Rencontrer son Ange gardien

Pour en savoir plus : Chapitre complet sur les Anges

Personne ne m’avait prise au sérieux, à part cette jeune femme blonde qui m’a sauvé ma vie.

Voici un récit trouvé sur le forum Quora.

Londres, Angleterre.
Je voyais une voyante indienne de temps en temps et elle était très douée. Je crois que c’était dans le square St James. (…) Je me rappelle que lorsque je suis arrivé, elle était avec une cliente et m’a regardé rapidement, en disant que j’étais enceinte.

Je suis totalement tombée des nues. Ce n’était pas possible voyons ! Je prenais la pilule et je n’avais absolument aucun symptôme de grossesse. Aucune prise de poids. Quand je l’ai consultée à mon tour, elle m’a répété que j’étais enceinte mais qu’elle voyait des ambulances. Je ne me rappelle plus du reste.

Il s’est avéré plus tard que oui, j’étais vraiment enceinte. Les ambulances ? J’ai été amenée en urgence car ce fut une grossesse extra-utérine. Un docteur m’a même dit qu’ils ne comprenaient pas que je puisse être encore en vie.

Un autre truc vraiment bizarre est que j’avais vu une doctoresse, elle-même très enceinte. C’est elle qui m’avait envoyé d’urgence à l’hôpital : « C’est maintenant qu’il faut y aller ! Dites à votre ami de vous apporter vos affaires, mais vous devez être à l’hôpital aujourd’hui. Ne rentrez pas chez vous, c’est maintenant !

C’était une jeune femme blonde, elle-même enceinte. J’ai eu son nom dans ma tête pendant longtemps mais je l’ai oublié maintenant. Quand je suis revenue après, le cabinet médical m’a dit que cette personne n’avait jamais existé, ce qui fut encore plus bizarre pour moi.

Une grossesse extra-utérine est vraiment une chose douloureuse. Le médecin de nuit avait conclu que je n’avais qu’une grippe, alors que mes boyaux étaient en train d’exploser. Ce cabinet médical ne m’avait pas pris au sérieux. Personne ne m’avait prise au sérieux, à part cette jeune femme blonde qui m’a sauvé ma vie, mais le cabinet médical a toujours dénié que cette personne se trouvait là.

Je me suis posé beaucoup de questions sur cette histoire. Peut-être que je devais mourir à l’âge de 28 ans et que Dieu en a voulu autrement.

Le monsieur répond avec un large sourire et lui dit : « ça va bien se passer ! »

Un autre texte trouvé sur le forum Quora.

En janvier 2017, j’ai vécu une expérience très particulière (parmi tant d’autres), sauf que là, il y avait de nombreux témoins.
Donc un matin, je sors comme à mon habitude acheter mes cigarettes et boire mon café. Je retrouve des amis au bar et l’on discute comme à notre habitude.
À un moment, on voit un homme de grande taille et d’un âge avancé (entre 70 et 80 ans) s’approcher de nous. Il me regarde, me dit bonjour à moi uniquement et m’adresse la parole : « Jeune, aujourd’hui tu vas t’en sortir, mais sois vigilant ! » Je le regarde et je reste un peu choqué.

Un de mes potes lui demande de quoi il parle et pourquoi il me dit ça ! Moi je n’arrivais plus à dire un seul mot, comme si mon cerveau s’était mis en mode « off ».
Le monsieur répond avec un large sourire et lui dit : « ça va bien se passer ! » sans un mot de plus.
Mon ami me regarde et me dit : « encore un fou ».
À cet instant, je suis quand même un peu troublé ! Mon copain me rassure et me dit : « Laisse tombé, oublie ça ! »

Je décide de rentrer à la maison retrouver ma femme et mes filles, mais en chemin, mon téléphone sonne : « numéro inconnu », je décroche. Puis quelques secondes après, je reçois un message d’appel inconnu. J’écoute ! La voix me dit : « N’aie pas peur, tu vas avoir froid mais on te réchauffera » (une voix de femme âgée).

Je rentre à la maison et je fais écouter le message à ma femme, qui bien sûr se moque de moi. Je lui raconte l’anecdote avec le monsieur devant le bar, mais elle continue de se moquer, que je devrais arrêter de « fumer la moquette » etc. On en rit, et on continue à en rire sans se soucier de tout ça !

