Le sacrement des malades

Cela signifie que le sacrement des malades est réalisable pour tous, à tout âge et au moment où vous êtes confrontés à la maladie.

Message du Ciel – Jean messager de la lumière – 22 octobre 2012

Bien chers frères et sœurs.
Par votre naissance, vous avez acquis le don merveilleux de l’humanité et ainsi vous passez un temps sur terre avant de rejoindre l’Éternité qui est votre vraie demeure. En progressant dans le temps, vous ressentez des périodes de bonheur, mais également vous subissez des épreuves. Ces épreuves sont d’ordre physique, morales et même spirituelles. En avançant dans l’âge, par votre propre expérience et avec l’aide de votre parenté, de vos amis ou encore mieux de prêtres, vous arrivez à dominer et à relativiser vos épreuves temporelles.

A partir d’un certain âge et quel que soit votre état de santé, il est certain que vos forcent diminuent. La maladie peut s’accaparer de vous, vous risquez d’être incompris du fait de vos réactions dues à l’âge, et même trahis dans certains cas. Et dans tout cela, sans compter vos souffrances intimes que vous ne confiez à personne si ce n’est qu’à votre directeur spirituel.

Souvent, la société considère la personne malade, handicapée, ou le vieillard comme une personne non rentable. Par contre par le Sacrement des malades le Seigneur les reconnaît comme membres à part entière de la communauté chrétienne participant à Sa mission.

Dans votre monde actuel, au nom d’un soi disant droit à la vie ou bien du droit à la mort, des courants de pensées consécutifs aux prises de position de scientifiques ou philosophes sont en entière contradiction avec l’Evangile. Un sacrement est un signe et un moyen de salut pour l’homme tout entier. C’est que Dieu vient lui-même, par Jésus Christ pour soulager le malade et lui donner sa force. Le Seigneur Jésus lui-même dans l’Evangile fait ainsi : il guérit les malades et chasse les esprits mauvais. Dans le monde d’aujourd’hui, l’Église qui est le corps du Christ continue les mêmes actions que Jésus.

Ce sacrement est le signe de toute la tendresse de Dieu pour la personne qui souffre. Elle se trouve réconfortée, et dans la paix et le courage elle sera en mesure de supporter chrétiennement les souffrances de la maladie ou de la vieillesse, tout comme le rétablissement de la santé et la préparation au passage dans la vie éternelle.

Que de fois, des personnes que vous connaissez ou que vous avez rencontrées disparaissent. Avez-vous eu le souci de savoir ce qui leur est arrivé ? C’est une question de solidarité, de charité fraternelle, de lutter contre l’individualisme et l’indifférence. C’est être le témoin et le porteur de l’amour du Christ pour vos frères.

Dans le sacrement des malades, l’Église se manifeste comme corps du Christ-Jésus. Cela signifie que le sacrement des malades est réalisable pour tous, à tout âge et au moment où vous êtes confrontés à la maladie.

Avec toute votre famille du Ciel, sous la lumière du Père éternel et tout l’amour du Seigneur Jésus et de la Sainte Vierge Marie, je vous bénis, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Jean, votre messager d’Espérance »


Ce sacrement est un don puissamment efficace de l’Esprit Saint qui favorise la guérison de la personne ou la prépare à son ultime voyage

Enseignement de Jésus à Joseph X transmis par le Père Melvin Doucette (Canada) – Vendredi 2 juillet 2010

Quelqu’un parmi vous est-il dans la souffrance? Qu’il prie. Quelqu’un est-il heureux? Qu’il chante des louanges. L’un de vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Église; ceux-ci prieront pour lui et verseront quelques gouttes d’huile sur sa tête au nom du Seigneur. Une telle prière, faite avec foi, sauvera le malade : le Seigneur le remettra debout, et les péchés qu’il a commis lui seront pardonnés (Jacques 5.13-15).

Vous trouverez ci-après le message que notre Seigneur et Rédempteur a donné à Joseph Melvin. Jésus lui a dit les paroles suivantes :

« L’un des sept sacrements que j’ai institués est l’onction des malades. Lorsqu’une personne est malade, vous devez inviter les anciens, qu’on appelle aujourd’hui les prêtres, à venir prier et verser de l’huile bénie pour favoriser son rétablissement ou la préparer à entrer au ciel. Si la personne a commis une faute, elle recevra le pardon. C’est saint Jacques, mon apôtre, qui a parlé de ce sacrement dans sa lettre.

« Il est très important que tous ceux qui croient en moi reçoivent cette onction d’un prêtre, comme le précise mon Église. La personne qui reçoit ce sacrement bénéficient de grandes grâces; certaines sont guéries, tandis que d’autres peuvent bien se préparer à venir nous rejoindre au ciel. N’attendez pas trop longtemps avant de demander le prêtre quand vous constatez qu’une personne est sérieusement malade.

Il n’est pas nécessaire d’attendre qu’elle soit sur le point de mourir.

Ce sacrement est un don puissamment efficace de l’Esprit Saint qui favorise la guérison de la personne ou la prépare à son ultime voyage. Il est bon pour le malade à qui l’on administre ce sacrement de recevoir l’Eucharistie. Il pourra ainsi être prêt à faire son entrée dans la céleste demeure. »