Le Paradis : par Jean, Messager de la lumière

La vie éternelle est l’ensemble de toutes les fascinations de l’univers

Message du Ciel – Jean, messager de la lumière – Livre Tome 4 : Le temps presse, rallumez vos lampes – Page 66 : La vie éternelle – Message du 10 juillet 2004

Chacun de vous cherche à savoir comment est réalisée la vie éternelle dans l’au-delà.

En premier lieu, il vous appartient de bien assimiler le but de votre présence sur terre et surtout les raisons profondes de vos souffrances, pour concevoir ce que le Seigneur attend de vous.

Si vous pouviez comprendre et imaginer l’infinie Lumière d’Amour, la sérénité et les extases qui vous attendent dans la Jérusalem céleste, votre comportement actuel changerait entièrement et peut-être auriez-vous même tendance à négliger les choses de la terre !

Au-delà de cette allégresse, de ces fêtes radieuses et de la mission spécifique qui attend chacun de vous, votre esprit ne saura plus envisager d’autre triomphe ou d’autre splendeur que la présence de Dieu. Cette réalité, car c’est bien une réalité, franchira les limites de votre entendement et dépassera toutes les forces et toute la capacité de votre nature humaine…

La vie éternelle est l’ensemble de toutes les fascinations de l’univers, de toutes les beautés imagées et décrites dans les Livres saints ; ce sont également les plus belles fleurs de la création, des parfums si subtils, bien au-delà de ceux que vous humez, d’admirables prairies dans lesquelles coulent des eaux fraîches et limpides.

Le Ciel c’est cela en effet ; mais c’est tellement, oui tellement plus beau encore ! Quand vous vous représentez la ronde des élus du Ciel, vêtus de gloire divine, le Ciel est encore mieux et bien au-delà de ce que vous pouvez imaginer.

Sur terre, vous vous nourrissez d’espérances parfois trompeuses, mais au Ciel, ce seront d’incessants ravissements, des émois élevés au-delà de toute mesure, de tout exemple et de toute expression, oui c’est bien cela. En définitive, par rapport aux biens que Dieu vous prépare et qui excèdent tout ce que vos sens peuvent percevoir, vous n’avez rien vu ni entendu d’analogue, ni même d’approchant …

– Vous n’avez jamais vu la lumière inaccessible de Dieu baignant d’amour.
– Jamais votre oreille n’a entendu les infinies symphonies, ni votre cœur goûté cette paix inimaginable.
– Il y a des parfums que le souffle de l’air ne dissipe pas, des saveurs qui ne décroissent pas, des biens et des douceurs que ne suivent aucun dégoût, ni aucune satiété…
– Et c’est là que Dieu est contemplé sans interruption !

Il est connu sans erreur d’esprit, loué sans lassitude. De son Royaume Il en a fait l’objet exclusif de ses pensées qu’il rapporte à cette création qui est l’universalité de ses œuvres.

Au vu de tout cela, votre intérêt est de faire de sérieux efforts pour avoir directement accès à ces merveilles. La foi vous enseigne que, pour opérer la plus petite œuvre méritoire, le secours divin de la grâce est indispensable à l’homme… Il peut s’agir d’un signe de croix, d’une invocation du Nom de Jésus, d’une prière fervente vers la vie du Ciel, mais surtout de l’eucharistie et être exemplaire en diffusant la Bonne Nouvelle.

Dieu, pour « construire » la Jérusalem céleste, étendit tous les trésors de sa sagesse.

A cet effet, comme architecte, Il choisit son propre Fils. C’est de ses propres mains qu’il travailla à cette œuvre sublime. Rien de souillé ne peut entrer dans le sanctuaire de toutes les justices, ce qui signifie une purification préalable appelée purgatoire. Tout amour et tout motif terrestre demeurent au Ciel, comme demeure aujourd’hui tout l’amour entre Marie, Joseph et Jésus.

Au Ciel, la femme aimera encore plus son mari ou la mère son enfant. C’est dans une vision béatifique que le cœur de chacun de vous s’ouvrira à l’infini. Ainsi l’amour qui unit chacun sera plus grand que le plus beau des mariages terrestres. En réalité, vous serez mariés avec tous, chacun étant aimé pour lui-même en Dieu.

Rassurez-vous, au lieu de détruire l’amour de la terre, l’amour divin le transfigure dans des proportions infinies et inimaginables à votre esprit. Dans cette unité parfaite, l’Église du Ciel est une véritable Communion des Saints …..

Jean, messager d’Espérance

Les paysages sont sublimes et d’une magnificence indescriptible… Vous pénètrent également des parfums grisants, capiteux, exaltants qui conviennent parfaitement à votre personnalité.