À 12 h 30, je sens une douleur au bras gauche, comme une crampe musculaire. J’en parle à ma femme qui me dit : « ce n’est rien, tu as dû te coucher sur ton bras cette nuit ».
13 heures, j’ai mal à la cage thoracique et à la mâchoire. Je prends un Doliprane pour calmer la douleur.

Je commence à m’angoisser car je n’arrêtais pas de penser au message du téléphone et à l’avertissement du monsieur. À 13 h 30, difficulté à respirer, ma femme appel les pompiers. Je faisais un infarctus du myocarde. J’ai eu froid et peur ! Ils m’ont sauvé in extrémiste !

Jamais je n’oublierais ce monsieur que je n’ai plus jamais revu. J’ai gardé le message de la dame âgée. Je l’ai fait écouter à tout mon entourage. Mon père a reconnu la voix. D’après lui, il s’agirait de sa mère (ma grand-mère) qui est décédée avant ma naissance.

Depuis, sur les conseils de mon père, à chaque fois que je rentre dans une église, je mets un cierge à sa mémoire !

Mon Ange gardien l’avait amenée jusqu’à moi

Texte trouvé sur un forum. Posté le 04.09.2019.

J’ai fait une prière à mon Ange gardien, le remerciant pour tout ce qu’il avait fait pour moi jusqu’à présent, et que j’avais un message à faire passer à quelqu’un qui venait de nous quitter, et que s’il pouvait protéger ce message pour qu’il lui parvienne, je lui en serais infiniment reconnaissante.

J’étais allongée dans mon lit. Tout à coup, j’ai eu le sentiment de sentir quelque chose. J’ai fermé les yeux et je l’ai vu, mon Ange gardien. Il était beau, avec une coupe courte, il respirait la sérénité. Il était près de moi, debout. Il m’a souri et a tourné la tête vers sa droite, et elle était là. La personne à qui était destiné ce message était là, à côté de lui. Mon Ange gardien l’avait amenée jusqu’à moi.

J’ai pu « discuter » avec cette personne, je la voyais très nettement dans mon esprit, avec toujours mon Ange gardien à côté.
J’ai pu lui dire « au revoir ». Cette personne m’a dit qu’elle n’avait pas encore vu Dieu, car il fallait du temps pour cela, qu’il y avait comme un chemin à parcourir avant de le voir, mais qu’elle était bien. On a pu discuter presque normalement, puis je lui ai dit au revoir.

Avant de partir, mon Ange gardien a posé sa main sur mon épaule, et il m’a dit : « ne t’inquiète pas, je vais m’occuper de toi ». Il a souri et ils sont partis tous les deux progressivement vers le Ciel.

Guerre de Corée (1950-53) Michael et Saint Michel

La lettre suivante a été écrite en 1950 par un jeune Marine à sa mère alors qu’il était hospitalisé après avoir été blessé au combat, en Corée.
Cette lettre est arrivée entre les mains d’un aumônier de la Marine de guerre qui l’a lue devant 5000 Marines, à une base navale de San Diego, en 1951. L’aumônier avait parlé au jeune homme, à sa mère et au sergent qui commandait la patrouille. Cet aumônier, le Père Walter Muldy, certifiait à tous ceux qui lui posaient la question, que cette histoire était vraie.

Au cours des années 60, on lisait cette lettre une fois par année, à Noël, sur les ondes d’une station de radio du Midwest. La voici pour ceux qui ne la connaissent pas.

Ma chère Maman,

Je n’oserais jamais écrire cette lettre à quelqu’un d’autre que toi, parce que personne ne voudrait me croire. Peut-être même que toi aussi tu trouveras ça difficile à croire, mais il faut que je le dise à quelqu’un.

Pour commencer, je suis à l’hôpital. Mais ne t’inquiète pas, tu m’entends, ne t’inquiète pas. J’ai été blessé mais je vais bien, O.K., tu comprends, je vais bien. Bon. Le médecin m’a dit que je serai debout dans un mois.

Mais ce n’est pas ça que je veux te raconter. Tu te souviens quand je me suis engagé dans les Marines, l’année dernière, tu te souviens quand je suis parti, que tu m’as dit de réciter une prière à saint Michel tous les jours. C’était pas la peine de me le dire, parce que, d’aussi loin que je me souvienne, tu m’as toujours dit de prier saint Michel archange. Tu m’as même, donné son nom. Eh bien, je l’ai toujours fait.

