La bataille de l’Armegeddon

(Wikipédia) Armageddon Un petit mont en Galilée dans la région nord de l’état d’Israël, terme biblique mentionné dans le Nouveau Testament, est un lieu symbolique du combat final entre le Bien et le Mal.

Armageddon ou Armaguédon, un petit mont en Galilée dans la région nord d’Israël, terme biblique mentionné dans le Nouveau Testament, est un lieu symbolique du combat final entre le Bien et le Mal.

En 609 av. J.-C., le roi Josias du royaume du sud, royaume de Juda, est défait et tué sur la colline fortifiée de Megiddo (Har Megiddo) par le pharaon Nékao II. Cette défaite, alors que le Dieu des défenseurs de Mégiddo était censé les protéger, est ressentie comme une catastrophe traumatisante, et c’est en son souvenir que le terme « Armageddon » est ensuite employé pour qualifier une destruction catastrophique.

Ce terme n’apparaît qu’une fois dans la Bible, dans le livre de l’Apocalypse (Ap 16,16), qui en parle comme d’un événement à venir :

« Ils les rassemblèrent au lieu dit, en hébreu, Harmagedôn. »

Le « rassemblement des rois de la Terre » annoncé en ce lieu est un résultat du déversement des sixième et septième coupes, les dernières plaies qui mèneront à son terme « la fureur de Dieu » (Ap 16:16).

En langage courant, ce mot est utilisé pour désigner des batailles catastrophiques, éventuellement d’ampleur planétaire, et, au sens de bataille finale, celle dont l’issue donnera la victoire définitive. Ainsi, à l’inverse du dicton « perdre une bataille mais pas la guerre », désigner une bataille à venir comme un Armageddon, c’est sous-entendre que perdre cette future bataille, c’est perdre la guerre.