Message du Ciel – Jean, messager de la lumière – Livre Tome 4 : Le temps presse, rallumez vos lampes – Page 64 : La Jérusalem céleste – Message du 25 janvier 2004

L’Apocalypse 21,2-3 : Et je vis la Cité sainte, Jérusalem nouvelle, qui descendait du Ciel, de chez Dieu ; elle s’est faite belle, comme une jeune mariée parée pour son époux. J’entendis alors une voix clamer, du trône : «Voici la demeure de Dieu avec les hommes. Il aura sa demeure avec eux…»

Il est tout à fait impossible de décrire les chefs-d’œuvre de la Cité de Dieu. Aucune language ne peut l’exprimer, car ces merveilles dépassent les conceptions de l’entendement humain.

Sur terre, vous demeurez dans une vallée de ténèbres et de larmes, réduits à imaginer ce qu’il y a après la mort et ce que vous allez trouver au Ciel. Et même si votre imagination est débordante, vous serez bien loin de la réalité.

Dans les Livres saints, vous y trouverez décrite la Jérusalem céleste dans des représentations fort imprécises. Toutefois, la grâce divine viendra en aide à votre intelligence et vous convaincra de mettre dans votre cœur l’espérance de l’éternelle Patrie.

Les paysages sont sublimes et d’une magnificence indescriptible… Vous pénètrent également des parfums grisants, capiteux, exaltants qui conviennent parfaitement à votre personnalité. Aucune voix humaine, aucun instrument de musique ne parviendront jamais à émettre toute l’ampleur des chants et des mélodies dont retentit l’inexprimable Jérusalem céleste…

La terre n’étant qu’un bien court passage, votre seul objectif est d’agir le mieux possible pour être en mesure, au moment venu, de rejoindre vos parents et amis qui sont passés de l’autre côté de la rive. Un jour, après une purification, vous vous retrouverez au paradis, où les maux n’existent plus et où vous goûterez la multitude et l’abondance de tous les biens.

La lumière de l’incommensurable Amour du Père Eternel transformera vos jugements. Vous considérerez alors comme un bien la pauvreté, les maladies, l’obscurité de votre condition, et comme un mal les décorations, les richesses, les titres, les faveurs et les louanges du monde.

Sur terre, n’ayez aucune crainte d’affronter les plus rudes travaux et les plus redoutables périls, tout comme une extrême peine, car, au Ciel, vous surabonderez de joie. Tout vous y sera compté au centuple, et ce n’est là qu’une bien pâle image !

C’était la pensée du Ciel qui allumait chez de fervents chrétiens la sainte soif du martyre en les rendant indifférents aux honneurs et aux commodités de la vie. Relisez et méditez la vie des saints martyrs.

Au Ciel, notre intelligence est pleinement satisfaite. Nous connaissons toutes les merveilles et tous les secrets de la création, c’est-à-dire tous les mystères de la nature que, pour le moment, vous ne pouvez comprendre.

Le Ciel est le repos de la volonté des hommes et l’apaisement de tous les désirs de leurs cœurs. Jésus et Marie sont tellement présents, nous inondant de tendresse… Nous nous voyons, nous nous comprenons et nous nous connaissons.

Nos cœurs sont passionnés par la beauté et les qualités remarquables des élus. Nous sommes attirés vers nos parents et nos amis par leur compréhension et les bienfaits que nous en avons reçus. L’amour des saints, qui participent activement à la mise en œuvre de ces messages, s’entretient par la conversation et l’échange mutuel des sentiments et des pensées.

La compétition et l’envie sont exclues et tous les biens sont communs.

Dans le Ciel, les joies sont durables et le bonheur dispensé non pas goutte à goutte, mais en surabondance. Sur terre, Jésus ne donnait-il pas tout en surabondance ? Le Ciel n’a rien à voir avec l’intelligence humaine : il est le repos de l’intelligence divine, l’idéal et le chef-d’œuvre de Dieu, maître de tout.

Dieu, par sa puissance, crée le néant et, par la vertu d’une parole, peut faire éclore instantanément mille beautés que vous ne pouvez soupçonner et mille mondes auprès desquels la terre et le cosmos ne sont absolument rien.

Le Ciel est l’idéal de Dieu, le repos de son intelligence, il est également votre bonheur éternel !

Jean, messager de la Lumière

« Que la Joie éternelle soit ta demeure à tout jamais ! »

Message du Ciel – Jean, messager de la lumière – Livre Tome 4 : Le temps presse, rallumez vos lampes – Page 82 : Une âme au paradis – Message du 23.09.2003

L’Apocalypse 22,14 : Heureux ceux qui lavent leurs robes ; ils pourront disposer de l’arbre de Vie, et pénétrer dans la Cité, par les portes.

A un aveugle de naissance, vous ne pourrez jamais décrire les couleurs. Comment pourrait-il vous comprendre ?

Comment allez- vous expliquer ce qu’est la joie du Ciel à celui qui n’a aucune expérience de la jubilation chrétienne et qui ne s’est jamais émerveillé de cette possibilité de vivre dans l’intimité de Dieu ?

Le Ciel n’étant pas un lieu mais un état, il leur est difficile, d’ailleurs comme à vous, de pouvoir imaginer cette merveilleuse réalité du paradis.