En arrivant en Corée, j’ai même prié encore plus fort. Tu te souviens la prière que tu m’as apprise ?
« Michael, Michael of the morning, fresh corps of Heaven adoming », tu connais la suite.
Eh bien, je l’ai récitée tous les jours. Parfois en marchant et quelquefois pendant les haltes, mais toujours avant de m’endormir. Je l’ai même apprise à quelques copains.

Bon, eh bien, un jour, je faisais partie d’une patrouille de reconnaissance en territoire ennemi, bien en avant des lignes. On avançait péniblement et il faisait très froid. Mon haleine, on aurait dit de la fumée de cigare. Je croyais connaître tous les gars de la patrouille, mais un Marine que je n’avais jamais vu auparavant est venu marcher à côté de moi. C’était le plus grand Marine que j’avais jamais vu. Il faisait au moins 1 mètre 90 et il était bâti à l’avenant. Je me sentais rassuré d’avoir un type comme ça à côté de moi.

On continuait à marcher. Le reste de la patrouille s’est déployé. Juste pour amorcer la conversation, j’ai dit : Fait froid, hein ! et puis j’ai ri. J’étais là à risquer de me faire tuer d’une minute à l’autre, et je lui parlais du temps qu’il faisait. Il a semblé comprendre. Je l’ai entendu rire doucement.
Je l’ai regardé et j’ai dit : Je t’ai jamais vu avant. Je croyais connaître tout le monde dans l’unité.

Il a dit : Je me suis engagé à la dernière minute. Je m’appelle Michael.
Surpris, j’ai répondu : Ah oui, moi aussi je m’appelle comme ça.

Il a dit : Je sais, et il a ajouté : Michael, Michael of the morning… (Michel, rosée matinale, parure du Soleil levant…)

J’étais si étonné que je suis resté sans rien dire pendant une minute. Comment pouvait-il savoir mon nom et cette prière que tu m’avais apprise ? Après quoi je me suis dit en souriant que tous les gars me connaissaient dans l’unité. J’avais appris cette prière à tous ceux qui voulaient l’entendre. Y en a même qui m’appelaient Saint Michael !

« Mon gars, les sept soldats communistes qui sont là ont tous été tués par un coup d’épée »

On est resté sans rien dire un moment, puis il a brisé le silence : On va bientôt avoir des ennuis.
Il devait être en excellente forme, ou alors il respirait si doucement que je n’entendais même pas sa respiration. Moi, ça sortait en gros nuages. Il ne souriait plus maintenant. On va avoir des ennuis ! Je me disais : Ouais, comme on est entourés par les communistes, ce n’est pas vraiment une grande nouvelle.

La neige a commencé à tomber à gros flocons. Bien vite, on ne pouvait plus rien voir devant soi et j’avançais dans un brouillard blanc fait de particules mouillées et collantes. Mon compagnon a disparu de ma vue. Soudain, inquiet, j’ai crié : Michael !
J’ai senti sa main sur mon bras. Sa voix était riche et forte : Ça va bientôt s’arrêter.
Il avait raison. Après quelques minutes, la neige a cessé aussi rapidement qu’elle avait commencé. Le soleil étincelait.

Je me suis retourné pour voir où était le reste de la patrouille. Il n’y avait plus personne en vue. On les avait perdus dans la bourrasque. On arrivait sur une petite montée et j’ai regardé devant moi.
Maman, mon cœur s’est arrêté net. Ils étaient sept. Sept soldats communistes avec leurs vestes et leurs pantalons matelassés et leurs drôles de petits chapeaux. Mais il n’y avait rien de drôle à ce moment-là. Les sept fusils étaient braqués sur nous.

J’ai crié : Couche toi, Michael ! et je me suis jeté à terre. J’ai entendu les coups de feu partir presque en même temps. Les balles sifflaient. Michael était toujours debout.

Maman, ces types ne pouvaient pas le manquer, pas à cette distance. Je m’attendais à le voir déchiqueter en morceaux.

Mais il était là, sans même essayer de tirer. Il était paralysé par la peur. Ça arrive parfois, maman, même aux plus braves. Il était comme un oiseau fasciné par un serpent. En tout cas, c’est ce que je pensais.
Alors, je me suis levé pour le tirer par terre, et c’est là que j’ai été touché. J’ai senti comme une brûlure dans ma poitrine. Je m’étais souvent demandé ce qu’on ressentait quand on était touché. Maintenant, je sais.

