Méditation sur l’Âme

Gustavo Rol :
Imaginez être submergé dans une immensité de peinture verte

Gustavo Rol (1903-1994) sujet psi italien dont les pouvoirs paranormaux étaient assez impressionnants. Il avait comme « les pouvoirs de Dieu »

Extrait du livre en italien : « Oltre l’umano » de Giorgo di Simone.

Pitigrili mentionne le démarrage des facultés psi de Gustavo Rol sous la direction d’un maître d’initiation élevée. Gustavo lui a dit : Rappelez-vous de sa recommandation : imaginer un plan tout vert, comme un gazon sans arbres, sans détails qui perturberait l’uniformité du vert ; imaginez être submergé dans une immensité de peinture verte. Tu veux que toutes les cartes de ce jeu soient placées dans un certain ordre ? Demande mentalement, puis imagine le vert : au moment où tu vois le vert, la transformation a eu lieu.

Puis il ajoute : Un soir il m’a dit : Aujourd’hui il m’a dicté ces mots pour toi : Il n’y a pas de réussite sans travail, il n’y a aucun travail sans souffrance, il n’existe aucune souffrance sans vert. Mais Pitigrili avoue que malheureusement il n’a jamais réussi à imaginer un « vert » vraiment uniforme. (…)

Avec les malades, il imposait rarement ses mains, il préférait « faire des pommes” vertes, précisait-il. Il posait un mouchoir blanc sur la partie souffrante, tenant de sa main droite le petit doigt de la main gauche du patient, pour faire du circuit fermé. Puis il se mettait à souffler et son visage devenait fou de l’effort. Il me disait que pendant que c’est le cas, il est très important d’imaginer que l’énergie verte soit mise en couleur verte (…).
Et il ajoutait : Tu sais, il faut faire une comparaison avec le récit de la création, la Genèse. Pour créer l’homme, Dieu avait soufflé sur terre et Adam est né. Le souffle possède une énergie vitale incroyable.

Qui est Gustavo Rol ?
Gustavo est né à Turin (Italie) le 20 Juin 1903, dans une famille aisée. Son père, Victor, était un avocat qui fut directeur du bureau de Turin de la Banque commerciale italienne. Gustavo était le troisième de quatre frères et jusqu’à l’âge de deux ans, il n’a pas dit un mot.
En 1921, il a commencé sa carrière en tant que journaliste et en 1923, il a rejoint la faculté de droit de l’Université de Turin. Plus tard, il ira également étudier les sciences commerciales et la biologie. Entre 1925 et 1930 il part en Europe en tant qu’employé de la BCI : il passe par Marseille, Paris, Londres et Édimbourg.
A Paris, dans un café, il rencontre la jeune fille qui devint plus tard son épouse, Elna Resch-Knudsen, une norvégienne et fille d’un capitaine de la marine.
La période ou il vit à Paris est un moment crucial dans sa vie. C’est ici que sa « recherche » en ce qui concerne les possibilités et le potentiel de l’esprit humain, commencé les années précédentes, le conduisent à la « découverte » qui fera de lui l’un des plus grand sujet psi du XXe siècle.

Ce texte est extrait du site : gustavorol.org
Mon site dédié : Gustavo Rol

« Envoyez-moi des bananes ». A l’improviste sur la table devant ma mère apparurent deux bananes.

En 1995 parut le livre : Rol oltre il prodigio, aux éditions Gribaudo, de Maria Luisa Giordano, son amie depuis plusieurs années. Elle raconte ce qui s’est passé le jour de Noël 1978, quand elle alla lui rendre visite, en compagnie de sa mère et de la sœur de Rol, Maria:

Après avoir bavardé un peu, il me demanda si je voulais un petit chocolat, je répondis non, alors il me demanda : Préférerais-tu deux cerises ? Je me mis à rire, ce n’était pas la saison, je restai toutefois bouche bée : après que Rol se soit concentré pendant un instant seulement, il y avait deux cerises bien fraîches, et même bonnes sur la table.
Au même moment devant sa sœur Maria étaient apparues des noix et des noisettes. Il fut ensuite appelé au téléphone par des amis qui étaient au Costa Rica et qui voulait lui souhaiter de bonnes fêtes, quand je l’entendis dire : Envoyez-moi des bananes. A l’improviste sur la table devant ma mère apparurent deux bananes.
Quand Rol termina sa conversation au téléphone et retourna dans le salon, il fut autant surpris que nous, il semblait amusé.

