Au Paradis

Terres, collines, montagnes, mers, villages, maisons se retrouvent dans l’infini. La famille est reconstituée ; la vie y est ardente et passionnante.

Message donné à Giuliana Buttini (1921-2003)
Extrait du livre : L’ange Clarus nous raconte le paradis. (Éditions du Parvis)

5 mars 1985
(…) Bien sûr, sans le péché, tout aurait été différent sur terre, mais dans l’infini vous auriez trouvé moins de contraste et un bonheur moins intense. (…)

6 mars 1985
L’homme aime la vie même dans les difficultés. Il aime la nature, s’il est sensible ; il aime ses frères, s’il est généreux. Il aime sa maison, les livres et ses habitudes, même s’il est détaché des choses (ce qui est rare). Dieu qui a créé l’homme, le connaît et l’aime dans ses faiblesses et ses limites.
Pour récompenser une vie qui a du mérite, Il a créé le monde infini, bien sûr infiniment plus beau que le premier, qui est passager, cependant toujours semblable à celui-là, car il connaît les goûts, les habitudes humaines et désire le bonheur de l’homme.

Terres, collines, montagnes, mers, villages, maisons se retrouvent dans l’infini. La famille est reconstituée ; la vie y est ardente et passionnante. Tout revient, même si c’est dans une infinie beauté. Voler sur terre par la pensée est très beau, et merveilleux de voler avec son âme dans l’infini. Chaque rêve vit et tout désir est comblé. Dans l’infini tout est en tout.
Sur terre, l’homme n’arrive pas à jouir des petits dons de Dieu, car il recherche les choses matérielles. Souvent il vit pour paraître et non pour montrer un rayon de soleil à un frère.

Dans l’infini, vous parlerez entre vous, vous vous retrouverez quand vous le voudrez et vous vous souviendrez du temps… Le temps ! Mystère de ce fleuve qui va vers l’embouchure, mystère de ce qui passe !
Dans l’infini, tout vit, tout change, tout est lumière, mais le temps ne passe pas. Le visage des âmes est jeune et souriant. Dans l’infini la lumière rit, comme l’air et le soleil ! Et vous vous retrouverez et parlerez du temps !

Autres chapitres sur le sujet :
Les Limbes. Le paradis des enfants
La vie au Paradis
Nos maisons au Paradis
Les paysages du Paradis
Les vêtements au Paradis
Les mariages au Paradis

Ma lumière ne nécessitera pas
celle du soleil ou de la lune

Message de Jésus à John Leary (USA) Samedi 30 avril 2016

Jésus : Mon peuple, la lecture d’aujourd’hui du Livre de l’apocalypse vous donne un coup d’œil sur la nouvelle Jérusalem où ma Lumière ne nécessitera pas celle du soleil ou de la lune.
Je vous donnerais ma présence spirituelle et elle sera comme la lumière du jour de votre temps. Cette description de la nouvelle Jérusalem a toutes les marques de mes douze apôtres et des belles pierres de jaspe.

Cela décrit également mon Ère de Paix (sur Terre) où tous mes fidèles recevront leur récompense pour la souffrance à travers la tribulation de mes refuges. Voilà ce que mes fidèles ont à attendre après ma victoire sur l’Antéchrist, le Faux Prophète, les hommes mauvais et les démons. Réjouissez-vous parce que ce sera votre préparation pour le Ciel.

Message du 24 avril 2014
Jésus : Mon peuple, ma résurrection est la Bonne nouvelle de mon salut pour toutes les âmes qui m’acceptent. Je vous donne à tous, mes fidèles, un message d’espoir qu’il y a davantage que votre vie après votre décès. Ceux qui obéissent à mes lois, m’aiment et aiment aussi leurs prochains, sont promis un jour à être avec moi au Paradis.

Vous verrez d’abord un temps glorieux dans mon Ère de Paix (sur Terre). Plus tard, à fin du monde, mes fidèles verront se rejoindre à la fois le corps et l’âme pour l’éternité. Réjouissez-vous car votre court temps de souffrance sur la terre sera récompensé dans la gloire du Ciel. Ayez de la patience car cette vie passe rapidement.

Cet article a été écrit par Vincent