Je me souviens d’avoir été porté par des bras solides, des bras qui m’ont déposé très doucement sur un coussin de neige. J’ai ouvert les yeux, pour un dernier regard. J’étais en train de mourir. J’étais même peut-être déjà mort et je me souviens d’avoir pensé : Eh bien ! ce n’est pas si terrible !
Peut-être que je fixais le soleil. Ou alors, c’était le choc, mais il m’a semblé voir Michael debout à nouveau. Mais cette fois, il avait le visage illuminé d’une splendeur terrible.

Comme je te dis, peut-être que j’avais le soleil dans les yeux, mais Michael avait l’air de changer pendant que je le regardais. Il devenait plus grand, ses bras s’étendaient. C’est peut-être parce que la neige recommençait à tomber mais il était entouré de lumière, comme les ailes d’un ange. Et il avait une épée à la main, une épée qui resplendissait de millions d’éclats.

Eh bien, c’est la dernière chose dont je me souviens, avant que les copains me retrouvent. Je ne savais pas combien de temps avait passé. De temps en temps, la douleur et la fièvre me laissaient un moment de répit. Je me souviens de leur avoir dit que l’ennemi était juste devant nous.

J’ai demandé : Où est Michael ?
Je les ai vus qui se regardaient : Où est qui ? a demandé quelqu’un.

Michael, Michael, le grand Marine qui marchait à côté de moi juste avant qu’on entre dans la rafale de neige.

Mon gars, dit le sergent, Y’a personne qui marchait à côté de toi. Je t’ai jamais perdu de vue. Tu t’en allais trop loin. J’allais t’appeler au moment où t’as disparu dans la bourrasque.

Il m’a regardé d’un air curieux : Mais comment t’as fait ça, mon gars ?
Comment j’ai fait quoi ?

J’étais presque en colère malgré ma blessure : Ce Marine, Michael, et moi, on allait juste…

Mon gars, dit doucement le sergent, c’est moi qui ai choisi les hommes de cette unité, et y a pas d’autre Michael que toi. T’es le seul Michael ici.

Et après avoir attendu une minute, le sergent ajouta : Mais comment t’as réussi à faire ça, mon gars ? On a entendu des coups de feu. Y a pas un seul coup de feu qui a été tiré avec ton fusil, et y a pas un gramme de plomb dans les sept corps qui sont couchés là, derrière la colline.

Je n’ai rien répondu. Qu’est-ce que j’aurais pu dire ? Je restais là, bouche bée et stupéfait.
C’est le sergent qui a repris la parole en disant doucement : Mon gars, les sept soldats communistes qui sont là ont tous été tués par un coup d’épée.

C’est tout ce que je peux te dire, maman. Encore une fois, c’était peut-être le soleil dans mes yeux, c’était peut-être le froid, ou la douleur, je ne sais pas, mais c’est ce qui est arrivé.

Gros baisers, Michael.

Bonjour, je suis chargé de la sécurité de ceux qui sont dans l’eau. Quelque chose ne va pas ?

Question sur un forum : Vos témoignages sur les anges gardiens. Anonyme. Répondu le 19 mai 2010

Jeanne s’était rendue en weekend avec des amies au bord d’un lac. Ses amies qui ne savaient pas nager se sont allongées pour se faire bronzer. Elle s’est jetée à l’eau et s’est dirigée vers le large. Brasse après brasse, elle s’est beaucoup éloignée de la berge. D’un seul coup elle a senti que le souffle lui manquait et qu’elle n’aurait pas assez de force pour revenir.

Elle a été prise de panique. La rive était très éloignée, et personne ne remarquait les grands gestes qu’elle faisait avec les bras. Son agitation augmentait rendant sa situation de plus en plus critique. Jeanne se rendit compte qu’elle risquait de se noyer. Désespérée, elle pria : « mon Dieu, aidez-moi ! » (…) aussitôt après, elle sentit que l’eau se déplacer et elle vit un jeune homme qui nageait avec assurance. Quand il s’est trouvé près de Jeanne, le jeune dit :
Bonjour, je suis chargé de la sécurité de ceux qui sont dans l’eau. Quelque chose ne va pas ?
– Je suis épuisée, a répondu Jeanne, et je n’arriverai jamais à revenir seule.
– Au contraire, tu vas y arriver, répliqua le surveillant, je nagerai à côté de toi, et tu me suivras jusqu’à la berge.
Jeanne se sentit un peu rassuré parce que le jeune homme pouvait la secourir à tout moment. Elle rassembla toute son énergie, et brasse après brasse, elle regagna la berge, en suivant toujours son guide.