Et pourtant, à partir de votre expérience chrétienne, vous devriez être à même de deviner le bonheur qui sera le vôtre d’ici peu de temps — car une vie humaine, comme vous pouvez le constater, passe très vite !

Vous savez que sur terre vous êtes déjà avec le Bon Dieu … Et si vous pouviez deviner les incomparables harmonies du Ciel, vous vivriez dans l’allégresse, en pressentant ce que Dieu vous réserve. Il vous aime tant d’un amour infini ! Au Ciel, vous verrez à quel point vous serez toujours entourés de toute part par cette tendresse sans mesure, quand le Seigneur vous dira : « Entre, mon enfant, dans la joie de ton Maître, que la Joie éternelle soit ta demeure à tout jamais ! »

Et son infini amour vous envahira….

La joie du Ciel est comparable à un coup de foudre permanent dans lequel vous tomberez en extase devant le visage de Dieu.

Dans son regard, vous découvrirez toute la patience avec laquelle Il a supporté vos péchés, vos incertitudes, vos doutes et tout le temps que vous avez mis pour l’accepter… Vous comprendrez alors toute la série de procédés qu’Il dut employer pour vous ramener à Lui.

Oui, vous verrez le Christ Jésus et vous Le verrez dans une splendeur incomparable, accompagné de sa douce et merveilleuse Maman, la Sainte Vierge Marie, de Saint Joseph, mais également des prophètes et de tous les saints.

Tout cela, vous le verrez après une purification qui aura été nécessaire.

Oui, vous aurez cette infinie joie de voir Jésus vous apparaître dans une beauté et une majesté inégalable ; même l’image de Jésus miséricordieux est une bien pâle copie !

Vous aurez également l’immense joie de vous trouver au milieu d’une multitude de corps glorifiés. Dans la Jérusalem céleste, vous y serez pleinement reconnus, vous n’y souffrirez d’aucun malentendu, vous n’y rencontrerez aucun regard de mépris ou d’indifférence.

Une infinité de sourires se poseront sur vous, comme de douces caresses, et vous n’aurez à contempler que des visages radieux. Ce sera la Cité Glorieuse pleine de frères et de sœurs vivant dans un amour infini !

Vous comprendrez alors tout ce que vous avez omis de faire en bien sur terre, les gestes d’amour que vous avez négligés et vous regretterez de ne pas avoir été souvent à la hauteur de votre spiritualité.

Sachez que rien n’a été perdu, car Dieu a tenu compte de tous les sourires que vous Lui avez offerts dans vos épreuves et de ce que vous avez fait de bon d’une manière ou d’une autre. En particulier, toutes vos actions et offrandes de messes et de prières qui ont libéré tant d’âmes du purgatoire !

Vous aurez ce ravissement de voir le Seigneur Jésus attirer à Lui tous ceux qui participeront avec vous à la grande liturgie du Ciel. Jésus, accompagné de sa merveilleuse et sublime Maman, vous saisira et, entouré de tous les saints et de l’armée des anges, Il vous emportera avec Lui et en Lui vers le Père, et cela dans une musique et un élan orchestré par l’Esprit Saint …

Nous ne pouvons vous oublier, vous qui êtes encore sur terre ! Notre objectif est de faire, de notre Ciel, le bien sur terre comme le disait mon amie Sainte Thérèse.

La mort n’est pas la fin de vos activités, mais bien au contraire, elle est l’accomplissement intégral du plan de notre Père Éternel.

Par les messages des frères du Ciel, vous avez bien compris que la mort ne nous sépare pas, mais vous rapproche dans un pur amour, c’est cela la Communion des Saints !

Jean, messager d’Espérance

Chacun crée son propre environnement, c’est une loi naturelle sur terre comme au ciel

Message du Ciel – Jean, messager de la lumière – Livre (1er tome), Jean messager de la lumière. Page 44. La vraie vie au ciel.

« Nous, du ciel, nous sommes toujours là pour vous aider, vous diriger et surtout vous aimer. Plus vous progresserez dans la spiritualité et plus facilement vous franchirez les obstacles que les mauvais esprits placent sur votre route.

Chacun crée son propre environnement, c’est une loi naturelle sur terre comme au ciel. Certains ne croient en rien, donc ne croient qu’au néant, les hommes sont ainsi. Dans votre monde, souvent les images du mal dominent dans les consciences. Ces mauvaises pensées n’ont en réalité qu’une vie éphémère que les hommes ont le pouvoir d’anéantir à la seule condition de penser à Dieu.

Au Ciel nous sommes dans la vraie vie, c’est la réalisation des désirs les plus fous d’amour, de tendresse, de beauté et de bien d’autres sentiments que vous n’avez pu connaître sur terre. Pour le comprendre, il faut y être, aucun mot ne peut expliquer cela…

Sachez que sur terre tous les êtres poursuivent un chemin de purification et, suivant leur comportement, ils le continueront dans l’au-delà. Cela concerne tous les hommes de n’importe quelle religion qu’ils soient. Ce n’est pas une loi rigoureuse contre les hommes, mais c’est une nécessité pour qu’ils se présentent propres devant leur Créateur.

