Les Prêtres et la Sainte Église catholique

Si le prêtre est fervent, ses paroissiens le seront aussi

Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle.
Soeur Beghe – Dimanche 13 juin 2021. Pour lire le message en entier

Le temps est arrivé, et Je ne tarderai plus, de faire connaître au monde son état de tristesse et de péché. Le monde a été nettoyé par le Déluge et ce fut un grand courage pour Noé de repartir de rien. Il ne savait pas où il était, il était seul avec sa famille proche et la terre était vide de toute population humaine. (…)

Il le fera aussi pour notre monde matérialiste et dépravé. Beaucoup sont encore pieux mais leur religion a été corrompue. Cette belle religion catholique a été assaillie par le démon du libéralisme, qui est permissif et aboutit à une tolérance sans limite.

Le rôle de la Sainte Église catholique est d’enseigner et de se propager, non de se mettre au même rang que les autres.

Cet esprit a encouragé le dialogue entre les religions séparées ou fausses. Le rôle de la Sainte Église catholique est d’enseigner et de se propager, non de se mettre au même rang que les autres. Notre Seigneur Jésus-Christ a enseigné et Il a fondé Son Église pour qu’elle continue cette mission et pour que les convertis puissent avoir part à la vie éternelle.

Quand un homme ne connaît pas Jésus-Christ, dit l’évangile, il ne peut avoir de part avec Lui. « Nul ne va au Père que par Moi » (Jn 14, 6). L’Église a donc un rôle absolu, celui de prêcher, d’enseigner, de baptiser et de fortifier les âmes par les sacrements. Tel est son rôle, non de dialoguer ou de partager ses biens matériels avec des non-croyants hostiles ou incrédules. La Sainte Eglise est l’épouse de Jésus-Christ or quel est le rôle d’une épouse : accueillir des enfants dans son foyer, les élever et les préparer à la vie d’adultes. L’époux, Notre Seigneur Jésus-Christ, Lui, donne Ses grâces afin qu’elle reste dans la vérité et qu’elle soit fertile. Ses enfants, baptisés, sont destinés à la vie éternelle ; elle doit donc veiller sur eux, les enseigner, les diriger dans leur vie quotidienne sur tous les fronts : par ses directives doctrinales et morales, et tout ce qui fait leur vie l’intéresse.

Le prêtre devrait être un bon conseiller et, pour l’être, il doit avoir une vie offerte à Dieu dans la prière et la vérité. Le prêtre n’est pas seulement un bon conseiller, il est le représentant de Jésus-Christ sur la terre et, en tant que tel, il doit tendre particulièrement à la sainteté.

Les dons naturels

Soeur Beghe – Lundi 14 juin 2021

Les prêtres, Mes serviteurs, sont Mes premiers coopérateurs et, en tant que tels, ils devraient être irréprochables. Ils devraient être instruits tant dans leur accession à la prêtrise qu’après, car pour eux l’étude de la bonne doctrine et du salut des âmes est une priorité. Le prêtre ne peut travailler pour lui-même, il travaille pour le Seigneur et seul son apostolat devrait lui être cher. S’il a des dons personnels, si ceux-ci sont avantageux pour son apostolat, il peut s’en servir pour mieux gagner les âmes à Dieu. Mais il doit les oublier si ceux-ci ne lui apportent pas d’âmes à convertir ou à diriger vers Dieu.

Les dons naturels sont des cadeaux de l’ordre naturel or le sacrement de l’Ordre est comme un cadeau spirituel qui dépasse l’ordre naturel et le supplante. Si un prêtre a le don de la parole, il l’exercera dans ses prêches et dans toutes les occasions qu’il aura d’enseigner. Si le prêtre est doué pour la musique, il sera capable de faire louer Dieu par le chant ou par la variété des belles compositions religieuses, etc… Le prêtre est l’homme de Dieu et son unique préoccupation sera d’amener à Son Maître le plus grand nombre d’âmes possible.