Admirer la beauté de son âme en admirant Dieu à travers elle.

(Vincent, le 9 juin 2021) En cherchant Dieu à travers mon âme, j’eus comme l’impression que j’accédais au monde de l’invisible, mais Dieu semblait y être absent, ce qui m’incita à la réflexion. J’en conclus que Dieu était présente en toute chose et qu’il fallait le voir de cette façon.

Voir Dieu en toute chose (dans la beauté de la nature par exemple) peut se faire, mais admirer la beauté de son âme en admirant Dieu à travers elle, est l’exercice méditatif le plus efficace.

Exercice de méditation sur l’Âme #4

(Vincent, le 8 juin 2021) Je viens de reprendre l’exercice de méditation sur mon âme (chassez le naturel et il revient au galop), mais sans y mettre de couleur, et en cherchant Dieu à travers elle, comme un passage qui mènerait vers Dieu.

C’est ce message qui m’incita à m’y remettre.

Messages du Ciel – Glynda Lomax – Wings of prophecy – 17 juin 2011

(…) Certains d’entre vous vont et viennent à la recherche de messages, alors que je désire que vous me cherchiez moi, le donneur des messages. Pourquoi cherchez-vous des mots et non celui qui les prononce, alors que je vous suis si accessible ? (…)

(Pour lire le message en entier)

Alors que je vous suis si accessible ?

J’ai voulu prendre Dieu au mot. S’il est si accessible, alors à travers mon âme, je devrais le trouver facilement. Je fis donc l’exercice de méditation sur mon âme, mais en tentant de faire le lien vers Dieu.

J’ai commencé lundi et cela semblait réussir en termes de ressenti, mais j’ai demandé à Dieu un signe, un cadeau qui validerait l’expérience… Et je l’ai eu le jour même. Naturellement ma journée de lundi fut particulièrement agréable, en plus du cadeau. Ce fut comme je l’écris en bas de ce chapitre.

Vos journées sont donc égayées de choses agréables de la meilleure des qualités possibles. Et si votre âme n’arrive pas à vous fournir un évènement heureux, il peut vous générer un état d’esprit comme si vous aviez pris une « pilule du bonheur ».

Exercice de méditation sur l’Âme #3

(Vincent, 2 mai 2021) Voici un texte qui semble avoir été écrit pour moi, en lien avec mes expériences sur la couleur verte et la méditation sur mon âme.
Vous lirez plus bas sur la page :
Je fais depuis plusieurs mois de la méditation quotidienne sur mon âme (que j’imagine de couleur verte), et il en ressort pleins de bienfaits qui améliorent ma qualité de vie.

Il y a un mystère des couleurs (…)
Celle-ci peut faire du bien, mais on ne doit pas s’en servir. (…)

Extrait du livre : L’Ange Clarus nous raconte le Paradis (Éditions du Parvis). Message du 15 aout 1988.

J’avais lu ces messages il y a quelques mois déjà, à une période où j’en avais besoin, mais je ne me souvenais plus dans quel livre ; et je suis tombé dessus par hasard hier, ce qui m’a donné envie de vous le partager, même si ce sujet intéresse peu de gens.

L’arc-en-ciel que vous pouvez vous créer est celui de vos bonnes œuvres et devient pont vers l’Harmonie.
Il y a un mystère des couleurs. Il ne faut pas y recourir comme par magie. Celle-ci peut faire du bien, mais on ne doit pas s’en servir.
En effet on ne peut savoir quelle est la couleur juste, si on n’est pas initié et si on n’a pas reçu de Lui le discernement des couleurs. Les dons, on les reçoit, on ne peut pas les obtenir sur commande. Il en est de même pour les couleurs. Si on obtient le discernement des couleurs pour s’en servir, c’est un rare don de Dieu. C’est de la magie et on peut en faire un mauvais usage. La magie blanche peut devenir magie noire. Vous priez, alors les couleurs de vos prières qui peuvent être sentiment, offrande, œuvre, sont très belles.