Pour franchir la porte si étroite du Ciel, les hommes ont trop de bagages, ces bagages sont orgueil, matérialisme et bien d’autres travers. La communication avec Dieu doit s’établir dans l’humilité et dans l’acceptation de la souffrance, c’est alors que la prière prend une importance capitale. Cette prière doit être une supplication et c’est alors que l’homme sera comblé.

Dieu supplie de demander, c’est dans la prière qu’on lui fait la charité, car la chose, la seule que vous pouvez lui donner, c’est votre besoin, votre supplication et en particulier votre indigence.

Oui, vous devez prier sans cesse, plus vous prierez avec le cœur, moins vous vous lasserez, il faut toujours persévérer. Vous serez inexcusables en prétextant le manque de temps, la fatigue, la maladie et en particulier la difficulté de prier. Il est nécessaire que les hommes fassent des efforts et la prière les sortira de leur pétrin. Autour de vous, beaucoup de personnes, tant hommes que femmes, sont concernées par cet enseignement.

En priant, ils se débarrasseront de toute leur crasse.

Dans le Royaume des cieux, personne n’est maître et nul ne doit dominer car nous sommes tous frères et sœurs

Message du Ciel – Jean, messager de la lumière – 10 juillet 2013

(…) et qui d’entre vous ne s’est jamais réjoui de voir condamner les erreurs des autres? De plus, l’anticléricalisme qui sommeille au cœur de certaines personnes se réveille et se manifeste de plus en plus ainsi vous assistez à des actions de plus en plus intolérables dont les enfants sont la cible.

Il y a une expression qui est parfois utilisée pour dire combien vous pouvez faire confiance à quelqu’un, en disant : « Je te suivrais, les yeux fermés. » Parce que précisément vous pensez que l’ami fidèle ne peut vous tromper, qu’il ne peut vous entraîner dans des impasses. Il s’agit pour chacun de vous et dans toute la mesure de votre possible d’être et de rester des hommes de parole.

Dans le Royaume des cieux, personne n’est maître et nul ne doit dominer car nous sommes tous frères et sœurs. Aucun père n’est père, personne n’enfante les autres : tous vous êtes enfants de Dieu. Aucun n’est docteur et personne n’enseigne : tous vous êtes enseignés par le même Esprit. Ainsi la hiérarchie du Royaume ne repose ni sur la science, ni sur la compétence et ni sur la domination mais sur l’Amour…

Je vous dis tout cela pour que vous ne craigniez pas de vous ennuyer au Ciel

Message du Ciel – Jean, messager de la lumière – 2 septembre 2012

« Bien chers frères et sœurs,

En tant qu’être vivant vous avez un corps de chair, qui avec le temps s’altère et meurt. Il en est ainsi pour toute la Création. Un fait est certain, tous les hommes rejoignent l’Au-delà, chacun à leur tour. Ils pensent que c’est pour bien plus tard et cette pensée les rassurent. Mais quand vous quitterez ce monde, après cette vie vous en avez une autre, si magnifique et extraordinaire, que vos sens ne peuvent imaginer.

Prenez un livre, considérez que la préface représente votre vie actuelle sur terre et que la totalité des textes évoque l’éternité. Donc pour vous, il est encore temps de vous préparer à cette éternité en brisant tout ce qui est orgueil, avarice, impureté, envie, colère, gourmandise et de cette paresse qui vous maintient et même vous enfonce dans le péché .

Quand vous paraîtrez devant le Seigneur Dieu, vous entrerez dans Son intimité, dans Son Amour, vous confesserez votre vie, tout le temps perdu et vous aurez l’infini regret de ne pas avoir toujours apporté l’espérance et le bonheur à votre prochain. Vous en serez dédommagés par le feu d’un amour purificateur, car vous ne sauriez refuser le Purgatoire pour entrer pleinement dans l’amour de Dieu.

Entre l’éternité et votre vie présente aucune comparaison n’est vraiment possible. Contrairement à l’éternité, dans votre vie actuelle, à côté des joies vous subissez également des souffrances, par contre dans l’Au-delà, ce sera un bonheur sublime toujours renouvelé, mais après un temps de purification nécessaire.

Quand vous retrouvez une personne que vous aimez, quelle joie ! Et bien cette personne que vous aimez est bien le Seigneur Dieu. A cet effet, il est fort logique que vous fassiez des efforts en vivant le plus possible en sa compagnie et cela, par des prières, par la sainte Eucharistie et par un bon et exemplaire comportement vis-a- vis d’autrui.

Dans la vie éternelle, vous n’épousez pas et vous ne serez pas épousé, l’amour exclusif laisse place à un autre amour. Dans ce pur amour vous vous réjouirez de la beauté des êtres. Leur amour mutuel est plus grand que le plus intense des amours de la terre.

Toute la dimension de la possession laissera la place à la contemplation. Je vous dis tout cela pour que vous ne craigniez pas de vous ennuyer au Ciel, et aussi, pour qu’à travers ce que vous vivez aujourd’hui, vous appreniez à aimer d’une façon vraiment éternelle. Autant commencer dès à présent, c’est plus prometteur.