Après avoir rejoint la rive, elle dit à ses amies : « j’ai failli me noyer, s’il n’y avait pas eu ce maitre-nageur ».
Quel maitre-nageur ? Répliquèrent ses amies. Jeanne se retourna : il n’y avait plus personne.

Parfois, ces Anges doivent même agir physiquement, ce qui donne lieu à de nombreuses histoires d’anges.

(Vincent, le 21 novembre 2020) En fouillant sur mon ancien site au chapitre des anges, pour tenter de discerner le rôle de l’Esprit subconscient par rapport à celui de l’Ange gardien (pour l’écriture d’un livre), je tombe sur cet ancien message ou l’on parle de l’intervention des anges sur le plan physique.

Message de Marie à la messagère de Notre Dame (USA), reçu le 19 janvier 2014 

(…) Au moment de votre conception, Dieu a choisi un Ange pour vous guider. L’Ange est toujours à vos côtés, ce qui signifie qu’il utilise tous ses pouvoirs pour vous guider et vous protéger. Parfois, ces Anges doivent même agir physiquement, ce qui donne lieu à de nombreuses histoires d’anges, si fréquentes à votre époque.

Il n’est pas nécessaire d’énumérer tout ce que votre Ange fait pour vous. Il suffit de dire que, quand vous mourrez, il vous accompagnera et se tiendra avec vous devant Jésus. Sa tâche sera terminée. Vous aurez été la seule personne humaine qu’il aura jamais guidée.
Vous êtes très spécial pour votre Ange. Demandez-lui constamment Son Aide. Il se réjouit que vous soyez au courant de sa présence.

Je suis un Ange, mais celui qui s’occupe de vous n’a pas pu venir

Un récit trouvé sur le forum Quora.

(Vincent) Voici un témoignage que j’ai trouvé sur un forum de spiritualité. La personne qui parle racontait une série de rencontres avec ce qu’elle considérait comme son Ange gardien :

(…) Une femme m’attendait au bout de la rue. Elle me regardait fixement. Elle m’a accostée et m’a raconté ma vie alors que je ne la connaissais pas. Elle m’a dit que Dieu m’aimait et que j’avais beaucoup souffert, mais que tout allait s’arranger.
Puis elle a ajouté : « je suis un Ange, mais celui qui s’occupe de vous n’a pas pu venir ». J’en ai alors déduit que celui que je voyais était un Ange. Mais il n’avait pas voulu me voir… C’est vrai que par la suite, j’ai eu une promo à mon boulot, je me suis mariée et j’ai 3 enfants d’âge très rapproché. Elle avait les mêmes yeux que mon Ange, avec la pupille très dilatée. (…)

« Il n’avait pas voulu me voir ». Cela peut s’expliquer par le fait que celle qui témoigne raconte qu’elle avait tendance à tomber amoureuse de son Ange gardien, ce qui générait un trouble dans sa vie. D’où le remplacement par une femme.

Message du Ciel – Jean messager de la lumière – Message du 8 mars 2004
Si vous priez votre ange gardien avec ferveur, il prendra l’habitude de vous « parler », n’en doutez pas, et cela d’une manière permanente et toujours par signes interposés. Une liaison avec votre ange gardien transformera et métamorphosera toute votre vie, tant spirituelle que matérielle, car la puissance de l’ange gardien est illimitée …

Je me suis immédiatement retourné pour voir l’homme, mais il avait disparu.

Un récit trouvé sur le forum Quora.

La question était : Avez-vous déjà rencontré un ange ? Cela vous a-t-il fait peur ? Le texte original a été écrit en anglais. C’est une femme qui parle.

Il y a plusieurs années, je rentrais du travail en voiture et je me suis arrêté dans une épicerie. À haute voix j’avais constamment parlé à mon Ange gardien, c’était une très mauvaise journée et j’étais de mauvaise humeur.
Je lui disais que c’était une perte de temps de lui parler parce que rien ne changeait jamais et qu’il ne m’écoutait pas. Il y avait une place libre juste devant la porte du magasin, alors j’ai dit quelque chose comme « super place de parking, mais pas grâce à toi ! ».