Prier pour une personne, c’est l’envelopper de la couleur de votre prière. Peu importe que vous sachiez de quelle couleur il s’agit. Dieu voit et accueille vos bonnes couleurs. La magie fait partie de la théosophie. La prière est magie mystique, c’est-à-dire réalité merveilleuse qui vient de l’âme et va à Lui. Dieu voit, connait. Il prend vos couleurs et les met en réserve pour vous. Vous retrouverez vos arcs-en-ciel : la prière, l’offrande, l’œuvre, l’amour !

La magie des couleurs ne vous est pas utile. Lui connait vos couleurs, celles que produit votre âme, qui viennent de votre cœur. La foi dépasse la magie. La foi est magique, mais n’est pas magie. Elle consiste à savoir découvrir une petite partie de ce qu’on ne voit pas, à espérer et respirer. Elle est don et grâce, volonté et conquête.

Vos ponts arcs-en-ciel faits d’amour, sont très beaux.
La haine produit de vilaines couleurs, l’égoïsme, des couleurs confuses. Dieu voit les couleurs du péché et celles de chaque vertu.
Tenez-vous loin de la magie et de la théosophie. Les mystères sont nombreux, mais la foi éclaire. Qu’elle vous suffise !

Théosophie : Doctrine ésotérique du divin, fondée sur la contemplation de l’univers et l’illumination intérieure.

Arcs-en-ciel, ponts pour rejoindre l’Harmonie ! Entre vous, lancez des ponts colorés, l’amour, l’amitié, la sympathie. Les couleurs prennent aussi forme, vous le verrez. Ponts, escaliers, étoiles. Harmonie dans l’Harmonie.

Exercice de méditation sur l’Âme #2

(Vincent, 14 avril 2021) J’ai fini par arrêter l’exercice ci-dessous car cela me provoquait une forte chaleur durant la nuit et un rêve m’informa que c’était nocif.
En parallèle, je lus un message céleste demandant de se concentrer sur Jésus pour passer la fin des temps sans trop de dommage. Et un autre message lu dans le livre : L’Ange Clarus nous raconte le Paradis, qui disait de ne pas top « jouer » avec les couleurs.
Je sais d’expérience que la couleur de la prière est le bleu mais je préfère laisser venir à moi la bonne couleur plutôt que de me l’imaginer.

Exercice de méditation sur l’Âme #1

Un jour quelqu’un m’envoya un « mail de colère », me disant que les messages célestes qu’il lisait sur mon site étaient certes consolants (la morphine du peuple) mais que cela ne réglait en rien ses problèmes. Voici donc un chapitre qui pourrait être utile à certains… et même à tous.


Je fais depuis plusieurs mois de la méditation quotidienne sur mon âme (que j’imagine de couleur verte), et il en ressort pleins de bienfaits qui améliorent ma qualité de vie.

Tout a commencé il y a une dizaine d’années. Un internaute sur un forum de paranormal fit une publicité tapageuse pour un livre sur le voyage astral. Je l’achetais pour m’apercevoir finalement que ce livre était très moyen, mais un paragraphe attira mon attention. L’auteur disait qu’un jour, en état de sortie hors du corps, elle eut l’idée de fusionner avec son âme, ce qui lui déclencha une sorte d’extase mystique. Elle conseillait donc au lecteur de tenter l’expérience.

Je n’eus pas l’occasion de la mettre en pratique dans l’astral, car pour diverses raisons, je mis fin à cette pratique.

Plusieurs années après, je découvris le sujet psi italien Gustavo Rol (1903-1994) dont les pouvoirs paranormaux étaient assez impressionnants. Il avait comme « les pouvoirs de Dieu ». Il raconte que pour réaliser tout cela, il s’imprégnait de la couleur verte (entre autres).

Gustavo Rol : Puis un jour, alors que je regardais un arc-en-ciel, je fus pris d’une intuition fulgurante : je compris que le vert était la couleur centrale, celle qui unissait toutes les autres.

Voilà ce qu’on peut lire dans le livre : Un être exceptionnel, Gustavo Adolfo Rol.

Un ami de Rol : (…) J’ai participé plus d’une fois à cet extraordinaire déplacement dans l’espace et le temps (vision dans le passé avec Rol). Il me serait trop difficile d’en décrire précisément le mécanisme, que je ne suis pas certain de connaitre à fond. (…) nous mettons en œuvre différentes opérations mentales fondées sur un effort de pénétration de la couleur verte, conçue dans sa forme la plus pure, telle qu’on la retrouve dans l’arc-en-ciel.