Méditez le grand Commandement que le Seigneur Jésus vous donne : « Aimer Dieu de tout son cœur et son prochain comme soi-même. » Comprenez que le bonheur du Ciel sera un profond et insondable bonheur, le bonheur d’aimer et d’être aimé très intensément. Sur terre, il vous semble que le sommet de l’amour est l’union de l’homme et de la femme, ce qui vous donne la grâce d’avoir des enfants, mais au Paradis, vous ne vous mariez pas car vous serez comparables aux Anges dans les Cieux.

Avec toute votre famille de Ciel, sous la lumière du Père éternel et tout l’amour du Seigneur Jésus et de la Sainte Vierge Marie, je vous béni, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Jean, votre messager d’Espérance

Cette réalité, car c’est bien une réalité, franchira les limites de votre entendement et dépassera toutes les forces et toute la capacité de votre nature humaine.

Message du Ciel – Jean, messager de la lumière – 3 – La vie éternelle (10.07.04)

Evangile selon saint Jean 4,36: Déjà le moissonneur reçoit son salaire et récolte du fruit pour la vie éternelle, en sorte que le semeur se réjouit avec le moissonneur.

Chacun de vous cherche à savoir comment est réalisée la vie éternelle dans l’au-delà. En premier lieu, il vous appartient de bien assimiler le but de votre présence sur terre et surtout les raisons profondes de vos souffrances, pour concevoir ce que le Seigneur attend de vous.

Si vous pouviez comprendre et imaginer l’infinie Lumière d’Amour, la sérénité et les extases qui vous attendent dans la Jérusalem céleste, votre comportement actuel changerait entièrement et peut-être auriez-vous même tendance à négliger les choses de la terre.

Au-delà de cette allégresse, de ces fêtes radieuses et de la mission spécifique qui attend chacun de vous, votre esprit ne saura plus envisager d’autre triomphe ou d’autre splendeur que la présence de Dieu. Cette réalité, car c’est bien une réalité, franchira les limites de votre entendement et dépassera toutes les forces et toute la capacité de votre nature humaine.

La vie éternelle est l’ensemble de toutes les fascinations de l’univers, de toutes les beautés imagées et décrites dans les Livres saints; ce sont également les plus belles fleurs de la création, des parfums si subtils, bien au-delà de ceux que vous humez, d’admirables prairies dans lesquelles coulent des eaux fraîches et limpides. Le Ciel c’est cela en effet; mais c’est tellement, oui tellement plus beau encore.

Quand vous vous représentez la ronde des élus du Ciel, vêtus de gloire divine, le Ciel est encore mieux et bien au-delà de ce que vous pouvez imaginer.

Sur terre, vous vous nourrissez d’espérances parfois trompeuses, mais au Ciel, ce seront d’incessants ravissements, des émois élevés au-delà de toute mesure, de tout exemple et de toute expression, oui c’est bien cela.

En définitive, par rapport aux biens que Dieu vous prépare et qui excèdent tout ce que vos sens peuvent percevoir, vous n’avez rien vu ni entendu d’analogue, ni même d’approchant. Vous n’avez jamais vu la lumière inaccessible de Dieu baignant d’amour. Jamais votre oreille n’a entendu les infinies symphonies, ni votre cœur goûté cette paix inimaginable. Il y a des parfums que le souffle de l’air ne dissipe pas, des saveurs qui ne décroissent pas, des biens et des douceurs que ne suivent aucun dégoût, ni aucune satiété.

Et c’est là que Dieu est contemplé sans interruption. Il est connu sans erreur d’esprit, loué sans lassitude. De son Royaume Il en a fait l’objet exclusif de ses pensées qu’Il rapporte à cette création qui est l’universalité de ses œuvres. Au vu de tout cela, votre intérêt est de faire de sérieux efforts pour avoir directement accès à ces merveilles. La foi vous enseigne que, pour opérer la plus petite œuvre méritoire, le secours divin de la grâce est indispensable à l’homme. Il peut s’agir d’un signe de croix, d’une invocation du Nom de Jésus, d’une prière fervente vers la vie du Ciel, mais surtout de l’eucharistie, et être exemplaire en diffusant la Bonne Nouvelle.

Dieu, pour «construire» la Jérusalem céleste, étendit tous les trésors de sa sagesse. A cet effet, comme architecte, Il choisit son propre Fils. C’est de ses propres mains qu’Il travailla à cette œuvre sublime. Rien de souillé ne peut entrer dans le sanctuaire de toutes les justices, ce qui signifie une purification préalable appelée purgatoire.

Au Ciel, la femme aimera encore plus son mari ou la mère son enfant. C’est dans une vision béatifique que le cœur de chacun de vous s’ouvrira à l’infini. Ainsi l’amour qui unit chacun sera plus grand que le plus beau des mariages terrestres. En réalité, vous serez mariés avec tous, chacun étant aimé pour lui-même en Dieu.