Je fis mes courses et en me dirigeant vers la caisse pour payer, je croisais un homme ordinaire. Il ramassa une pièce de monnaie et essaya de me la remettre en me disant que j’avais dû la laisser tomber. Toujours d’humeur pourrie, je lui répondis sèchement que ce n’était pas la mienne. Il a essayé de nouveau et je lui ai répété que ce n’était vraiment pas à moi. Finalement, il m’a dit d’un ton ferme : « Cette pièce t’appartient ! ». J’ai pensé qu’il était peut-être mentalement dérangé ou quelque chose comme ça, alors je l’ai prise et suis sorti du magasin.

Arrivé à ma voiture, garée à trois mètres, j’ai regardé la pièce et elle avait un ange imprimé sur les deux faces ! Je me suis immédiatement retourné pour voir l’homme, mais il avait disparu.

Environ trois semaines plus tard, j’allais à la banque pour apporter de la monnaie à échanger contre des billets, mais j’avais malencontreusement mis dans ce lot cette pièce d’Ange. Le lendemain, j’ai réalisé ce qui s’était passé et j’en étais bouleversé ! J’ai dit à mon Ange que j’en étais vraiment désolé, etc.

Peu de temps après à mon travail, j’arrive à mon bureau, j’allume mon ordinateur et commence à vérifier mon emploi du temps et mon courrier électronique. Un collègue avait besoin de me parler, alors je suis allée à ma porte et j’ai eu avec lui une brève conversation. Quand je suis retournée devant mon ordinateur… il y avait la pièce ! Elle était placée sur le haut de mon clavier !

C’était il y a plusieurs années. Maintenant je la garde toujours précieusement dans mon portefeuille.

Ils tournent tous deux la tête, nous regardent, pénètrent dans le mur et disparaissent.

Un très court extrait d’un livre sur Gustavo Adolfo Rol (1903-1994) Sujet psi italien exceptionnel. C’était un catholique laïc qui possédait presque les pouvoirs de Dieu.

Qui est Gustavo Rol : « Je ne suis pas un magicien. Je ne crois pas à la magie… tout ce que je suis et fais, vient de là-haut [et il indiqua le ciel], nous sommes tous une partie de Dieu… Et à ceux qui me demandent pourquoi je fais certaines expériences, je réponds : je les fais justement pour confirmer la présence de Dieu »

Un jour, nous étions devant l’église San Filippo, et il y avait un homme et une femme. Elle devait avoir dans les 50-60 ans, et le jeune homme devait avoir plus ou moins 25 ans. Ils marchaient sur le trottoir, et Gustavo me dit : « Tu vois ces deux-là ? Ce ne sont pas des vivants, ce sont des morts ». Et moi je dis : « Ah bon, c’est possible ? » Et à ce moment, ils tournent tous deux la tête, nous regardent, pénètrent dans le mur et disparaissent.
Je ne sais ni pour quelle raison ces êtres étaient visibles aux humains, ni ce qu’ils faisaient.

Question sur un forum : Avez-vous été sauvé par votre ange gardien ?

Christelle H. Répondu 19 décembre 2019.
Je le pense oui, car une fois où je devais sortir avec deux personnes que je connaissais depuis peu, j’ai rêvé deux jours avant, que je me retrouvais au bord de la route avec ses deux personnes à côté de leur véhicule. J’ai demandé à l’un des deux ce que nous faisions là, et il m’a répondu que pour éviter de percuter un véhicule venant en face, il s’était mis dans le fossé. Ce rêve m’ayant un peu bousculé, je n’ai pas voulu les accompagner et je leur ai demandé de faire attention. Le lendemain j’ai appris qu’ils avaient eu un accident, exactement de la même façon que dans mon rêve. Ils ont été tués sur le coup.

Marie-Caroline L. Répondu le 24 décembre 2019.
Il y a quelques années, j’étais au volant de ma voiture, arrêtée à un feu rouge. J’attendais qu’il passe au vert et je fumais une cigarette. Quand le feu est passé au vert, ma cigarette m’est tombée des mains. Je me suis baissée pour la ramasser, et au moment où je me suis relevé, une voiture lancée à fond passe sous mon nez. Je remercie encore aujourd’hui mon ange d’avoir joué avec ma cigarette. Je le remercie d’ailleurs pour des tas d’autres choses !

