Grand Miracle de Garabandal

HISTORIQUE

Garabandal est un village perdu des montagnes Cantabriques, à 80 km au sud de Santander et à 40 km de Torrelavega. C’est un village de 270 montagnards à la vie rude. Ils sont pauvres mais d’une piété exemplaire. Ils ont été douloureusement éprouvés par les Rouges au temps de la guerre civile, « la Croisade », et ils se le rappellent fort bien.

Le 18 juin 1961, l’Archange Saint Michel, qui semble avoir neuf ans, apparaît à quatre petites filles qui, elles, en ont douze ou onze: Conchita, Jacinta, Loli et Mari-Cruz. Il annonce la venue de Notre Dame du Carmel pour le 2 juillet suivant.

Et ce 2 juillet 1961, Notre Dame ne manque pas au rendez-vous. Robe blanche, manteau bleu, scapulaire au poignet droit, cheveux châtain foncé, figure allongée, bouche délicate – qui « est très belle », insiste Conchita – la voix très belle aussi, inimitable même, aucune femme ne lui ressemble ni dans la voix, ni dans le visage, ni en rien; elle paraît avoir dix-huit ans. Quelquefois, elle porte l’Enfant-Jésus dans ses bras.

Les extases des enfants, individuelles ou collectives, se multiplieront plus d’un millier de fois, jusqu’au 20 janvier 1963. Souvent elles seront annoncées plusieurs jours à l’avance. Saint Michel préparera les « voyantes » à recevoir dignement la Sainte Communion; puis il la leur apportera dans un ciboire d’or, comme aux trois enfants de Fatima. La Sainte Hostie sera toujours invisible aux yeux des enquêteurs sauf dans la nuit du 18 au 19 juillet 1962, où, devant de nombreux témoins, l’Hostie deviendra visible sur la langue de Conchita pendant trois minutes. Ce miracle, d’ailleurs annoncé publiquement quinze jours avant, demeure un des grands événements historiques de Garabandal, et l’un des arguments essentiels des défenseurs des apparitions.

Un premier MESSAGE de la Vierge, annoncé d’avance lui aussi, fut donné le 18 octobre 1961 :

« Il faut faire beaucoup de sacrifices, faire beaucoup pénitence. Visiter souvent le Saint-Sacrement. Mais avant tout, il faut être très bons. Si nous ne le faisons pas, viendra un châtiment . Déjà la coupe est en train de se remplir : Si nous ne changeons pas, le châtiment sera très grand ».

Après le 20 janvier 1963, seule Conchita eut encore des extases publiques, particulièrement le 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception dont elle porte en réalité le nom. Conchita n’est en effet que le diminutif espagnol de Marie de la Conception. Ces apparitions furent très importantes, surtout celle du 8 décembre 1964. Ce jour-là, Notre Dame du Carmel lui annonça que le 18 juin 1965, elle reverrait Saint Michel. Cette annonce prophétique, datant de plus de six mois, se réalisa à la lettre. Et ce fut le deuxième MESSAGE donné par l’intermédiaire du Grand Archange, Saint Michel.

« Comme on n’a pas accompli, et comme on n’a pas fait connaître beaucoup au monde mon Message du 18 octobre, Je veux vous dire que celui-ci est le dernier. Auparavant la coupe (de la Colère divine) se remplissait; maintenant, elle déborde. Les Cardinaux, Évêques et Prêtres marchent nombreux sur le chemin de la perdition et entraînent avec eux beaucoup plus d’âmes. A l’Eucharistie, on donne sans cesse moins d’importance. Vous devez, avec vos efforts, éviter la colère du Bon Dieu, qui pèse sur Vous. Si vous Lui demandez pardon, avec des âmes sincères, II vous pardonnera. Moi, votre Mère, à l’intercession et par l’intermédiaire de Saint Michel, Je veux vous dire que vous vous amendiez.

Déjà, vous êtes dans les derniers avertissements. Je vous aime beaucoup et Je ne veux pas votre condamnation. Priez-Nous sincèrement, et Nous vous exaucerons. Vous devez vous sacrifier davantage . Méditez la Passion de Jésus ». La dernière apparition eut lieux aux Pins, à la sortie du village, le 13 novembre 1965. C’est à cette occasion, qu’au cours d’une conversation extrêmement émouvante pour nous, notre Mère du Ciel dit à Conchita les paroles que voici: « Parle-moi donc de mes enfants de la Terre. Je les aime tant, Je les garde sous mon manteau ».

Quand aura lieu le Grand Miracle

Le Grand Miracle aura lieu moins de 12 mois après l’Avertissement et sera annoncé par Conchita huit jours avant.

Il doit se produire un jeudi soir, à 20 h 30, entre le 8 et le 16 du mois de mars, avril et mai.

Lors d’une interview de Conchita sur une chaîne de télévision irlandaise à New York, le présentateur lui a demandé si elle pouvait révéler la date du Miracle, elle a répondu : « Qu’il aurait lieu entre le mois d’avril et juin (in between the month, entre les mois) et qu’elle en donnera la date exacte 8 jours avant.»

Comme le mois de juin n’avait jamais été évoqué par elle auparavant il est possible qu’il se produira en mai. Chose capitale, cette date Conchita l’a confiée à la Congrégation du Saint-Office, en janvier 1966, pour qu’elle soit communiquée au Saint-Père.

Il sera beau­coup plus important que celui du soleil à Fatima; il ne sera visible dans le ciel, que de Garabandal et des montagnes environnantes. Il se produira en la fête d’un jeune martyr de l’Eucharistie et durera environ un quart d’heure.
L’avertissement qui se sera produit auparavant aura purifié les cœurs de ceux qui auront bien voulu se convertir, et Dieu nous donnera la force nécessaire pour en supporter la vision.  

Après le Grand Miracle il restera aux Pins un signe visible de jour comme de nuit. On pourra le photographier mais pas le toucher. Probablement un signe similaire à celui qui se trouvait au-dessus le l’Arche d’Alliance. Attention ! Certains font courir le bruit que le Miracle sera vu de tous les sites dans le monde entier où la Vierge est, ou serait apparue ; que partout les malades seront guéris et les incroyants convertis. Non, ce n’est pas ce la Vierge a dit.

Extrait du site : http://www.lesamisdegarabandal.com


Pour venir assister au Grand Miracle

Association St Christophe : http://www.st-christophe.org/