Rassurez-vous, au lieu de détruire l’amour de la terre, l’amour divin le transfigure dans des proportions infinies et inimaginables à votre esprit. Dans cette unité parfaite, l’Église du Ciel est une véritable Communion des Saints.

Vous aurez la faculté de voler et de vous déplacer avec la célérité de la pensée elle-même, partout où l’esprit le voudra

Message du Ciel – Jean, messager de la lumière – Le corps glorieux. (13.03.04)

1ère épître aux Corinthiens 15,42-44:
Ainsi en va-t-il de la résurrection des morts: on est semé dans la corruption, on ressuscite dans l’incorruptibilité; on est semé dans l’ignominie, on ressuscite dans la gloire; on est semé dans la faiblesse, on ressuscite dans la force; on est semé corps psychique, on ressuscite corps spirituel.

La vie au Ciel est vraiment extraordinaire. Nous y poursuivons, avec des possibilités prodigieuses et dans un amour sublime, ce que nous avons commencé sur terre. Vous connaissez d’ailleurs une partie des interventions du Ciel pour les âmes du purgatoire, ces pauvres âmes bien trop oubliées par l’humanité.

Le premier avantage du corps de ceux qui sont dans l’Éternité, dont le mien, est celui de la subtilité, car il n’est plus composé de la substance inerte et grossière qu’il avait sur terre, mais il est animé et traversé en tous sens par l’esprit. C’est à la vitesse de la pensée qu’il franchit les espaces, car aucun obstacle corporel ne l’arrête.

Dans les Évangiles, il est bien écrit que le Seigneur ressuscité apparut soudain devant ses disciples dans une pièce dont les portes étaient closes. Pour vous aussi, quand votre heure viendra et quand vous serez lavés de tout péché, tout changera de sens!

Vous ressusciterez avec votre corps, transfiguré, différent de celui que vous avez aujourd’hui, un corps «divinisé». Il ne sera plus retenu à la terre par une force d’attraction, mais dégagé de toute pesanteur et également de toute corruption; il prendra librement son essor.

Vous-mêmes, un jour, vous aurez accès au paradis, cela après avoir passé un séjour en purgatoire. Séjour dont la durée dépendra de ce que vous avez fait de bien sur terre en aidant les autres, par votre exemple et votre service pour les diriger sur le chemin de la Voie Royale.

Débarrassés de toute la crasse de vos péchés, entourés de tous les anges du paradis, vous serez un jour conduits à la rencontre de votre frère le Seigneur Jésus, de votre maman la Sainte Vierge Marie. Alors comme tous les saints du Ciel, sous la lumière du Père Éternel, vous aurez la faculté de voler et de vous déplacer avec la célérité de la pensée elle-même, partout où l’esprit le voudra, et toujours dans le but de restaurer tout ce qui est cassé et d’être messager de la Bonne Nouvelle.

Pour mieux comprendre notre état et ce que sera le vôtre plus tard, réfléchissez un peu sur les éléments de comparaison dont vous disposez sur terre. L’ordre physique actuel vous offre évidemment une image et une faible représentation de cet état nouveau, auquel votre nature sera un jour élevée. Songez, par exemple, à l’électricité et au magnétisme qui pénètrent et circulent rapidement et sans effort à travers les métaux et les pierres les plus dures.

Au Ciel sont exclues toute maladie, toute mort. Évidemment, la nourriture n’existe plus, il n’y a plus de distinction de sexe; et votre chair, si fragile sur terre et sujette à mille infirmités, sera libérée de toute fatigue et de toute altération.

Nous vivons dans la clarté, environnés d’une réelle et éblouissante splendeur. Nous apparaissons chacun comme autant de soleils. Cette clarté est, à des degrés différents, le meilleur de nous-mêmes et de tout le bien que nous avons pu donner lors de notre pèlerinage sur terre. Sur terre, vous observez la différence entre la clarté du soleil, celle de la lune et celle des étoiles. Et en clarté, les étoiles diffèrent entre elles. Il en sera pour vous d’une manière identique, quand vous ressusciterez de la mort.

La clarté des élus projette sans cesse de nouveaux reflets, elle progresse avec leur croissance dans la connaissance. Vous pouvez constater mes progrès par la teneur et la richesse des messages que j’ai la grâce de vous transmettre.

Jésus est assis à la droite du Père, et sans quitter le Ciel, Il se trouve chaque jour substantiellement présent en mille lieux de la terre. Il est tout entier, sans réduction, sans diminution, dans chaque parcelle d’Hostie, dans chaque goutte du calice. Quand vous communiez, pensez-y, pensez à la bonté et à l’infinie puissance de Dieu-Amour.

La science, en se perfectionnant, dévoile de plus en plus la grandeur divine, les œuvres admirables du Seigneur. Les cieux proclament sa gloire, c’est le domaine de l’homme, c’est le temple magnifique, destiné à vous servir un jour de palais et d’habitation.

Une fois ressuscités, glorieux et incorruptibles, vous embrasserez d’un regard les richesses remplissant ces espaces, vous franchirez d’un seul trait ces vastes distances, avec plus de célérité que la lumière elle-même ne les parcourt.