Anonyme. Répondu le 7 février 2020
Un soir, j’ai prié et demander à Dieu d’envoyer un ange dans ma maison pour nous garder et nous protéger. Le soir même, j’ai rêvé que je venais de me réveiller et je disais à ma sœur : J’ai vu un ange dans ma chambre hier soir ! Il était là !
Tout de suite après, je me suis réveillé et me suis rendu compte que c’était la nuit. Je me suis dit aussitôt : Ah ! donc s’il fait nuit, cela veut dire que l’ange est là ? Je me suis lentement retourné et il se trouvait bien là.
Alors non, je ne l’ai pas vu comme je vois un humain. Je voyais sa forme physique mais pas son visage. Je voyais ses épaules, et il semblait avoir une tunique blanche. Croyez-moi, j’aurais dû avoir peur, mais j’étais étonnamment calme. Je l’ai regardé un moment puis je suis retourné me coucher.

Question sur un forum : Vous sentez-vous protégé par une ou des « forces extérieures » qui veillent sur vous ?

Répondu le 31 mars 2021 – Un grand oui !
Je m’en suis aperçue assez tardivement. Mais lors de situations difficiles ou délicates, sans le demander, on m’a aidé alors que les choses auraient dû très mal finir pour moi. Je précise que l’aide venait de personnes extérieures à mon cercle social, mais elles ont fait des choses aussi bien, voir mieux qu’un ami ou un proche.
Moi je qualifie ces interventions comme venant d’anges gardiens qui me protègent et m’envoient des gens salvateurs. J’ai l’impression qu’on me surveille, oui, et qu’on veille sur moi physiquement et mentalement.
Je suis « protégée ». Je le sais maintenant avec certitude.

Anonyme. Répondu le 7 septembre 2017
Bonjour, Je l’appelle « ma petite voix » mais j’ai appris récemment que c’était mon ange gardien.
Quand je traverse des moments de doute ou bien quand je suis face à des choix, je sollicite dans ma tête une aide, et la réponse me vient très souvent juste après.
Parfois, j’ai l’impression que l’on me prévient de quelque chose de désagréable qui va arriver.
Avant, j’ignorais ces signes et quelque chose de plus ou moins difficile m’arrivait. J’ai appris à écouter.

J’ai été sauvée par un ange il y a sept ans. Je vais vous raconter mon histoire.

Nyctalope‚ 36 ans. Répondu le 20 mai 2010

Je revenais d’une soirée avec des amis, qui avait duré jusqu’à tard dans la nuit. Nous n’avions pas été très sages, aussi me retrouvai-je un peu éméchée, et un ensemble de circonstances ont fait que je me suis retrouvée à rentrer seule.

Ce n’était pas très rassurant, mais comme l’appartement où s’était tenue la fête n’était pas excentré, il n’y avait aucune raison particulière pour qu’il se passe quelque chose. Cela se passait dans une ville de l’ouest de la France. Longeant un cours d’eau, je sentis soudainement, comme par un sixième sens, que l’atmosphère se teintait d’une sorte de présence malsaine. Je m’arrêtai de temps en temps, regardai autour de moi, mais, ne voyant personne, je continuai à marcher.

Au bout d’un certain temps, ma peur fut telle, devant cette présence plus suggérée que réelle, que je préférai enlever mes talons pour faire moins de bruit et marcher plus vite pour pouvoir arriver rapidement jusque chez moi et oublier ce climat étrange. C’est peu après que tout arriva : Passant au niveau de l’ombre d’un bâtiment, je perçus soudainement, sans aucun signe annonciateur, des présences autour de moi, comme des ombres. C’étaient des personnes étranges, aux yeux vitreux. Je crois que ce qui m’a le plus effrayée, c’était le fait qu’ils soient silencieux, terriblement silencieux. Ce n’étaient pas des jeunes excités qui m’auraient pris à partie, c’était véritablement une assemblée de muets, vêtus de couleurs sombres, me fixant d’une manière étrange et très désagréable.

Mes jambes se sont mises à trembler et j’ai perdu tous mes moyens. Je ne réussissais même plus à parler. Je me suis effondrée et j’ai pleuré, sans savoir pourquoi, sans même savoir comment ce fut possible. C’était un anéantissement ; peut-être délirais-je ? Peut-être n’étaient-ce que des hommes normaux ? Peut-être le peu d’alcool que j’avais dans le sang avait suffi à insuffler à leur visage le faciès ricanant de démons vengeurs venus me châtier, comme une hallucination expiatoire ? Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est qu’ils s’approchèrent, et que je ne pouvais plus rien faire ; j’en avais presque des convulsions.