En parallèle à ça, lors de l’écriture d’un livre sur le voyage astral et la vision à distance, je relus mon journal d’expérimentation et je tombais sur cette expérience que j’avais oubliée.

9 octobre 2010 – Par suite d’insomnies, je me concentrais, après une légère relaxation, sur mon corps énergétique (ou astral) qui m’apparaissait de couleur bleu. Cette concentration sur ce corps bleu, faite le soir, me procurait durant la nuit des rêves très riches en détail, (…) mais rien d’autre, ni transe ni sortie astrale.
Puis, plusieurs jours après, pour aller plus loin, il m’est venu l’idée de chercher s’il n’y avait pas un autre corps à l’intérieur de ce corps bleu, car j’avais lu dans un livre que nous possédions plusieurs corps subtils.
Eh bien effectivement, un corps orangé sorti du bleu, et je fis sortir de ce corps orangé (comme un jeu de poupées russes) un corps jaune très clair, presque blanc, d’une nature bien plus fine que le corps bleu.

10 octobre 2010 – Le matin, alors que j’étais allongé dans mon lit, je me suis dit : « Explorons ce corps orangé », et je me suis mis à y penser fortement en y mettant ma conscience, et à ce moment-là, toute la partie supérieure de mon corps astral s’est redressée et je me suis retrouvé en position assise (dans l’astral). J’avais toute ma lucidité. Je suis resté quelques secondes dans cet état, puis c’est tout mon corps astral qui s’est lentement soulevé juste au-dessus de mon corps physique. J’étais donc complètement dans l’astral ! Puis il est redescendu. (…)

J’eus lors l’idée d’explorer à fond cette méthode pour voir jusqu’où elle pouvait mener.

Je me suis mis au coucher à me concentrer sur mon corps astral, qui représente aussi l’âme. Je l’imaginais lumineux comme une lueur qui émanerait de mon corps physique (j’appelais cela « se concentrer sur son aura »). Au début je l’imaginais de couleur bleue, mais un rêve m’incita à essayer plutôt le vert.

Que l’on soit au coucher ou au réveil, je découvris que cet exercice arrivait à provoquer un endormissement quasi immédiat et avec en prime de nombreux rêves très colorés.

Je découvris aussi que cette énergie, ce corps astral, cette âme, avait une nature intelligente et indépendante et qu’il fallait la considérer comme telle.

Puis un jour, pour vraiment aller plus loin dans cette exploration, je me suis dit au début d’une journée que j’allais me sentir en permanence imprégné de couleur verte concentrée sur mon âme, que j’imaginais comme un corps de lumière (de couleur verte).

Le résultat fut que durant cette journée et celle d’après, toute une série d’évènements agréables surgis. Je recommençais les jours suivant pour voir si le phénomène se maintenait et oui. La pensée axée sur notre âme de couleur verte nous fait du bien.

Voici un exemple concret :

Un jour de vacances dans notre maison de famille, on décida d’aller se promener à pied dans le voisinage (moi, mes sœurs et leurs enfants).
Le matin même j’avais décidé que durant toute cette journée je ferais une concentration sur mon âme. Donc je fis au réveil allongé sur mon lit une petite séance de méditation, que j’essayais de maintenir à l’esprit pendant toute la journée.

On sortit de la maison l’après-midi et l’on se promena sur un petit chemin de campagne. L’on croisa un troupeau de moutons, ce qui était fréquent car un berger se trouvait dans la région, sauf qu’à notre grande surprise, ce n’était pas le même troupeau que d’habitude. Ce berger possédait deux chiens et on le vit leur ordonner de rassembler le troupeau. Ce couple de chiens fit le travail avec sérieux et cela nous permit d’assister à un spectacle éblouissant, d’autant que l’on était sur une petite montée. On avait ainsi une vue d’ensemble de la scène. Mes sœurs n’en revenaient pas de ce qu’elles voyaient tellement le spectacle était beau. On aurait été capable de payer pour voir cela.
Immédiatement je fis le lien avec mes exercices de méditation sur l’âme du matin.

Vos journées sont donc égayées de choses agréables de la meilleure des qualités possibles. Et si votre âme n’arrive pas à vous fournir un évènement heureux, il peut vous générer un état d’esprit comme si vous aviez pris une « pilule du bonheur ».

Cet article a été écrit par Vincent