Remplir les églises

Quand une église n’a que quelques paroissiens à l’église le dimanche, le prêtre s’en soucie-t-il ? Si oui, son église se remplira parce qu’il prendra tous les moyens qu’il peut pour que l’église se remplisse de bons et fervents fidèles. Et le Seigneur Dieu écoutera ses prières, Il y répondra. Si le prêtre est fervent, ses paroissiens le seront aussi ; si le prêtre est négligent, il ne sèmera ni ne récoltera. C’est ainsi que le saint curé d’Ars transforma sa petite paroisse d’Ars en un centre qui verra des foules nombreuses affluer vers elle. C’est le chef qui donne le ton, or le chef d’une paroisse, c’est son curé. Il faut que le curé soit saint, qu’il prêche la bonne doctrine et qu’il soit préoccupé du zèle de ses ouailles.

Il en va de même pour les évêques qui sont les pères de leurs prêtres. Ils doivent bien les connaître, les encourager, les conseiller et les aimer. Ils doivent prendre soin de leurs préoccupations et être connus eux aussi des fidèles. Les visites épiscopales doivent être pour les fidèles et pour leurs prêtres un grand moment d’unité et de sincère reconnaissance. Si l’évêque est distant et trop souvent éloigné du peuple de Dieu, il connaîtra mal son diocèse et sera absent, pris par les tâches administratives. Le bon évêque s’inquiète de ses prêtres, les encourage et demeure accessible. Il redresse les torts, il rétablit la droiture et se comporte autant que possible à l’image de l’apôtre Paul.

Quand un évêque est saint, ses prêtres le seront et le grand nombre des fidèles seront saints ou tout au moins fervents.

« Vous reconnaîtrez l’arbre à ses fruits », ai-Je dit au cours de Ma vie terrestre et cette parole se retrouve en Mt 7, 15-20. Je leur ai dit : « Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis mais au-dedans sont des loups rapaces. C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez ». Saint Pierre, en sa 2e épître, chapitre 2, parle aussi des faux docteurs, des leçons du passé et du châtiment à venir.

Ne pas faire confiance aux faux docteurs

Soeur Beghe – Mardi 15 juin 2021

(…) C’est pourquoi, Mes chers Enfants, Je vous recommande de ne pas faire confiance aux faux docteurs qui se cachent sous des manteaux de brebis.
S’ils vous prêchent la facilité, ne les croyez pas,
s’ils parlent sans redresser les torts, ne les croyez pas,
s’ils vous donnent l’impression que le monde est bon, beau et qu’il suffit d’aimer, ne les croyez pas.
Notre Seigneur a dit l’opposé (Jn 17, 14-18) : les chrétiens convaincus sont dans le monde mais ils ne sont pas du monde, le prêtre est leur guide et il doit se comporter comme tel, c’est-à-dire ne pas les emmener sur des chemins qui ne conduisent pas au Ciel.

l’Église rencontrera une très grande épreuve : cette épreuve est pour les temps actuels

C’est aujourd’hui l’heure des loups mais de nombreux fidèles ne s’en rendent pas compte. Et Moi, Jésus-Christ, votre Seigneur, Je viens vous aider à les reconnaître. Comparez Mes Paroles, celles de l’Évangile, à celles de vos prêtres et de vos évêques ; si elles diffèrent, n’ayez pas peur, Je suis auprès de vous et Je vous conduis vers de verts pâturages.  
Soyez attentifs, lisez surtout les évangiles, les épîtres et l’Apocalypse, et vous saurez que l’Église rencontrera une très grande épreuve : cette épreuve est pour les temps actuels. Je vous ai avertis et Je vous en avertis encore parce que Je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin des siècles.

Que Dieu soit béni pour Sa si grande miséricorde, qu’Il soit adoré, aimé et chéri plus que tout être créé.