Sur terre, vous communiquez par votre corps que vous devez aimer en souffrant, en travaillant et aussi en éprouvant joie et plaisir. Le corps, c’est donc vous-mêmes. Dans le Credo, vous proclamez l’annonce de la Résurrection de la chair, ce qui signifie que vous serez sauvés dans tout ce que vous êtes. Ainsi le corps ressuscité sera libéré de toutes les contraintes et nécessités naturelles qui le rendaient corruptible pour se retrouver en paradis pour l’Eternité.

Vos amis, vos parents et vos enfants, tous ceux que vous aimez et qui souffrent, trouveront dans ces lignes un baume d’espérance. Du Ciel, nous leur demandons de tout relativiser sur terre en considérant que l’Éternité doit devenir leur seul et unique horizon.

La Cité radieuse est faite de paysages tellement merveilleux et sublimes qu’ils surpassent d’une manière indescriptible toutes les beautés terrestres imaginables.

Extrait du livre « la communion des saints » Jean Cara « Messager de la lumière » raconte le ciel à ses parents par locutions intérieures

(…) Comme je t’en ai déjà parlé, dans l’au-delà nous conservons toute notre personnalité, vous y retrouvez ma sensibilité, mon éducation et également certaines de mes expressions.

Constatez que dans la Bible, les écrivains inspirés tels que Matthieu, Luc, Paul, Marc et Jean, pour parler d’événements s’expriment fort différemment suivant leur culture. (03.11 .2000)

(…) La Cité radieuse est faite de paysages tellement merveilleux et sublimes qu’ils surpassent d’une manière indescriptible toutes les beautés terrestres imaginables.

Ce sont des fleurs si magnifiques, des parfums si suaves, capiteux et odorants, des arbres couverts d’une multitude d’oiseaux multicolores, une végétation luxuriante, une herbe dorée et si vivante qui reflète l’amour divin.

Le Ciel n’est pas un lieu mais un état. Ce sont de bien réels paysages avec des plaines, des torrents, des ruisseaux, des fleurs, des animaux qui peuvent être semblables à ceux de votre terre mais le tout rayonne d’amour et de lumière.

L’ensemble de toutes les couleurs est à la fois intense et rempli d’une douceur incomparable. C’est un régal autant pour la vue, les oreilles, et tous les sens qui vous sont connus et qui sont si peu de chose, comparés à ceux du Ciel. C’est bien pour être compris des hommes que Notre Seigneur a pris forme humaine, mais vous ne pouvez imaginer toute Sa magnificence. (11.04.2000)

Nous sommes dans ce bonheur, cette joie, cette louange; nous avons tant d’occupation, ce n’est pas un travail mais un ravissement, un enchantement et une liesse, le tout accompagné par la musique et le chant des anges. Nous vous aimons tant, gens de la terre. Tout comme au Ciel, votre service est d’instruire, sensibiliser, égayer et aimer tout le monde. (07.01.2000)

Beaucoup de personnes considèrent l’au-delà comme un épais brouillard qu’ils ne cherchent même pas à dissiper, et comme vous le disiez, on ne peut en parler car personne n’en est jamais revenu. Considérez seulement toutes les personnes, hommes et femmes, qui au cours d’un arrêt cardiaque, on fait un aller et retour dans l’au-delà. Pensez qu’ils sont tous devenus meilleurs, auraient voulu rester dans la lumière, ce qui explique qu’ils n’ont plus peur de la mort.

L’au-delà, c’est la dimension essentielle de votre vie. C’est par l’espérance que l’homme acceptera intégralement son présent et trouvera la joie par le seul fait d’exister, même dans les épreuves et la douleur. C’est dans ces moments qu’il doit encore plus prendre conscience qu’il est une oeuvre de Dieu. A cet effet, hier soir, vous avez aperçu à la télévision cette exposition sur le corps humain, sur cette machine parfaite, mais vous pouvez imaginer que l’esprit, l’âme, c’est encore bien plus fantastique.

Le Ciel est fait d’une multitude de variétés et non d’uniformité. Le paradis n’est pas un état où tout le monde se situe, communément, avec le même visage, à la même enseigne et en spectateurs passifs à la lumière offerte par Dieu.

C’est bien autre chose, c’est toute l’humanité entière qui se retrouve dans sa plus totale variété, un peu comme dans un concert symphonique où tous les instruments réunis se fondent pour un ensemble harmonieux et intégral.

Sur terre, vous ne connaissez qu’inégalités et injustices. Par leurs péchés les hommes s’agressent, tout en cherchant à se dominer les uns les autres.

Heureusement qu’une minorité donne le bon exemple et prêche la bonne nouvelle. Hélas, autour de cette minorité, c’est très souvent le désert. Vous ressentez bien toute la difficulté que vous éprouvez pour créer des groupes de prière et à la messe journalière de cette communauté, vous êtes si peu nombreux. De même, ce n’est pas toujours facile de faire des témoignages.