C’est à ce moment-là qu’intervint mon ange : un homme grand et fin. Je me souviendrai toujours de son visage et de sa tenue : un visage émacié, des yeux bleus très clairs, une veste blanche, une chemise rouge-sang, un pantalon noir. Il est venu vers moi et aussitôt, l’étrange assemblée se dispersa et sembla presque s’évaporer tant leur fuite fut prompte. C’était comme si, d’un simple regard, il avait conjuré ceux qui m’apparaissaient véritablement comme des démons. D’une voix sombre et grave, l’ange m’enjoignit de me relever, et que tout allait bien. Il me prit la main et m’aida à me remettre sur mes pieds ; rapidement, je repris possession de mes moyens. Il marcha un peu, silencieux, à mes côtés, comme une présence bienfaitrice. Je ne sais pas à quel moment il partit ; j’étais arrivée devant la porte de chez moi, je me tournai vers lui pour le remercier, mais tout ce que je vis à ce moment, était l’allée vide, désespérément vide. Alors j’ai souri. Je dormis comme un ange ce soir-là.

(Après la réaction d’un internaute)

C’est sûr qu’en lisant dit comme cela, cela fait étrange ! Mais c’était d’autant plus étonnant que cela lui allait parfaitement ; autant le dire tout de suite, il m’apparut avec beaucoup de classe et de grâce. Comme si les tons des couleurs étaient exactement ceux qu’il fallait, ceux qui correspondaient. Tu vois ce que je veux dire ?
« Lève-toi et marche ». Je me souviendrai toujours de ces paroles.

Ils sont là pour nous aider, j’en ai fait l’expérience.

Anonyme. Répondu le 11 avril 2020

Pour ceux qui ne croient pas aux anges gardiens… On peut aussi les appeler les guides spirituels. Ils sont là pour nous aider, j’en ai fait l’expérience.

J’avais 17 ans et je passais une mauvaise phase de mon adolescence. J’étais au lycée et j’aimais profondément un garçon. Un jour où j’étais allongée sur mon lit, j’ai demandé désespérément qu’on m’aide à faire d’avantage connaissance avec lui, car j’étais persuadée que c’était lui qui me correspondait le mieux, etc.

Avec toute ma sincérité, j’ai demandé à mon ange gardien de forcer le destin, de faire quelque chose pour moi. Le lendemain je vais en cours. J’étais dehors avec des amies et soudain, quelqu’un m’appelle de loin, c’était une fille de ma classe. Je trouvais ça bizarre car habituellement, jamais elle ne m’aurait appelée pour venir discuter avec elle. J’y vais tout en me demandant ce qu’elle me voulait. À ce moment, j’arrive et j’aperçois avec elle le mec qui m’attirait vraiment. Je restais avec eux au moins deux heures. On a ri et discuté. J’étais vraiment heureuse, c’était une très belle journée et tout m’avait réussi.

Alors, était-ce une coïncidence ou mon vœu qui s’était réalisé ? J’ai du mal à croire à une simple coïncidence, tout en sachant que d’ordinaire cela ne se serait jamais réalisé. J’ai fait le rapprochement le soir en rentrant chez moi, quand je me suis souvenue de la demande que j’avais faite à mon ange gardien. Je l’ai alors remercié pour ce qu’il avait fait. C’est incroyable mais c’est vrai !

Et puis mes parents eux-mêmes ont eu une expérience de ce style : Ils avaient de graves difficultés financières. Mon père, en regardant une photo d’un de ses amis disparus quelques années auparavant, dit à haute voix « Ha, c’est dur dur la vie hein ? ». Le lendemain, mon père gagna 200 francs à un jeu. Étrange aussi…

Je ne pense pas que les anges gardiens sont là pour réaliser tous nos souhaits, mais parfois ils savent nous faire certaines faveurs de temps à autre… Et nous consoler aussi. Il faut savoir leur faire confiance et surtout croire en eux, leur parler sincèrement et respectueusement. Soyez attentif à eux, ils sont là pour vous écouter !

Pour en savoir plus : Chapitre complet sur les Anges

Cet article a été écrit par Vincent