Les prêtres ont aussi le pouvoir de guérir en mon nom, s’ils le désirent

Message de Jésus au Père Doucette (Canada) – Mardi 12 juillet 2011

Puisse ma paix régner dans ton cœur, mon frère Melvin, et dans les cœurs de tous mes frères et de toutes mes sœurs vivant dans le monde. Je suis le dispensateur d’une grande paix.
Aujourd’hui encore le passage de la Bible montre la grande puissance de guérison que je possède. En guérissant cet homme qui était paralysé, j’ai enseigné aux gens une grande vérité : Dieu seul peut pardonner les péchés.

J’ai montré aux gens que je suis le Fils de Dieu en pardonnant à cet homme ses péchés. J’ai prouvé ce que je disais en lui redonnant totalement la santé. L’homme se leva simplement, prit sa civière et rentra chez lui en dansant. Vous pouvez constater que j’ai le pouvoir de guérir l’âme et le corps.

J’ai donné ce pouvoir à mes prêtres, et ils ont tous le pouvoir de pardonner les péchés dans le sacrement de pénitence. Allez donc recevoir ce sacrement de ma miséricorde.
Les prêtres ont aussi le pouvoir de guérir en mon nom, s’ils le désirent. Je les ai envoyés parmi vous pour vous enseigner la vérité, pour vous donner les sacrements et surtout pour célébrer l’Eucharistie.

Venez à moi dans le silence de votre cœur et obtenez à l’autel toute guérison demandée

Message donné à Jennifer (USA) le 2 juin 2010.

Mes fils choisis, Je viens à vous en ce jour avec une grande faveur à vous faire : vous serez Mes témoins en un sens beaucoup plus fort aujourd’hui que jamais auparavant dans l’histoire de Mon Église. Vous assistez à des temps où les persécutions sont sur vous, en train de vous entourer, et d’éprouver vos vocations.

Levez-vous, Mes fils, et ne défaillez pas devant la méchanceté de Satan qui a infiltré Mon Église. Vous détenez les clés, Mes fils, pour prier pour vos brebis d’une manière plus puissante – pour invoquer la protection de Saint Michel et prier Ma Mère pour Son intercession, elle qui garde tous Mes prêtres près de son Cœur Immaculé.

Venez à moi dans le silence de votre cœur et obtenez à l’autel toute guérison demandée, car Je vous dis que la grande fontaine de Ma Miséricorde coule aujourd’hui plus que jamais auparavant. Vous vous tenez devant le monde comme Mes représentants, vous êtes assis dans le confessionnal comme Mes représentants, et vos mains sont consacrées pour être les instruments qui apportent Mon Corps et Mon Sang à ceux qui cherchent le Royaume des Cieux.

Venez à Moi, Mes fils – tenez-vous debout devant le monde et présentez-vous aux hommes comme il vous a été commandé de le faire. Maintenant, allez de l’avant, car Je suis Jésus, et soyez en paix, car Ma miséricorde et Ma justice prévaudront.

Les successeurs des apôtres sont les évêques et les prêtres de l’Église. Tous ont le pouvoir de guérison que j’ai donné aux apôtres, mais beaucoup ne s’en servent pas

Message de Jésus au Père Doucette (Canada) Mardi 9 juin 2009

Ces chapitres des Actes des apôtres nous présentent des hommes remplis de l’Esprit Saint, agissant sans crainte et guérissant toutes sortes de gens. En voyant leur travail admirable, les gens se joignaient à eux en grand nombre et devenaient membres de l’Église. Les apôtres étaient tenus en haute estime pour tout le bien qu’ils faisaient.

Les successeurs des apôtres sont les évêques et les prêtres de l’Église. Tous ont le pouvoir de guérison que j’ai donné aux apôtres, mais beaucoup ne s’en servent pas. Ce grand don montre que je suis vivant parmi vous comme autrefois. Certains utilisent ce pouvoir et il est merveilleux de voir à quel point le peuple les aime.

Avec la Nouvelle Pentecôte, je désire que de plus en plus de dirigeants de l’Église commencent à guérir les malades et à chasser les esprits mauvais qui tourmentent les gens. Ainsi ils me ressembleront davantage, moi qui accomplissais constamment ce genre de signes. (…)