Au Ciel il n’y a aucune inégalité, mais il y a des différences qui correspondent aux personnalités variées et chacun est comblé à sa mesure. Relisez et méditez les paraboles du Christ sur les talents et sur les ouvriers de la onzième heure.

C’est suivant ce que nous avons été sur terre, suivant nos capacités, que nous poursuivons tout ce que nous avons réalisé de bien sur votre terre. Il y a tant à faire et les hommes ont la tête dure et la nuque raide. Au regard des hommes de la terre, on pourrait dire que j’ai une activité débordante.

Sachez que nous possédons des sens que vous ne pouvez imaginer ; nous pouvons être à plusieurs endroits à la fois et effectuer des services différents dans le seul et unique but d’amener l’Amour dans votre coeur afin que l’accès au paradis vous soit facilité.

Grâce au rythme quotidien de la liturgie, ce calendrier du paradis, vous vous rendez familiers à ce triple cycle qui remémore le Seigneur, la Sainte Vierge, les saints et les anges qui illuminent tous vos frères du paradis. (…)

Vous ne pouvez imaginer la sublime beauté de la Jérusalem céleste, ce Royaume de Dieu.

Extrait du livre « la communion des saints » Jean Cara « Messager de la lumière » raconte le ciel à ses parents par locutions intérieures

(…) Il faut que vous soyez conscients que votre temps n’est pas le mien. Le ciel, vous ne saurez jamais le situer dans votre univers sensible, nos lois ne sont pas vos lois, vous ne pouvez l’imaginer malgré toutes les représentations que vous en faites, même les plus beaux tableaux sont si loin du compte.

La réalité est dans l’au-delà, ce sont des vérités que vous ne pouvez comprendre, le réel ne se finit pas avec ce que vous êtes capables d’en percevoir et d’en supporter.

De même au ciel nous retrouvons tous ceux que nous avons connus et que nous aimons, nous avons une action à votre égard, un travail (ce mot n’existe pas au ciel) à effectuer pour tout le bien des hommes. Oui, c’est en étudiant, en approfondissant, en méditant la sainte Bible que vous comprendrez mieux que le ciel est tout autre chose, qu’il est tellement plus réel.

Vous devez bien dire aux personnes croyantes que vous rencontrez qu’elles se trouvent engagées dans la grande aventure du ciel où des millions d’êtres humains les ont précédées. Il faut qu’elles soient intimement persuadées que l’au-delà est tellement réel. (09.03.99)

Dans la Jérusalem céleste, Dieu nous attend

Vous ne pouvez imaginer la sublime beauté de la Jérusalem céleste, ce Royaume de Dieu. La présence de Notre Seigneur est comparable à une douce chaleur qui réchauffe et nous caresse affectueusement de tout son amour. Nous en ressentons une paix si profonde, doublée d’une impression de totale sécurité. La lumière du Très-Haut nous donne un bonheur et une joie indescriptibles.

Plus nous approchons du ciel, plus nous sommes accompagnés par une assemblée angélique tellement joyeuse et spirituelle. C’est un ensemble de robes blanches aux teintes pastel, rose, bleu; nous y retrouvons également toutes les couleurs possibles.

Jésus est tellement présent au milieu de nous tous, grand, majestueux, si beau, rayonnant de lumière et d’amour. A Son contact notre âme est transportée pour se confondre avec Son cœur rempli d’une inépuisable tendresse éternelle. Même l’imagination la plus débordante ne pourrait concevoir la vision de Notre Seigneur du ciel.

Notre Maman du ciel, la très miséricordieuse Vierge Marie, si belle, si radieuse, et d’une si grande pureté est accompagnée de toute la Cour céleste. Avec tous les anges et les saints nous nous prosternons devant Jésus et sa Très Sainte Maman que nous chérissons et dont l’amour est notre nourriture du ciel. C’est indescriptible.

Au ciel, au milieu de paysages somptueux, de fleurs multicolores et de parfums extraordinaires, nous ne marchons pas mais nous glissons et volons, de même nous ne mangeons ni ne buvons, c’est uniquement l’amour de Notre Seigneur qui nous alimente d’une manière permanente.

Nous ne prions plus comme vous sur terre, car nous sommes nous-mêmes action de grâce et louange à Dieu, c’est bien difficile à te faire admettre tout cela.

Vos âmes, nous les connaissons si bien, nous ne vous jugeons pas, mais nous vous aimons. La méchanceté n’existe plus ici, elle reste sur terre ou bien elle accompagne en enfer ceux qui ont refusé Dieu. Sur terre, les pécheurs sont tellement nombreux. Aussi il nous est si réconfortant de vous voir prier afin que nous présentions à Dieu vos requêtes pour toutes les âmes qui souffrent et attendent en purgatoire.

Nous vivons éternellement hors du temps et notre objectif est de vous aider spirituellement pour vous conduire à Dieu. Nous avons une compréhension et un amour que rien ne trouble. Nous connaissons le passé, le présent et quelques détails sur l’avenir. (…)