur nombre est comme le sable de la mer. Ils montèrent sur la surface de la terre, et ils environnèrent le camp des saints, et la cité bien-aimée.

Apoc 20,9. Mais un feu, lancé par Dieu, descendit du ciel et les dévora ; et le diable qui les séduisait fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où la bête et le faux prophète seront tourmentés jour et nuit dans les siècles des siècles.

Apoc 20,11. Alors je vis un grand trône blanc, et Celui qui était assis dessus ; devant Sa face le ciel et la terre s’enfuirent, et il ne se trouva plus de place pour eux.

Apoc 20,12. Et je vis les morts, grands et petits, debout devant le trône. Et des livres furent ouverts ; on ouvrit aussi un autre livre, qui est celui de la vie ; et les morts furent jugés d’après ce qui était écrit dans ces livres, selon leurs œuvres.

Apoc 20,13. Et la mer rendit les morts qu’elle renfermait ; la mort et l’enfer rendirent aussi les morts qu’ils renfermaient, et chacun d’eux fut jugé selon ses œuvres.

Apoc 20,14. Puis l’enfer et la mort furent jetés dans l’étang de feu. C’est là la seconde mort. Et quiconque ne fut pas inscrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu.

Le Dragon est le démon en charge de la terre, la Bête est le pouvoir mondial.

Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle.
Soeur Beghe – Lire le message sur le site d’origine – Dimanche 2 janvier 2022

(…) Le temps est donc arrivé, mes enfants, et que mon apôtre Jean a écrit dans l’Apocalypse (Ap. 13, 1-10) ; le Dragon transmet son pouvoir à la Bête et ce temps est précisé : « On lui donna pouvoir d’agir durant quarante deux mois ». Le Dragon est le démon en charge de la terre, la Bête est le pouvoir mondial : « on lui donna pouvoir de mener campagne contre les saints et de les vaincre ; on lui donna pouvoir sur toute race, peuple, langue ou nation. Et tous l’adoreront, tous les habitants de la terre dont le nom ne se trouve pas écrit, dès l’origine du monde, dans le livre de vie de l’Agneau égorgé » (Ap 13, 5-8).

Par l’injection massive d’une substance qui ne devrait pas s’appeler vaccin, les populations mondiales seront enchaînées et ceux parmi elles qui ne le voudront pas seront recherchés. Les termes utilisés dans l’Apocalypse sont limpides ; c’est pour les adeptes de la Bête le temps de proférer des paroles d’orgueil et de blasphème, et ce pendant quarante deux mois (3 ½ ans) : « Elle se mit à proférer des blasphèmes contre Dieu, à blasphémer Son nom et Sa demeure, ceux qui demeurent au Ciel » (Ap 13, 6).

C’est ainsi que la religion catholique sera persécutée physiquement et spirituellement (…)

Cette autre Bête paraît être un agneau, mais parle sous l’influence du mal. (…) Le faux prophète, donc un homme que l’on croit prophète, mais qui ne l’est pas.

Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle.
Soeur Beghe – Lire le message en entier sur le site d’origine – Samedi 8 janvier 2022

Reprenons le texte de l’Apocalypse et regardons la suite. Nous avons vu que le Dragon a transmis son pouvoir à la Bête et plus loin « qu’une autre Bête surgit, portant deux cornes comme un agneau mais parlant comme un dragon. Au service de la première Bête, elle en établit partout l’empire (Ap 13, 11-12). Qu’est l’agneau ? Il n’y en a qu’un seul, c’est l’Agneau immolé, Jésus-Christ, Sauveur et Oint du Seigneur. Qui est le dragon ? C’est le démon qui a pris la terre en charge. Ainsi donc cette autre Bête paraît être un agneau mais parle sous l’influence du mal.

Et plus loin, chapitre 16, verset 13, cette autre Bête est nommée différemment, elle est nommée le faux prophète, donc un homme que l’on croit prophète mais qui ne l’est pas. Qu’est-ce qu’un prophète ? C’est une personne qui prédit l’avenir mais c’est aussi l’interprète de Dieu. Or Dieu, Jésus-Christ, a institué Pierre et ses successeurs pour être Son Vicaire sur la terre, en d’autres mots Son interprète auprès des hommes. (…)

Il s’agit du chef de la chrétienté, aux ordres du mondialisme, lui-même aux ordres du Dragon, qui n’est autre que Lucifer.

Par ce court récapitulatif non exhaustif, vous comprenez, Mes chers enfants, la trahison des représentants de mon Église ; et lorsque mon apôtre Jean (Ap 13, 11) voit monter de la terre une autre Bête aux cornes d’agneau mais aux paroles de dragon, il s’agit des représentants de mon Église qui ont trahi leur Maître, qui font croire par leurs cornes d’agneau qu’ils sont Mes disciples mais leur langage est celui de mon ennemi ; erreur et trahison de leur rôle de bergers de mon troupeau.

Le faux prophète qui est cette seconde Bête aux ordres de la première Bête, laquelle est aux ordres du dragon, est clair : il s’agit du chef de la chrétienté, aux ordres du mondialisme, lui-même aux ordres du Dragon, qui n’est autre que Lucifer.

Chers enfants, revenez à la religion catholique de vos aïeux, ils croyaient encore, ils étaient religieux, ils vivaient en présence de Dieu, ils faisaient pénitence pour satisfaire à leurs péchés. Ils priaient en famille, ils recevaient les enfants que Dieu leur confiait, il n’y avait pas de contraception mais de la chasteté, il n’y avait pas de procréation médicalement assistée mais des adoptions, il y avait encore le don de soi et l’amour de la patrie, il y avait le goût de l’effort et du travail, il y avait la vertu de charité et l’amour de Dieu.

« Lorsque Je reviendrai trouverais-Je encore la foi sur la terre ? » (Lc 18, 8). Cette question posée de mon vivant sur la terre, Je vous la pose personnellement à vous qui me lisez et Je vous demande de me répondre ainsi :
Seigneur,  si certains ne vous suivent plus, faites que je sois parmi ceux qui ne vous lâchent pas !

Chers enfants qui me répondez ainsi, Je vous donnerai toutes les grâces dont vous avez besoin pour conserver ou retrouver votre Fidélité. Vous avez besoin de Moi et moi aussi, J’ai besoin de vous, de votre amour fidèle : Je vous aime mais il ne faut pas que cet Amour soit à sens unique. Aucun amour ne résiste longtemps à un sens unique. Soyez miens et Je serai Vôtre et nous serons unis éternellement dans la Joie et la Beauté du Ciel.